SPARITE ou SPATHITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cristaux des roches carbonatées (calcite ou dolomite) dont la taille des grains excède nettement 10 micromètres. Les cristaux de sparite constituent une mosaïque bien visible à l'aide du microscope, généralement limpide. Macroscopiquement, ils donnent un aspect cristallin, scintillant à la roche. Certains auteurs préfèrent le terme de « spathite », plus conforme à l'étymologie (l'anglais spar signifiant spath d'Islande ou calcite) ; l'adjectif sparitique devient alors « spathique ».

La sparite constitue rarement la totalité d'une roche. En général, c'est le ciment ou les restes d'organismes qui peuvent être qualifiés de sparitiques. Aussi le terme de sparite est-il surtout utilisé comme suffixe : biosparite, intrasparite, oosparite, pelsparite. Dans le cas du ciment, il s'agit habituellement de cristaux qui se sont formés en bordure des espaces intergranulaires et dont la croissance a comblé les pores originellement occupés par l'eau du milieu de sédimentation. Le remplacement des coquilles à structures complexes (fibreuse, lamellaire, etc.) par de la sparite semble se faire de deux manières : le plus souvent, la coquille aragonitique est dissoute après son enfouissement, et le vide ainsi créé est comblé ultérieurement par un ciment sparitique ; dans certains cas, en revanche, on a pu voir une réorganisation de la structure biogénétique en cristaux plus grands, plus ou moins indépendants de l'orientation cristalline originelle. Cette recristallisation impliquerait, selon certains auteurs, une dissolution progressant immédiatement en avant de la cristallisation sparitique. La présence d'un ciment sparitique indique surtout un milieu assez agité pour que la boue micritique, qui tend à se former dans tous les milieux, ne puisse pas se déposer. C'est donc un bon indice dynamique pour la paléogéographie.

—  Jean-Claude PLAZIAT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SPARITE ou SPATHITE  » est également traité dans :

CALCAIRES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 5 194 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] Une classification rigoureuse des roches calcaires est difficile à établir en raison du nombre des facteurs qui interviennent dans leur genèse. On peut les classer d'après le milieu de sédimentation (marin, lacustre, dunaire), l'origine du carbonate de chaux (organique, détritique, chimique), les minéraux autres que CaCO 3 qu'elles renferment (calcaires dolomitiques, marneux, glauconieux, phospha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcaires/#i_39423

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 542 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les roches sédimentaires d'origine physico-chimique »  : […] L'altération des roches continentales fournit des matériaux résiduels et des solutions . Ces dernières représentent en poids 20 à 25 p. 100 des éléments mobilisés et sont à l'origine de composés précipités dans divers milieux sous l'influence de facteurs physico-chimiques parmi lesquels les plus importants sont le pH, la température, la pression, la solubilité et le potentiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-classification-roches-sedimentaires/#i_39423

Pour citer l’article

Jean-Claude PLAZIAT, « SPARITE ou SPATHITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sparite-spathite/