LOCARNO ACCORDS DE (1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pacte de Locarno

Pacte de Locarno
Crédits : Hulton Getty

photographie

Remilitarisation de la Rhénanie

Remilitarisation de la Rhénanie
Crédits : Hulton Getty

photographie


À l'issue d'une conférence internationale qui réunissait les représentants de la France (Briand), de l'Allemagne (Stresemann), de la Belgique (Vandervelde), de la Grande-Bretagne, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, une série d'accords étaient signés à Locarno en Suisse, les 15 et 16 octobre 1925. Le plus important de ces traités établissait le maintien du statu quo en ce qui concernait les frontières franco-allemande et belgo-allemande sous la garantie de l'Angleterre et de l'Italie. L'article 2 prévoyait que si l'armée allemande réoccupait la zone démilitarisée, les signataires pourraient avoir recours aux armes contre elle. Des conventions d'arbitrage entre l'Allemagne et les autres nations étaient annexées au traité principal, de même qu'un accord entre la France et la Pologne d'une part, la Tchécoslovaquie d'autre part. De façon verbale, on s'entendit à Locarno sur l'évacuation de Cologne et sur l'entrée de l'Allemagne à la Société des nations. Locarno symbolisa l'abandon par l'Allemagne de l'esprit de Rapallo et le retour de celle-ci dans le concert des nations ainsi que la croyance en l'avenir de la paix par la pratique de la sécurité collective. Le système de conciliation et d'arbitrage scellait le rapprochement franco-allemand. Peut-être parce qu'on attendit trop de cette œuvre, on fut d'autant plus sensible à son échec. Hitler, prenant prétexte de la signature du traité franco-soviétique de 1935, mit fin aux accords de Locarno en remilitarisant la Rhénanie le 7 mars 1936. C'est en fonction de ces accords que l'Angleterre et la France auraient dû intervenir en faveur de la Tchécoslovaquie dès 1938 et qu'elles déclarèrent la guerre à l'Allemagne après l'invasion de la Pologne en septembre 1939.

Pacte de Locarno

Pacte de Locarno

photographie

Conclu en 1925 entre l'Allemagne, la Belgique, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie, le pacte de Locarno regroupe plusieurs accords assurant la paix en Europe occidentale. Il garantit notamment les frontières belgo-allemande et franco-allemande. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Remilitarisation de la Rhénanie

Remilitarisation de la Rhénanie

photographie

Mars 1936 : un an après le rétablissement du service militaire obligatoire qui expose au grand jour le réarmement de l'Allemagne, Hitler viole à nouveau le traité de Versailles en réoccupant la zone démilitarisée sur la rive gauche du Rhin. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Armel MARIN

Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  LOCARNO ACCORDS DE (1925)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Sous le signe de la défaite »  : […] En dépit des espoirs qu'avaient fait naître, dans toute l'Europe, les années de stabilisation relative (1925-1929), jamais la République de Weimar n'a été vraiment acceptée de la majorité du peuple allemand. L'attitude la plus répandue est celle du refus : refus de la défaite, refus du régime, refus, chez certains, de sa structure capitaliste. La défaite de 1918 marque non seulement Weimar, mais l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10797

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'entre-deux-guerres »  : […] L'introduction du suffrage universel unique pour les hommes en 1919 allait exclure dorénavant, à une exception près (1950-1954), la majorité absolue d'un seul parti. On était désormais condamné à un gouvernement de coalition constitué sur la base d'un compromis entre divers programmes de parti. Au cours de l'immédiat après-guerre, les problèmes suscités par le reconstruction entretinrent un clima […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_10797

BRIAND ARISTIDE (1862-1932)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 990 mots
  •  • 3 médias

De famille modeste, Aristide Briand devient avocat. Comme militant socialiste, puis comme journaliste, il se fait une réputation de révolutionnaire. En 1883, il quitte Nantes et vient à Paris. Secrétaire général du journal La Lanterne , il se lie alors avec Jaurès et fonde avec lui le Parti socialiste français en opposition au parti de Jules Guesde. En 1902, il est élu député […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristide-briand/#i_10797

CHAMBERLAIN AUSTEN (1863-1937)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 985 mots

Fils aîné de Joseph Chamberlain, demi-frère du plus jeune, Neville, Austen Chamberlain appartient à la famille qui influença de manière décisive la politique britannique de la fin de l'ère victorienne à la Seconde Guerre mondiale. Son prestige personnel fut immense dans l'entre-deux-guerres, bien que progressivement éclipsé par celui de son frère, et le bilan aujourd'hui très critique de son actio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/austen-chamberlain/#i_10797

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « Les années 1920 »  : […] En Angleterre, comme ailleurs, les années 1920 ont été des années « folles ». Les femmes sont émancipées dans leur comportement en société avant de recevoir, en 1928, la pleine égalité de droits électoraux avec les hommes. Des loisirs nouveaux pimentent la vie, ainsi le cinéma, les palais de la danse, les grands spectacles sportifs, qui justifient par exemple la construction d'un stade de cent mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_10797

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Locarno et la stabilisation du franc (1924-1931) »  : […] Le Cartel parut une résurrection du Bloc des gauches à ceux qui déploraient l'attiédissement de l'esprit républicain. La « République des professeurs » remplaçait celle des « princes lorrains ». Mais l'alliance des socialistes et des radicaux était loin d'être profonde. Gênés par les communistes, les socialistes refusèrent d'entrer dans un ministère radical. Les chefs du Cartel contraignirent Mill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_10797

Pour citer l’article

Armel MARIN, « LOCARNO ACCORDS DE (1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/accords-de-locarno/