BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TOXICOLOGIE

La toxicologie est la science qui s'occupe des poisons, ou toxiques, s'agissant :

– de leurs origines ;

– de leurs propriétés physiques, chimiques et biologiques ;

– de leurs modalités et de leurs mécanismes d'action ;

– de leur détection et de leur dosage ;

– des moyens de combattre leurs actions nocives soit par la mise en œuvre de moyens thérapeutiques, notamment d'antidotes, soit par l'établissement de mesures de prévention.

Il convient de préciser ce qu'on doit entendre par « poison », ou « toxique ». 

On dit d'une substance qu'elle est un poison ou un toxique lorsque, après pénétration dans l'organisme, par quelque voie que ce soit – à une dose relativement élevée (en une fois ou en plusieurs fois très rapprochées) ou par petites doses longtemps répétées –, elle provoque, dans l'immédiat ou après une phase de latence plus ou moins prolongée, de façon passagère ou durable, des troubles d'une ou de plusieurs fonctions de l'organisme pouvant aller jusqu'à leur suppression complète et amener la mort.

La connaissance des poisons est fort ancienne car il semble que les premiers toxiques utilisés aient servi à empoisonner des flèches destinées à la chasse ou à la guerre. Le terme de toxique dérive d'ailleurs du mot grec toxon, qui signifie « arc » et cette étymologie rappelle que l'humanité s'est, hélas, toujours fort préoccupée de trouver des moyens de tuer. L'utilisation militaire de toxiques chimiques puis celle de la bombe atomique ne sont certes pas là pour donner un démenti à cette assertion. Il en est de même, à travers les siècles, de l'emploi des poisons dans des buts criminels. Que d'affaires célèbres pourraient être évoquées, qui permettraient de montrer comment, peu à peu, les toxicologues ont affiné leurs techniques de recherche et notablement réduit, par la crainte salutaire inspirée aux criminels de la découverte de leurs forfaits, la fréquence de tels empoisonnements !

1.  Voies de pénétration des poisons

La pénétration des poisons dans les organismes vivants peut se fair […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

René TRUHAUT, « TOXICOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toxicologie/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« TOXICOLOGIE » est également traité dans :

ABSINTHE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Sa senteur puissante et son amertume extrême ont signalé très tôt l'absinthe (Artemisia absinthium L.) ou les armoises voisines à l'attention de l'homme en quête de remèdes. Mille six cents ans avant notre ère, un papyrus égyptien fait mention d'une plante dans laquelle certains ont reconnu l'absinthe (bien qu'elle ne pousse pas en Afrique… Lire la suite
ACONITINE

Écrit par :  Philippe COURRIÈRE

… *L'aconit, renonculacée, se récolte, en France notamment, dans les régions marécageuses et en montagne. Pour extraire l'aconitine, la racine séchée et pulvérisée est épuisée par une solution alcoolique d'acide tartrique ; on élimine l'alcool par distillation, on met le tartrate d'aconitine en solution dans l'eau, et on purifie très difficilement par… Lire la suite
ADONIS, botanique

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Rare et localisé en France (où les récolteurs des laboratoires pharmaceutiques le mettent en danger de régression), l'adonis printanier (renonculacée) n'y a jamais pris place dans la pharmacopée populaire. Dans le centre et le sud-est de l'Europe, où il est bien plus répandu, il a connu des emplois très anciens, tant comme diurétique que comme… Lire la suite
ALCALOÏDES

Écrit par :  Jacques E. POISSON

Dans le chapitre "Propriétés et utilisations diverses"  : …  *La forte activité biologique des alcaloïdes en fait parfois des toxiques puissants qui ont été impliqués dans des accidents et des affaires criminelles. On les retrouve comme principes actifs de préparations utilisées dans des cérémonies rituelles ou comme poisons d'épreuve dans des ordalies (mescaline de diverses cactacées, psilocybine de… Lire la suite
ALCOOLISME

Écrit par :  Marie CHOQUETMichel CRAPLETHenri PÉQUIGNOTAlain RIGAUDJean TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Oxydation"  : …  est très rapidement oxydé en acide acétique en présence d'acétaldéhyde-deshydrogénase. Dans* l'intoxication chronique, l'acétaldéhyde atteint des taux élevés qui résultent de la coexistence de plusieurs mécanismes d'épuration (alcool déshydrogénase, système microsomial d'oxydation de radicaux libres, l'éthanol ou MEOS, catalase). L'… Lire la suite
ALCOOLISME FŒTAL

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

… Esper, pour Écoute, Santé, Parents, Enfants, Respect), représentant quatre femmes qui avaient donné *naissance à des enfants atteints d'un syndrome d'alcoolisation fœtale. Chaque année, on estime qu'entre sept cents et trois mille enfants naissent en France atteints de ce syndrome, qui associe une petite taille, des traits physiques caractéristiques… Lire la suite
ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

Écrit par :  Jean-Pierre RUASSE

Dans le chapitre "Les contaminations chimiques"  : …  Les* contaminations des aliments par des substances chimiques peuvent être classées selon leur origine accidentelle ou volontaire, ainsi que selon la concentration faible ou élevée des agents contaminateurs… Lire la suite
AMÉRICIUM

Écrit par :  Monique PAGÈS

Dans le chapitre "Isotopes utilisés. Dangers biologiques"  : …  majeure partie des connaissances actuelles sur les propriétés physiques et chimiques de l'élément.* Mais la manipulation de cet isotope est dangereuse et requiert des précautions particulières ; en effet, l'activité spécifique du rayonnement alpha est très élevée (7,5 . 10désintégrations par minute et par milligramme). En cas… Lire la suite
AMIANTE ou ASBESTE

