ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alphand urbaniste

La renommée d'Alphand ne cessant de s'étendre, il préside bientôt à l'idée d'ensemble des travaux de Paris. Sa carrière se résume en une ascension irrésistible qui le conduit au sommet de la hiérarchie administrative. En 1867, il conquiert le titre de directeur de la Voie publique et des Promenades. Après avoir pris une part active aux travaux de l'Exposition universelle de 1867 en nivelant le Trocadéro et en créant le parc du Champ-de-Mars, il est promu inspecteur général des Ponts et Chaussées de 2e classe. Il n'a pas à souffrir de la disgrâce du baron Haussmann en 1869, ni de la chute de l'Empire en 1871. Le gouvernement de la Défense nationale lui confie la mise en état des fortifications de Thiers et la construction de bastions avancés. Colonel de la légion du génie de la garde nationale, il reçoit pour adjoint le lieutenant-colonel Eugène Viollet-le-Duc. En 1871, il est promu par décret directeur des Travaux de Paris, réunissant dès lors sous son autorité les services de la Voie publique, des Promenades et Plantations, de l'Architecture et du Plan. Après avoir été l'auxiliaire du préfet le plus puissant de notre histoire, il devient, suivant l'expression d'Haussmann, un « ministre dirigeant ». En 1875, il devient inspecteur général de 1re classe et, en 1878, à la mort de son collègue Belgrand, il ajoute à ses attributions la direction des Eaux et Égouts de Paris, maîtrisant ainsi la totalité de l'espace parisien, aérien et souterrain. La même année, il est appelé à la commission supérieure des Expositions et conçoit le parc du Trocadéro. Il succédera à Haussmann sous la coupole de l'Institut (Académie des beaux-arts) en 1891, année de sa propre disparition.

Dans un ouvrage monumental intitulé Les Promenades de Paris (1867-1873), Alphand décrit avec une grande précision les travaux qu'il a dirigés sous le second Empire. Il y fait montre d'un pragmatisme pondérateur soutenu par une science inépuisable. Plus praticien que théoricien, il a su adapter au mil [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : enseignant à l'U.P.A. numéro 6 de l'École nationale supérieure des beaux-arts

Classification


Autres références

«  ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)  » est également traité dans :

HAUSSMANN GEORGES EUGÈNE baron (1809-1891)

  • Écrit par 
  • Pierre PINON
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « La part personnelle de Haussmann dans les Grands Travaux »  : […] Quel rôle Georges Eugène Haussmann a-t-il joué pour que l’on parle d’« hausmannisme » et d’« haussmanisation », dès 1868 ? Bien qu’il ait reconnu la part de Napoléon III dans l’ouverture de voies nouvelles (plus de 70), il a revendiqué la paternité des Grands Travaux, et cela même quand leur financement a été remis en cause par « Les comptes fantastiques d’Haussmann », titre d’un article de Jules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-eugene-haussmann/#i_80799

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 661 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Grandes villes et systèmes de parcs »  : […] Dès l'Antiquité, on avait aménagé dans les villes des promenades urbaines et des espaces plantés, fragments de nature destinés à l'agrément des habitants. Ces préoccupations s'affirment donc, de longue date, comme inhérentes à la volonté de développer harmonieusement la cité. Les cardinaux de la Renaissance ouvraient déjà leurs villas de Rome « à quiconque s'en veut servir » (Montaigne) et certai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-la-revolution-industrielle-a-nos-jours/#i_80799

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel VERNÈS, « ALPHAND ADOLPHE - (1817-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-alphand/