CONTINENTALES SÉRIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les séries géologiques continentales impliquent une grande stabilité des conditions de dépôt continentales, mais en même temps un enfoncement plus ou moins continu nécessaire au piégeage des sédiments provenant des secteurs érodés voisins. Sur les plates-formes épicontinentales d'Europe occidentale, ces conditions de dépôt sont de courte durée et n'ont que rarement donné naissance à de véritables séries. Les niveaux continentaux, intercalés entre des formations marines et généralement pauvres en fossiles, ont été longtemps négligés, considérés comme des temps morts abusivement qualifiés de lacunes. Leur intérêt a été révélé avec la moisson de données paléontologiques des fouilles de vertébrés (reptiles, mammifères, hominidés) et surtout avec la découverte de gisements d'hydrocarbures ou d'uranium dans les puissantes séries continentales d'outre-mer (Amérique du Nord, Afrique). On a alors pris conscience des modes de dépôt particuliers qui caractérisent les séries continentales.

Pour l'essentiel, les dépôts continentaux sont d'origine fluviatile, lacustre et palustre (de marais), mais on trouve aussi des dépôts éoliens et glaciaires ou fluvio-glaciaires à certaines périodes au climat plus rigoureux. Les sédiments apportés par le vent ont probablement couvert de grandes surfaces, mais il est rare qu'ils n'aient pas subi également des remaniements fluviatiles. Il est donc souvent difficile de reconnaître le rôle du vent (grès du Trias inférieur européen, limons du Lias gondwanien d'Afrique du Sud). De même, les restes d'anciennes glaciations (éocambrienne, siluro-ordovicienne) ne sont que localement reconnaissables. Les profondes altérations pédogénétiques antérieures à l'enfouissement ou contemporaines des dépôts reflètent aussi les conditions climatiques des périodes anciennes.

Les bassins continentaux comportent un remplissage généralement plus complexe que celui des bassins marins. Dans un lac, on retrouve la superposition uniforme des strates, mais la dimension des étendues d'eau libre est rarement telle qu'elle occupe la totalité d'un bassin ; les dépôts lacustres passent latéralement à des marais et à des dépôts fluviatiles presque toujours instables. Le chenal ou lit d'étiage des cours d'eau se déplace latéralement dans les plaines d'inondation. Lorsqu'un lit est trop exhaussé par l'alluvionnement, le fleuve s'échappe en rompant ses levées naturelles, à l'occasion d'une crue importante, et vient combler les dépressions latérales. Il y a donc non seulement comblement progressif des zones situées de plus en plus loin de la source (cônes d'alluvions avançant vers l'aval), mais aussi déplacement latéral de la zone de dépôt en un balayage répété de toute la plaine d'inondation. Les archives biostratigraphiques contenues dans une succession locale sont donc nécessairement discontinues : contrairement au cas général des bassins marins, il est indispensable d'intégrer les données dispersées dans l'ensemble du bassin continental pour tenter de reconstituer son évolution sédimentaire et paléontologique.

Les restes de mammifères, entraînés après leur mort dans les chenaux gréseux et conglomératiques des séries molassiques à limons de crue, sont fréquents. On y trouve aussi les mollusques qui ont vécu sur place (unios, mélanopsis). Dans les limons et grès périodiquement asséchés, les pistes de vertébrés et leurs œufs sont parfois conservés avec une telle abondance qu'on a pu préciser l'évolution de certains groupes (amphibiens du Permien, dinosaures du Trias au Crétacé supérieur) aussi finement qu'avec leurs squelettes. Comme les dépôts éoliens, les dépôts glaciaires sont extrêmement pauvres en fossiles. Par contre, les anciens lacs fournissent une masse de données paléontologiques par l'intermédiaire des fossiles conservés dans leurs dépôts feuilletés. Les fructifications calcifiées des charophytes fournissent une succession de formes qui permettent de caractériser les niveaux stratigraphiques du Crétacé et du Tertiaire aussi sûrement que bien des fossiles marins. Enfin, les pollens des plantes terrestres, qui sont liés directement au type de végétation local (marais, savane, forêt de plaine ou d'altitude), sont le reflet du climat en même temps que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONTINENTALES SÉRIES  » est également traité dans :

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean COGNÉ, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • François ELLENBERGER, 
  • Jean-Paul von ELLER, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Charles POMEROL, 
  • Maurice ROQUES, 
  • Étienne WINNOCK
  •  • 16 657 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Stratigraphie et paléogéographie »  : […] Le socle (fig. 16) est formé d'une série de terrains métamorphiques (gneiss, micaschistes, phyllades) dont les termes les moins transformés ont livré, en un point (près d'Hyères), quelques Graptolithes, seuls fossiles connus dans cet ensemble. Des granites intrusifs, certainement hercyniens, les traversent : granite du plan de la Tour dans le massif des Maures, granite du Rouet dans le massif du […] Lire la suite

LACUNES, stratigraphie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 710 mots

La sédimentation des séries anciennes n'a pas été toujours et partout continue. Dans un bassin marin, les courants de marée peuvent être localement assez puissants pour entraîner tout le matériel sédimentaire au fur et à mesure de sa formation. Il y a alors absence (lacune) de sédimentation dans ce secteur du bassin. L'écoulement du temps que traduit soit l'épaisseur de sédiment, soit la successio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Claude PLAZIAT, « CONTINENTALES SÉRIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/series-continentales/