Écrit par :  Laurence FOLLÉAHenri PÉZERAT Universalis

Dans le chapitre " Les maladies dues à l'amiante"  : …  Deux* types de pathologies distinctes sont dus aux expositions à l'amiante : des fibroses et des cancers. Les experts estiment que ces maladies sont responsables, en France de 2 000 à 3 000 décès chaque année… Lire la suite
AMMONIAC

Écrit par :  Henri GUÉRIN

Dans le chapitre "Toxicologie"  : …  L'*ammoniac est un gaz toxique, il irrite les muqueuses (surtout oculaires). Une atmosphère à 1 p. 100 serait mortelle en 5 minutes. L'ammoniaque a des propriétés vésicantes et caustiques. Absorbée par la bouche, en solution concentrée et en dose assez importante, elle produit une irritation de l'appareil digestif. Le malade souffre de vives… Lire la suite
AMPHÉTAMINES

Écrit par :  Michel HAMON

… *Drogues sympathicomimétiques dérivées de la phényl-éthylamine. Ainsi l'amphétamine racémique proprement dite est la ± α-méthyl-phényl-éthylamine. Deux propriétés caractérisent ce groupe : suppression de de l'appétit (effet anorexigène), stimulation de l'activité du système nerveux central. Le dérivé dextrogyre, la dexamphétamine, est deux fois plus… Lire la suite
ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

Écrit par :  Jacques DUTEIL

… *Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre. Une classification simple des médicaments analgésiques consiste à les… Lire la suite
ANTIMOINE

Écrit par :  Jean PERROTEY Universalis

Dans le chapitre "Chimie analytique"  : …  solution d'iode, en présence d'acide tartrique et de carbonate de sodium pour stabiliser le pH : La *caractérisation d'antimoine ou d'arsenic pose un problème délicat en toxicologie. L'empoisonnement aigu par l'antimoine offre de nombreuses analogies avec l'empoisonnement aigu par l'arsenic. L'empoisonnement chronique est plus rare ; il se rapproche… Lire la suite
ARMES - Armes lourdes

Écrit par :  Alain BRU

Dans le chapitre " Les armes chimiques et biologiques"  : …   » malgré les très vertueuses dénégations des utilisateurs et de leurs « conseillers techniques ». *Traditionnellement, le classement de ces corps est triple : – selon les effets physiologiques, ils sont suffocants, vésicants, toxiques du sang (dits aussi « généraux »), neurotoxiques ; – selon la persistance au point d'épandage, ils sont fugaces,… Lire la suite
ARNICA

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Ce n'est qu'au xiie siècle que l'arnica (Arnica montana L.) apparaît dans la matière médicale, en Allemagne. C'est surtout dans cette contrée et en Europe centrale qu'on l'emploie jusqu'au xviiie siècle, époque où des médecins célèbres comme J. F. Cartheuser et A. de Haller en publient les mérites.… Lire la suite
ARSENIC

Écrit par :  Jean PERROTEY

Dans le chapitre "Intérêt biologique de l'arsenic et de ses composés"  : …  Le* trioxyde est extrêmement toxique, la dose létale étant de l'ordre de 0,1 gramme. De très nombreux autres composés arsenicaux, triou pentavalents, peuvent être absorbés par l'organisme soit au niveau de la peau, soit par la paroi intestinale. L'excrétion est toujours lente et se fait presque uniquement par la voie urinaire. En cas d'absorption… Lire la suite
ARSENIC, toxicologie

Écrit par :  Universalis

… *L'arsenic entrait autrefois dans la composition de nombreux produits insecticides, raticides, pesticides comme de certaines peintures, papiers peints et céramiques. L'empoisonnement arsenical chez l'homme résulte souvent de l'ingestion ou de l'inhalation d'un insecticide contenant oxyde arsénieux, acétoarsénite de cuivre ou arséniate de calcium ou… Lire la suite
AUTOMÉDICATION

Écrit par :  Edith ALBENGRES

… *Dans son sens strict, le terme automédication signifie utiliser des médicaments sans ordonnance. Dans ce cas, le malade fait lui-même le diagnostic de sa maladie et établit lui-même la prescription, choisissant son médicament et sa posologie. Mais l'automédication concerne aussi dans un sens plus large le fait, pour un patient, de modifier la… Lire la suite
AZIRIDINE ou AZACYCLOPROPANE ou DIMÉTHYLÈNIMINE

Écrit par :  Dina SURDIN

… * Masse moléculaire : 43,07 g Masse spécifique : 0,832 g/cm3 Point d'ébullition : 56 0C Huile à très forte odeur ammoniacale, fumant à l'air. Miscible à l'eau, soluble dans l'éthanol. Également appelée azacyclopropane, diméthylènimine ou bien cyclodiméthylène amine, l'aziridine est un composé très basique, peu stable et qui se… Lire la suite
BÉRYLLIUM

Écrit par :  Jean-Paul CARRONRobert GADEAUJean PERROTEY

Dans le chapitre "Toxicité du béryllium et de ses composés"  : …  Le* béryllium et ses composés, tout particulièrement l'oxyde BeO, sont considérés comme faisant partie des produits chimiques les plus dangereux que l'on connaisse. Toute manipulation de ces produits comporte un risque d'accident très grave. Les poussières, fumées, aérosols pouvant contenir du béryllium pénètrent dans les poumons et déclenchent des… Lire la suite
BISMUTH

Écrit par :  Anne-Marie TRISTANT

Dans le chapitre "Emplois thérapeutiques"  : …  Le* bismuth, dont la toxicité rappelle celle du mercure et de l'arsenic, avec une prédominance rénale, est administré sous forme de composés insolubles dans l'eau. Ces sels insolubles constituent de remarquables pansements externes ou internes. Leur composition étant, le plus souvent, définie par leur préparation, il convient de multiplier les… Lire la suite
BISPHÉNOL A

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

… interdictions s'étendent progressivement à tous les pays et à tous les usages de ces molécules. Le *BPA, relâché dans son environnement, agit, en particulier durant la grossesse et durant les premières années de la vie, comme un analogue d'œstrogène, c'est-à-dire un perturbateur endocrinien qui provoque des anomalies du développement des organes… Lire la suite
CADMIUM

Écrit par :  Alexandre TRICOT

Dans le chapitre " Propriétés physiologiques"  : …  Les* intoxications par le cadmium et ses composés sont dues à l'inhalation de leurs vapeurs et poussières ou à l'ingestion d'aliments qui auraient été contaminés. L'intoxication aiguë est caractérisée par des troubles respiratoires et des atteintes hépato-digestives et surtout rénales. L'intoxication chronique est précédée d'une période d'… Lire la suite
CANCER ET ENVIRONNEMENT

Écrit par :  Dominique BELPOMME

Dans le chapitre "Présence de facteurs cancérigènes dans l'environnement"  : …  d'environ 10 p. 100 des cancers (cancers du corps tyroïde, leucémies, lymphomes, mélanomes, etc.). *Citons de nombreux produits chimiques. Ceux-ci peuvent contaminer l'organisme par voie respiratoire en étant présents dans l'air extérieur (HAP), l'air des lieux d'habitation ou encore professionnels (benzène, métaux lourds, amiante, biocides, etc.)… Lire la suite
CARBONE

Écrit par :  Jean AMIELHenry BRUSSET

Dans le chapitre "Monoxyde"  : …  de nombreux dérivés organiques et en particulier d'alcools utilisés comme plastifiants. L'*oxyde de carbone s'additionne aussi à l'hémoglobine du sang en provoquant une anoxie. Cette intoxication est extrêmement fréquente ; sa forme aiguë constitue l'une des formes les plus courantes de suicide. Elle débute par des maux de tête, une baisse… Lire la suite
CHAMPIGNONS

Écrit par :  Jacques GUINBERTEAUPatrick JOLYJacqueline NICOTJean Marc OLIVIER

Dans le chapitre " Les champignons dans l'alimentation et l'industrie"  : …  si le nombre des espèces comestibles est considérable, on trouve parmi les champignons quelques *toxiques alimentaires redoutables. Quelques espèces vénéneuses provoquent des accidents mortels : en premier lieu l'amanite phalloïde, mais aussi les amanites vireuse et printanière, la lépiote helvéolée et d'autres lépiotes, le cortinaire orellanus… Lire la suite
CHROME

Écrit par :  Jean AMIEL

Dans le chapitre "Propriétés physiologiques : toxicologie"  : …  Le* métal lui-même n'est pas toxique, mais les sels de chrome trivalent et surtout l'acide chromique et ses sels sont des poisons. Les cations Cr3+ se fixent sur l'hémoglobine et les protéines du plasma. L'acide chromique, les bichromates et les chromates attaquent la peau et les voies respiratoires, provoquant des ulcères, des dermatoses… Lire la suite
CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ou E-CIGARETTE

Écrit par :  Bertrand DAUTZENBERG Universalis

Dans le chapitre "Cigarette électronique et effets sur la santé"  : …  On* ne connaît pas vraiment les effets cliniques de la cigarette électronique, mais celle-ci ne sera jamais totalement sans danger. Les données actuelles sont cependant suffisantes pour affirmer que remplacer le tabac par l’e-cigarette implique une diminution considérable du risque, car la vapeur ne contient ni monoxyde de carbone (CO), qui prend la… Lire la suite
CIGUË

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Prototype de la plante vénéneuse, non seulement dans une famille ambiguë où les meilleures condimentaires et des potagères de première importance ont souvent leurs sosies toxiques, mais aussi dans toute l'étendue de la flore d'Europe, la grande ciguë (Conium maculatum L. ; ombellifères) a des propriétés délétères connues depuis la plus… Lire la suite
COCAÏNE

Écrit par :  A. M. HAZEBROUCQ

… *L'Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée surtout en Amérique du Sud d'où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l'ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d'alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l'âge des… Lire la suite
COLBORN THEODORA EMILY dite THEO (1927-2014)

Écrit par :  Universalis

… Colorado) pour aboutir à une thèse de doctorat ès sciences à l’université du Wisconsin, à Madison. *Son sujet de thèse en zoologie porte plus particulièrement sur la toxicologie et l’épidémiologie des systèmes aquatiques. À partir de 1985, ses divers postes professionnels l’amènent à s’intéresser aux écosystèmes des grands lacs et à leurs… Lire la suite
COLCHIQUE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *L'une des plantes les plus redoutables de la flore d'Europe. Toutes les parties du colchique (Colchicum autumnale L., liliacées) renferment, parmi une dizaine de substances toxiques à des degrés divers, un alcaloïde particulièrement dangereux, la colchicine, qui représente le principe actif médicinal. La dessiccation n'altère pas le poison… Lire la suite
COMPOSÉES

Écrit par :  Chantal BERNARD-NENAULTJacques MIÈGE

Dans le chapitre "Particularités chimiques"  : …  Anthémidées, et quelques autres espèces, certains chrysanthèmes) sont des insecticides puissants. *Les poisons antimicrobiens, antifongiques, insecticides, présents dans les tissus des Composées, représentent un arsenal défensif (phytoalexines) qui met ces plantes à l'abri de prédateurs et de parasites, mais les rendent dangereux pour le bétail et… Lire la suite
CONFUSION MENTALE

Écrit par :  Universalis

Dans le chapitre "Rôle des facteurs extérieurs"  : …  maladies métaboliques (urémie, porphyrie aiguë), bouleversements endocriniens (psychose puerpérale).* Il en est de même d'un grand nombre d'intoxications exogènes (oxyde de carbone, stupéfiants, toxiques industriels, médicaments, etc.). L'alcoolisme reste actuellement en France la cause majeure des états confuso-oniriques, dont le délirium tremens… Lire la suite
CONTAMINATIONS RADIOACTIVES

Écrit par :  René NOTO

… *La contamination radioactive correspond à la présence accidentelle de substances radioactives à la surface ou à l'intérieur du corps humain. La contamination externe peut être directe par dépôt, sur la peau saine et les phanères, de particules solides ou de gouttelettes de liquides ayant un certain taux de radioactivité ; elle peut être… Lire la suite
CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES

Écrit par :  Pierre BOURRELLYJean Claude LEFEUVRE

Dans le chapitre "Nocivité des Cyanobactéries"  : …  de molécules. Cela va de produits utiles comme des antibiotiques, des antiviraux et antitumoraux *jusqu'à différentes toxines qui font l'objet, en France, d'une surveillance depuis l'année 2000, en raison du risque sanitaire. Trois types de toxines sont habituellement répertoriés dans les différents genres de cyanobactéries : les dermatoxines,… Lire la suite
DAPHNÉ, botanique

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Les trois daphnés (thyméléacées) les plus répandus, le bois gentil (Daphne mezereum L.), la lauréole (D. laureola L.), le garou (D. gnidium L.), et les autres espèces européennes, sont des plantes très vénéneuses. Ils renferment une résine âcre, irritante (même après séchage prolongé), toxique, la mézéréine, et un… Lire la suite
DATURA ou STRAMOINE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *L'une des solanacées les plus vénéneuses, plus dangereuse encore que la belladone, le datura ou stramoine (Datura stramonium L.) renferme trois alcaloïdes : l'hyoscyamine, l'atropine et la scopolamine, qui sont aussi les poisons de la belladone et de la jusquiame. À forte dose (infusion de quelques grammes de feuilles chez l'adulte), elle… Lire la suite
DÉMYÉLINISATIONS

Écrit par :  Alain PRIVAT

… *Phénomène pathologique, la démyélinisation est observée principalement dans deux maladies : la sclérose en plaques, qui touche le système nerveux central et qui est fatale à plus ou moins longue échéance, et la maladie de Guillain-Barré, qui touche le système nerveux périphérique et qui est spontanément régressive. L'examen post mortem du… Lire la suite
DIGITALE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Décrite pour la première fois par Leonhart Fuchs en 1542, reconnue diurétique et cardiotonique à la fin du xviiie siècle par les Anglais Withering et Cullen (les paysans de leur pays l'employaient empiriquement dans l'épilepsie, non sans risques), la digitale> (Digitalis purpurea L.) s'est imposée de nos jours comme le… Lire la suite
DIOSCORÉALES

Écrit par :  Jacques MIÈGE

Dans le chapitre "Étude d'un type : le tamier"  : …  Ce sont des baies rouge vif de 10 à 12 mm de diamètre contenant jusqu'à six graines. Ces baies sont *vénéneuses. Elles contiennent des raphides (fines aiguilles d'oxalate de calcium) et des saponosides. Ingérées par des enfants, elles entraînent la paralysie et des irritations gastro-intestinales graves. La pulpe contient aussi une substance… Lire la suite
DIOXINES

Écrit par :  François RAMADE

… stables, donc non biodégradables, présentent un fort pouvoir contaminant pour les sols et les eaux. *Elles possèdent toutes une toxicité aiguë : la dioxine la plus toxique, la tétrachlorodibenzodioxine (TCDD), est, par exemple, mortelle pour le chien à une concentration 600 fois plus faible que la strychnine. Elles sont de plus cancérogènes à des… Lire la suite
DISULFIRAME ou ANTABUSE

Écrit par :  Philippe COURRIÈRE

… *Le disulfirame (Antabuse) est le disulfure de tétraéthyl-thiocarbamoyle : Le British Pharmaceutical Codex indique qu'il peut être préparé par condensation de la diéthylamine et du disulfure de carbone en présence de soude, suivie d'une oxydation du diéthyl-dithiocarbamate de sodium obtenu par le persulfate d'ammonium. Il se présente alors… Lire la suite
ÉCOTOXICOLOGIE

Écrit par :  François RAMADE

… L'*écotoxicologie peut se définir, de la façon la plus simple, comme l'étude des polluants toxiques dans les écosystèmes. Cette discipline scientifique est donc à l'interface entre l'écologie et la toxicologie. Son objectif est d'évaluer les modalités par lesquelles les polluants sont introduits et circulent dans les écosystèmes, depuis les milieux… Lire la suite
ÉLEVAGE

Écrit par :  André FELLouis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "La stimulation de la croissance par les hormones"  : …  (trenbolone et zeranol). Toutes ces hormones sont obtenues par synthèse chimique. Les trois *hormones sexuelles ont une structure chimique strictement identique aux molécules naturelles. Elles sont inactives par voie orale et sont très instables in vivo. Elles n'ont donc aucune chance d'avoir une quelconque influence directe sur les… Lire la suite
ÉPIDÉMIOLOGIE

Écrit par :  Catherine DUPUISPierre SALIOU

Dans le chapitre "L'épidémiologie descriptive et l'épidémiologie analytique"  : …  étudiée (mesure de la fréquence de la maladie dans une population à un moment donné). Si elle est *répétée à intervalles réguliers dans une période donnée (l'année par exemple), elle permet de calculer l'incidence (mesure de la fréquence de survenue de cas nouveaux de la maladie dans la population étudiée). L'épidémiologie analytiqueLire la suite
ÉTHANAL ou ACÉTALDÉHYDE ou ALDÉHYDE ACÉTIQUE

Écrit par :  Dina SURDIN

… *Appelé parfois improprement acétaldéhyde, aldéhyde acétique ou aldéhyde éthylique CH3—CHO Masse moléculaire : 44,05 g Point d'ébullition : + 21 0C Liquide incolore, inflammable, à odeur caractéristique, infiniment soluble dans l'eau, l'éthanol, l'éther, le benzène. L'éthanal, composé type de la série des aldéhydes, est un… Lire la suite
FAVISME

Écrit par :  Marie-Christine STÉRIN

… *Favisme est l'ancien nom du déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase, une enzyme du sang, entraînant la destruction des globules rouges. L'intoxication est provoquée (chez les sujets génétiquement prédisposés) par l'ingestion de fèves ou l'inhalation du pollen de cette plante. Dans les heures qui suivent apparaît brusquement un syndrome d'… Lire la suite
FLUOR

Écrit par :  Josik PORTIER Universalis

Dans le chapitre "Action physiologique"  : …  Le* fluor présente une très grande toxicité. La présence de difluor dans l'air pour des teneurs inférieures à deux parties par million (p.p.m.) provoque de graves troubles respiratoires ; on doit les combattre par l'inhalation d'oxygène, qui évite le développement d'œdèmes pulmonaires. Ce danger est cependant minimisé, car son odeur pénétrante… Lire la suite
FOIE

Écrit par :  Jean ANDREJacques CAROLIYves HECHT

Dans le chapitre "Hépatites toxiques"  : …  Certaines *intoxications sont mortelles par suite d'une lésion du foie : tel est le cas des intoxications par le phosphore blanc de certains raticides, le tétrachlorure de carbone des extincteurs d'incendie, les toxines de l'amanite phalloïde. L'utilisation de ces toxiques est bien connue des expérimentateurs qui, en variant les doses et… Lire la suite
IATROGÈNE PATHOLOGIE

Écrit par :  Edith ALBENGRES

… *Ce sont les états pathologiques liés à l'administration d'un médicament quand ce dernier est donné dans la bonne indication, à la bonne posologie, et qu'il a été correctement pris par le malade, c'est-à-dire en dehors de toute erreur thérapeutique. Cela souligne le caractère inévitablement agressif à des degrés divers de la plupart des médicaments… Lire la suite
INTOXICATIONS

Écrit par :  Jacques-Robert BOISSIERClaude PIVA

L'*introduction dans un organisme vivant d'une substance étrangère peut entraîner des conséquences graves, irréversibles ou non, pouvant même mettre en danger la vie de l'organisme. Le mot « toxique » vient du mot grec toxos signifiant arc, probablement en référence aux poisons de flèches… Lire la suite
JUSQUIAME

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Dans le trio des grandes « solanacées vireuses », la jusquiame (Hyoscyamus niger L.) vient en troisième position pour la toxicité, après la stramoine et la belladone. C'est cependant une plante très vénéneuse, renfermant, comme ses parentes, les trois alcaloïdes : atropine, hyoscine et surtout hyoscyamine. Si l'empoisonnement par la… Lire la suite
KELSEY FRANCES (1914-2015)

Écrit par :  Universalis

…  était experte médicale pour la Food and Drug Administration (F.D.A.), la mise sur le marché de la *thalidomide, un sédatif, permettant ainsi d’éviter une épidémie de malformations à la naissance. Le médicament était alors largement utilisé en Europe, comme somnifère et pour soulager les nausées matinales chez la femme enceinte, et son autorisation… Lire la suite
LECTINES

Écrit par :  Jacques MIÈGE

…  un rôle dans l'orientation des microtubules qui participent à la formation du fuseau mitotique. 5. *Toxicité des lectines. Plusieurs lectines (con A, agglutinine du germe de blé, PHA du haricot, lectine du robinier...) sont toxiques pour les cellules animales. Leur toxicité est beaucoup plus faible que celle de la ricine, de l'abrine et de la… Lire la suite
LEUCÉMIES

Écrit par :  Michel LEPORRIER

Dans le chapitre "Quels sont les facteurs connus provoquant ces altérations des gènes des cellules ?"  : …  par certains, n'est actuellement pas confirmé par les registres de surveillance spécifiques. Parmi* les toxiques chimiques, sont reconnus comme leucémogènes les hydrocarbures aromatiques (benzène et ses dérivés), utilisés comme solvants ou diluants et entrant dans la composition de colles, peintures, vernis, produits de nettoyage à sec, de… Lire la suite
MAGENDIE (F.) ET L'EXPÉRIMENTATION PHARMACOLOGIQUE

Écrit par :  François CHAST

  *François Magendie (1783-1855) est à l'origine de la pratique expérimentale en médecine. Il exploite les principes de la physique et de la chimie comme bases de la compréhension des phénomènes physiologiques, se proposant ainsi de lutter contre l'empirisme. Outre l'intérêt qu'il porte à la neurophysiologie, ses principaux… Lire la suite
MALFORMATIONS CONGÉNITALES

Écrit par :  Jean de GROUCHY

Dans le chapitre "Étiologie"  : …  médicale intempestive (thérapeutique ou diagnostique) de femme dont on a méconnu la grossesse. *En second lieu, des substances toxiques, tels certains médicaments (la Thalidomide en est un exemple) ont été responsables de malformations variées (phocomélie). Des infections virales (rubéole, cytomégalovirus) et parasitaires (toxoplasmose), enfin… Lire la suite
MARÉES VERTES

Écrit par :  Alain MENESGUEN

…  Depuis 2009, il en coûte annuellement 800 000 euros pour ramasser 60 000 mètres cubes d'ulves. Le *risque sanitaire causé par les émanations d'hydrogène sulfuré (H2S) provenant de la putréfaction de ces tonnes d'algues a été longtemps ignoré ou minimisé – malgré le décès d'un jogger en 1989, du coma d'un conducteur d'engin en 1999 et la… Lire la suite
MERCURE, élément chimique

Écrit par :  Guy PÉREZJean-Louis VIGNES

Dans le chapitre "Usages et toxicité"  : …  particulièrement en Amazonie. C'est également un catalyseur de nombreuses synthèses organiques. *Plusieurs de ces utilisations sont en voie de disparition en raison de la toxicité du mercure. Le mercure a disparu des piles salines et alcalines, la vente des thermomètres contenant du mercure est interdite en France depuis 1999. En effet, le… Lire la suite
MERCURE, toxicologie

Écrit par :  Universalis

… *Certaines industries modernes mais aussi des processus biologiques aboutissent à une concentration dangereuse des composés mercuriels dans l'organisme humain. Le mercure est largement utilisé dans l'industrie, les produits chimiques, les peintures, divers objets, des pesticides et des fongicides, etc. Indépendamment du fait que de nombreux biens de… Lire la suite
MINAMATA MALADIE DE

Écrit par :  Yugi SATO

… *Intoxication au mercure observée, dès 1956, dans la ville de Minamata (petit port japonais de la côte ouest de l'île de Kyūshū), d'abord chez les chats, puis chez les pêcheurs et leur famille qui ont consommé du poisson ou des coquillages. Cette intoxication — qui, au début du xxisiècle, selon les statistiques… Lire la suite
MORELLE DOUCE-AMÈRE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Parente sauvage de la tomate et de la pomme de terre, la morelle douce-amère (Solanum dulcamara L. ; solanacées) renferme deux saponosides de nature différente, l'acide dulcamarétique et l'acide dulcamarique, qui sont à l'origine de la saveur d'abord sucrée, puis amère, de la tige mâchée. Il y a en outre un glucoalcaloïde, la solacéine,… Lire la suite
MORPHINE

Écrit par :  Hélène MOYSEMichel PARISRené Raymond PARIS

Dans le chapitre "Toxicité"  : …  L'*intoxication aiguë entraîne, à forte dose, le coma, la suspension plus ou moins prolongée de la respiration (apnée), la mort par arrêt respiratoire. Les enfants et les vieillards sont très sensibles à son action. Il faut noter par ailleurs que la morphine potentialise l'action des convulsivants notamment la strychnine, le pentétrazole,… Lire la suite
MUGUET, botanique

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Plante très toxique, en dépit de son parfum innocent, le muguet (Convallaria majalis L. ; liliacées) peut provoquer des malaises : un simple brin mâchonné ou les émanations d'un bouquet dans une pièce close ont suffi à indisposer certains sujets. On a relaté des intoxications par l'eau d'un vase de muguet, bue par erreur. Les parties… Lire la suite
MUSCARINE

Écrit par :  Philippe COURRIÈRE

… Ces champignons poussent dans les régions tempérées et sont responsables chaque année de nombreuses *intoxications. S'ils ne sont pas mortels, ils sont très dangereux car ils provoquent des troubles gastro-intestinaux, du délire et des hallucinations, en particulier à cause de la muscarine. Du point de vue chimique, la muscarine possède un noyau… Lire la suite
NANOTECHNOLOGIES (enjeux et risques)

Écrit par :  Francelyne MARANO

Dans le chapitre "Pourquoi s'inquiète-t-on de la toxicité des nanoparticules ?"  : …  En ce qui concerne les nanoparticules et les nanotubes, les seules données actuelles sont *des données toxicologiques, encore fragmentaires, souvent réalisées sur des cultures cellulaires, et quelques études toxicologiques chez le rat et la souris qui sont les animaux de laboratoire utilisés généralement dans les tests réglementaires. La… Lire la suite
NEUROLOGIE

Écrit par :  Raymond HOUDARTHubert MAMOJean MÉTELLUS Universalis

Dans le chapitre "Étiologie toxique et étiologie métabolique"  : …  L'*étiologie toxique et l'étiologie métabolique peuvent être réunies dans un même chapitre, car c'est habituellement par une accumulation massive de produits toxiques que les troubles métaboliques entraînent des lésions du système nerveux, et les manifestations des intoxications endogènes ne sont pas différentes de celles des intoxications exogènes… Lire la suite
O.G.M. - Les risques

