Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STRATIGRAPHIQUES CORRÉLATIONS

L'étude de l'histoire de la Terre enregistrée dans les strates sédimentaires (stratigraphie) repose sur deux démarches méthodologiques : celle qui établit un découpage chronologique aussi détaillé qu'il est possible et celle qui permet de relier les dépôts contemporains ou d'âge différent entre des sites plus ou moins éloignés. Les moyens de corrélation (géochronologiques, lithologiques, paléontologiques) n'ont pas une précision égale ni surtout un champ d'application identique ; c'est pourquoi on a eu tendance à les hiérarchiser tant qu'on n'a pas compris que leur valeur dépend d'abord des conditions d'emploi : corrélations locales ou à grande distance, corrélations précises ou approximatives, à travers les continents ou les océans.

Les corrélations géochronologiques, par la méthode des âges isotopiques, sont souvent considérées comme les seules valables. Il est vrai que, pour les sédiments métamorphisés, l'absence de fossiles conservés et la complexité des déformations en font le dernier recours. Mais c'est oublier trop vite les limites de la méthode et, notamment, l'incertitude sur la signification de l'âge obtenu. L'usage des anomalies paléomagnétiques fournit, dans le cas des coulées sous-marines, des séquences tout à fait correspondantes d'un flanc à l'autre des dorsales océaniques ; leur étalonnage géochronologique permet une reconstitution précise des stades successifs de l'expansion des océans.

Les corrélations lithostratigraphiques supposent que les mêmes dépôts se sont sédimentés de façon uniforme sur une assez vaste étendue, ce qui n'est que très rarement le cas. L'obliquité des faciès, la diversité des conditions de milieux contemporains sont un obstacle à l'emploi de la lithologie comme agent de corrélation rigoureux ; cependant, à l'intérieur d'une carrière, la nature d'une couche particulière constitue souvent un moyen sûr de corrélation dont la précision est très satisfaisante à l'échelle considérée.En revanche, la faible extension du dépôt de cette couche ne permettra pas de l'utiliser à l'échelle du bassin. La précision d'une phase climato-sédimentaire (biorhexistasie, glaciation) est bien moindre, mais elle peut assurer une corrélation approchée, autrement impossible, entre bassins voisins. Dans certains cas, on est arrivé à privilégier tellement la notion de corrélation lithologique qu'on en est venu à renoncer à celle de corrélation chronologique : on considère alors la formation, unité lithostratigraphique, comme un corps sédimentaire, défini exclusivement par son faciès. Lors des transgressions lentes, les faciès littoraux grossiers qui se déplacent progressivement pourront donc constituer une formation distincte de celle qui correspond aux argiles déposées en même temps, mais plus au large.

Les corrélations biostratigraphiques furent longtemps les seules admises en stratigraphie. Chaque subdivision de l'histoire de la Terre étant caractérisée par sa faune ou sa flore propres, fruit toujours renouvelé de l'évolution biologique, les fossiles permettaient non seulement de reconnaître les dépôts contemporains, mais aussi d'apprécier la position relative de dépôts d'âge différent. Cela reste en principe exact, mais, dès qu'on se place à l'échelle d'un bassin, il faut tenir compte des fossiles de faciès, qui ne caractérisent guère qu'un milieu de vie. En outre, la vitesse d'évolution lente des organismes est très variable, à tel point dans certains cas qu'elle ne permet pas de distinguer des formes paléozoïques de celles du Cénozoïque. On a donc sélectionné parmi les organismes marins à grande vitesse d'évolution des groupes de large diffusion pour les corrélations à grande[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en géologie, maître assistant à l'université de Paris-Sud, Orsay

Classification

Pour citer cet article

Jean-Claude PLAZIAT. STRATIGRAPHIQUES CORRÉLATIONS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ÉCHELLE STRATIGRAPHIQUE

    • Écrit par Patrick DE WEVER
    • 1 245 mots
    ...succession et la durée. Dans le temps géologique écoulé, il importe de déterminer si deux événements sont synchrones. Pour cela, le géologue fait appel à la corrélation stratigraphique qui consiste à comparer les couches entre elles et à y établir des liens. On peut aller plus loin en ordonnant les différents...
  • FOSSILES CARACTÉRISTIQUES

    • Écrit par Alain DENIS
    • 269 mots

    Fossiles, ou mieux associations de fossiles, servant de repères pour définir un niveau géologique déterminé et permettant ensuite de proposer des corrélations interrégionales et intercontinentales. Les fossiles caractéristiques doivent présenter une large distribution géographique, une tolérance...

  • GONDWANA

    • Écrit par Alain BLIECK, Michel WATERLOT
    • 2 447 mots
    • 7 médias
    Cependant, dans de très nombreux cas, d'excellentescorrélations sont établies, sur le terrain, entre de vastes zones de continents maintenant très éloignés. Prenons comme modèle de ce type de corrélation par cartographie et travaux de terrain un exemple proposé par D. Reyre. Traitant du bassin...
  • MERS RETRAITS ET AVANCÉES DES

    • Écrit par Jean-Claude DUPLESSY
    • 3 923 mots
    ...séquences a été reconnue dans tous les bassins sédimentaires par les études sismiques effectuées pour la recherche pétrolière. Cela a conduit à la notion de stratigraphie séquentielle, qui cherche à corréler les couches sédimentaires sur de longues distances en prenant comme référence les successions caractéristiques...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi