BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TUNIS

Avec 2,4 millions d'habitants en 2008 contre 750 000 en 1966, Tunis est passé, entre l'indépendance (1956) et les années 1980, du caractère de ville à celui d'agglomération composée de trente et une communes débordant le strict cadre de la « commune de Tunis ». Puis une aire métropolitaine (appelée « le Grand Tunis » dans les documents réglementaires) s'est constituée, depuis les années 1980, qui correspond à quatre gouvernorats : Tunis, Ariana, Manouba et Ben Arous. À une échelle encore supérieure, une région urbaine est en formation. Elle inclut le Grand Tunis et une couronne d'urbanisation périphérique qui appuie le développement de la capitale. Ses limites vont jusqu'au pôle industrialo-portuaire de Bizerte au nord, à la plaine agricole de Zaghouan au sud et au pôle touristique de Nabeul-Hammamet au sud-est. Les migrations alternantes entre Tunis et Bizerte, la multiplication des résidences secondaires dans le cap Bon, la diffusion des activités industrielles et tertiaires le long des autoroutes sont des indicateurs de ce processus de recomposition territoriale. Toutefois, la capitale représente encore près de 35 p. 100 de la population urbaine du pays, indice d'une forte primauté et héritage de son rôle de capitale politique depuis 1229 à la tête d'un État centralisé.

Le site aquatique de Tunis joue un rôle particulier dans le destin de cette ville. Tout est une question de point de vue : aux yeux des Phéniciens puis des Romains, la lagune constituait un obstacle majeur au développement urbain et valut la fortune de Carthage en situation d'avancée maritime sur la pointe de la presqu'île qui fermait la baie. À l'inverse, elle a été perçue comme un solide rempart pour les Arabes désireux, au début du viiie siècle, de fonder une ville à l'emplacement de la bourgade de Thunes (dont l'existence est attestée par Diodore de Sicile dès le ive siècle avant Jésus-Christ) jugée à l'abri des envahisseurs venus de la mer. En abandonnant Carthage, les Arabes se retirèrent ainsi du front de mer sans renoncer pour autant à toute activité maritime : la Tunis arabe eut très vite so [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Pierre-Arnaud BARTHEL, « TUNIS  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunis/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« TUNIS » est également traité dans :

CARTHAGE

Écrit par :  Abdel Majid ENNABLILiliane ENNABLIUniversalisGilbert-Charles PICARD

Dans le chapitre "Perspectives d'avenir"  : …  urbaine. C'est alors que cette zone de Carthage, jusque-là périphérique, se rapprocha de la nouvelle capitale, Tunis, et entra dans sa zone d'attraction. Le cardinal Lavigerie avait pris possession de toutes les hauteurs du site pour y édifier des monuments et des centres religieux. Visionnaire, il avait projeté de refonder la nouvelle capitale… Lire la suite
HAFSIDES

Écrit par :  Robert MANTRAN

Au début du xiiie siècle, le Maghreb était encore soumis à la domination unique des souverains almohades du Maroc qui déléguaient une partie de leurs pouvoirs à des gouverneurs. Celui de l'Ifrīqiyya (c'est-à-dire la TunisieLire la suite
TUNISIE

Écrit par :  Michel CAMAURoger COQUEJean GANIAGEClaude LEPELLEYRobert MANTRANKhadija MOHSEN-FINAN

Dans le chapitre "La période turque"  : …  Durant cette période, la Tunisie – qui porte ce nom depuis que Tunis est devenue sa capitale – a été soumise à des influences étrangères, et ses chefs ou ses souverains ne sont pas des Arabes ; mais elle n'en conserve pas moins son caractère de pays arabe et musulman, tout en n'étant, après 1574, pour le sultan de… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.