Écrit par :  Louis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "Évaluation des risques alimentaires"  : …  l'O.G.M. (composition totale en protéines, acides aminés, lipides, carbohydrates, ions...) ; – une* identification de la toxicité aiguë de la protéine codée par le transgène par une administration unique à des souris ; – une évaluation de la toxicité globale de l'O.G.M. chez des rats nourris pendant trois mois avec des quantités aussi élevées que… Lire la suite
O.G.M. (ÉTUDE SÉRALINI SUR LES)

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

…  économique que le maïs usuel ? Quelques études suggèrent une absence de bénéfices économiques. Le* 17 septembre 2012, un hebdomadaire publiait en exclusivité les conclusions d'une équipe de chercheurs de Caen, dirigée par le biologiste Gilles-Éric Séralini. Selon cette étude, le maïs transgénique NK603 (résistant aux glyphosates, comme l'… Lire la suite
PARABÈNES

Écrit par :  Patrick BALAGUER

Dans le chapitre "Des molécules controversées"  : …  Les *parabènes font l'objet de vives controverses car ils sont soupçonnés d'augmenter la survenue de tumeurs du sein et de nuire à la fertilité masculine notamment en agissant pendant le développement du fœtus. Le 3 mai 2011, l'Assemblée nationale a adopté, au nom du principe de précaution, une proposition de loi visant à interdire les parabènes et… Lire la suite
PARISETTE

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Plante vénéneuse (Paris quadrifolia L. ; liliacées) dont toutes les parties, surtout les feuilles, renferment deux glucosides toxiques, le paristyphnoside et le paridoside, qui dérive vraisemblablement du premier par hydrolyse. Elles contiennent, en outre, de l'asparagine, des acides citrique, malique, phosphorique, une résine,… Lire la suite
PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

Écrit par :  Vincent LAUDET

Le *grand public est alerté régulièrement sur les risques liés à l'exposition de l'homme à certains produits chimiques présents dans l'environnement. La toxicité du bisphénol A, l'épandage de pesticides sur les cultures ou encore les risques associés aux déchets industriels déversés dans les rivières font l'… Lire la suite
PESTICIDES

Écrit par :  Alain BLOGOWSKI

Dans le chapitre "Les pesticides et la réglementation européenne"  : …  est composé de trois éléments : un dossier biologique qui vise à déterminer la sélectivité du produit pour la culture, son efficacité sur l’usage demandé, ainsi que son absence d’effets secondaires ; *un dossier toxicologique visant à prouver son innocuité sur la santé humaine ; un dossier écotoxicologique relatif aux impacts sur l’environnement… Lire la suite
PHARMACODÉPENDANCE

Écrit par :  Edith ALBENGRES

… *Le phénomène de dépendance d'un individu vis-à-vis d'un médicament a été dénommé pharmacodépendance par l'Organisation mondiale de la santé (O.M.S.), qui en a donné la définition, internationalement admise, suivante : « État psychique et quelquefois également physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et un médicament, se… Lire la suite
PHARMACOLOGIE

Écrit par :  Edith ALBENGRESJérôme BARREPierre BECHTELJean-Cyr GAIGNAULTGeorges HOUINHenri SCHMITTJean-Paul TILLEMENT

…  les drogues, en relation avec des perturbations de mécanismes biochimiques ou biophysiques. – La *toxicologie a pour but d'étudier les effets nocifs des drogues, conséquences de leurs propriétés pharmacologiques. Ces effets se manifestent lorsque la drogue possède des actions indésirables, mais inséparables de son effet thérapeutique, ou… Lire la suite
PLOMB, toxicologie

Écrit par :  Universalis

… *Encore appelée saturnisme, l'intoxication au plomb résulte de l'accumulation de ce dernier dans les tissus humains, à la suite de l'exposition répétée aux objets ou aux aliments contenant ce métal. À la maison, il s'agit des peintures recelant du plomb et de l'eau de boisson ayant séjourné dans des canalisations en plomb. Les enfants sont plus… Lire la suite
POLICE SCIENTIFIQUE

Écrit par :  Robert GAURENNEBertrand LUDESHélène PFITZINGER Universalis

Dans le chapitre " Autres examens "  : …  *L'expertise toxicologique consiste à rechercher des traces de produits, stupéfiants ou autres, responsables de l'intoxication présumée d'une victime. Les tests immunochimiques de dépistage des toxiques reposent sur la grande spécificité entre antigènes et anticorps. Hautement sensibles, ils permettent d'effectuer des dosages de toxiques à très… Lire la suite
POLLUTION

Écrit par :  François RAMADE

Dans le chapitre " Histoire et évolution du concept de pollution"  : …  elle repose sur des critères dont le choix est toujours arbitraire. On peut prendre une approche *toxicologique et considérer la manière par laquelle les pollutions contaminent l'organisme humain (inhalation, ingestion, contact). Bien que d'usage courant, cette classification est anthropocentrique et donne au terme pollution un sens plus… Lire la suite
POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE URBAINE

Écrit par :  Isabelle ROUSSEL

Dans le chapitre "Polluants et santé"  : …  Les *principales études épidémiologiques portant sur les villes permettent de quantifier le nombre de décès précoces attribués à la pollution urbaine dans son ensemble. Celle-ci a réduit l’espérance de vie de plusieurs mois. C’est ainsi que l’O.M.S. recommande de ne pas dépasser la valeur de 10 μg/m3 de particules fines de taille… Lire la suite
PROBO KOALA DÉCHETS TOXIQUES DU

