ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Paris haussmannien, « cité-jardin »

Alphand ne s'occupe ni des travaux de grande voirie ni des principaux travaux d'architecture, confiés à Victor Baltard. Ses premières interventions – au bois de Boulogne et rue de Rivoli, où il réalise le square Saint-Jacques – laissent pourtant deviner la portée réelle de son action. Ses jardins sont en effet solidaires du réseau de voies nouvellement créées. Dans un premier temps, l'ingénieur-jardinier établit à Auteuil les pépinières et les serres qui fourniront les plantes d'ornement. Trois grandes familles de jardins font ensuite leur apparition. À l'ouest puis à l'est, le bois de Boulogne puis celui de Vincennes sont annexés au domaine municipal et transformés en vastes parcs paysagés. Dans les nouveaux arrondissements, les parcs des Buttes-Chaumont et de Montsouris sont créés de toutes pièces à l'emplacement de carrières désaffectées. Le parc Monceau, ancienne propriété de la famille d'Orléans, est remodelé et construit sur son pourtour à la mode londonienne. Une multitude de squares de toutes formes et de toutes dimensions sont plantés dans les espaces libérés par le percement des nouvelles rues : squares carrefour, squares de dégagement ou simples squares de quartier, plus fidèles au modèle importé d'Angleterre. Cette dernière famille fait corps avec la voirie, qu'elle accompagne ou prolonge selon les cas. Tout comme le plan d'ensemble des grands travaux, la physionomie et la répartition de ces jardins sont le produit des circonstances autant que d'une intention délibérée. Par leur enveloppe ils s'intègrent à la ville, par leur tracé proprement dit ils s'en éloignent, l'une ayant été fixée antérieurement à l'autre. À ces jardins clos il convient d'ajouter les promenades ouvertes bordées d'arbres qui s'offrent comme le complément de l'espace clôturé et discipliné des squares distribués sur tout le territoire parisien.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant à l'U.P.A. numéro 6 de l'École nationale supérieure des beaux-arts

Classification

Autres références

«  ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)  » est également traité dans :

HAUSSMANN GEORGES EUGÈNE baron (1809-1891)

  • Écrit par 
  • Pierre PINON
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « La part personnelle de Haussmann dans les Grands Travaux »  : […] Quel rôle Georges Eugène Haussmann a-t-il joué pour que l’on parle d’« hausmannisme » et d’« haussmanisation », dès 1868 ? Bien qu’il ait reconnu la part de Napoléon III dans l’ouverture de voies nouvelles (plus de 70), il a revendiqué la paternité des Grands Travaux, et cela même quand leur financement a été remis en cause par « Les comptes fantastiques d’Haussmann », titre d’un article de Jules […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 661 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Grandes villes et systèmes de parcs »  : […] Dès l'Antiquité, on avait aménagé dans les villes des promenades urbaines et des espaces plantés, fragments de nature destinés à l'agrément des habitants. Ces préoccupations s'affirment donc, de longue date, comme inhérentes à la volonté de développer harmonieusement la cité. Les cardinaux de la Renaissance ouvraient déjà leurs villas de Rome « à quiconque s'en veut servir » (Montaigne) et certai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel VERNÈS, « ALPHAND ADOLPHE - (1817-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-alphand/