Écrit par :  Yves GAUTIER

…  et d'hydroxydes de sodium, sont déversées dans douze sites autour du grand port ivoirien. *Au bout de quelques jours, la population commence à se plaindre de problèmes de santé. Le bilan humain est lourd : dix décès, des milliers de malades. Fin septembre, dans un climat politique déjà très dur, ce scandale oblige le Premier ministre de… Lire la suite
PROCRÉATION

Écrit par :  Bernard JAMAINPaul-François LEROLLEYves MALINASJacques TESTART

Dans le chapitre "Agressions nuisant au fœtus"  : …  En *expérimentation animale, les molécules capables d'induire des malformations (on dit « tératogènes ») sont innombrables. Il est vrai, toutefois, qu'elles agissent à doses élevées et que leur effet est variable selon l'espèce, la race et la lignée expérimentée... et même selon l'individu puisque, dans une portée, il est exceptionnel que 100 p. 100… Lire la suite
RADIUM

Écrit par :  Georges BOUISSIÈRES

Dans le chapitre "Effets biologiques et utilisation"  : …  présentent les manipulations de préparations radifères sont accrus par le dégagement de radon 222. *Dans l'organisme, le radium se fixe principalement sur la moelle osseuse et sur le squelette. La quantité admissible de radium 226 fixé dans le corps humain est de 10—7 g. La concentration admissible dans l'eau est de 2,4 × 10—9Lire la suite
REACH (Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals)

Écrit par :  Pierre LASZLO

Dans le chapitre "Les risques chimiques "  : …  On *connaît un bon nombre de composés chimiques fortement toxiques, à commencer par des substances naturelles telles que l'aflatoxine des cacahuètes rancies, la tétrodotoxine de petites grenouilles amazoniennes, la toxine des marées rouges ou différents venins. Les modes d'action sont très divers. Ainsi, le safrole [ou 5-(2-propényl)-1,3-… Lire la suite
RÉCIFS CORALLIENS

Écrit par :  Pascale JOANNOT

Dans le chapitre "Conséquences pour l'homme des pressions sur les récifs coralliens"  : …  sur la santé publique. Il peut en effet se développer sur un récif en mauvais état une flambée de *ciguatera, intoxication provoquée par la consommation de poissons récifaux. Présente dans les régions intertropicales coralliennes, la ciguatera, appelée familièrement « la gratte » dans le Pacifique sud, est due à un dinoflagellé : GambierdiscusLire la suite
RENONCULES

Écrit par :  Pierre LIEUTAGHI

… *Dans la flore d'Europe, les nombreuses renoncules sont toutes très toxiques. Elles renferment un principe âcre, irritant, analogue à l'anémonine des anémones, produit de la polymérisation d'une substance initiale, la protoanémonine. Les plus vénéneuses sont la renoncule scélérate des lieux humides et des étangs, et la thora des montagnes calcaires… Lire la suite
RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

Écrit par :  Catherine BLAISRené LAFONTBernard MILLETAlain REINBERG

Dans le chapitre "Chronopharmacologie et chronothérapeutique"  : …  La susceptibilité d'un organisme vis-à-vis d'un agent doué d'actions *toxiques et/ou pharmacologiques n'est pas constante en fonction du temps, suivant une certaine conception de l'homéostasie. Au contraire, les effets désirés et non désirés des médicaments, par exemple, varient de manière périodique et prévisible. Ainsi, des lots similaires d'… Lire la suite
SANTÉ ET ENVIRONNEMENT

Écrit par :  Gabriel GACHELIN

Dans le chapitre "Les catastrophes industrielles"  : …  accablants. La dioxine est un des composants de l'agent Orange utilisé au Vietnam comme défoliant, *avec, semble-t-il, des effets persistants sur la population (malformations des membres lors du développement in utero). En décembre 1984, l'explosion à Bhopal, en Inde, d'une usine fabricant de l'isothiocyanate de méthyle, un précurseur toxique d'… Lire la suite
SARIN

Écrit par :  Universalis

…  pure. Le sarin se conserve à l'état liquide et se vaporise rapidement à la température ordinaire.* Il appartient à la famille des neurotoxiques organophosphorés, tout comme d'autres gaz de combat, comme le tabun ou le gaz VX encore plus virulents que le sarin, et des insecticides, comme le malathion. En effet, selon la molécule dans laquelle le… Lire la suite
SATURNISME

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

… *Intoxication par le plomb faisant toujours suite à une exposition prolongée, professionnelle (peintres, zingueurs, imprimeurs de l'ancien temps) ou non (adduction d'eau pauvre en carbonates par tuyaux de plomb, écaillage de vieilles peintures au plomb, habitat en zone industrielle polluée, alimentation). Dans l'intoxication chronique, la seule… Lire la suite
SMOG MORTEL À LONDRES

Écrit par :  Yves GAUTIER

…  1962, un nuage nauséabond et asphyxiant, de plus de 150 mètres d'épaisseur, envahit Londres. *Le smog (contraction des mots anglais smoke, fumée, et fog, brouillard) peut se révéler mortel pour toute personne ayant une fragilité de l'appareil respiratoire : au 8 décembre, on dénombre 106 morts rien que dans la capitale… Lire la suite
TOXINES

Écrit par :  Joseph ALOUFMichel BARBIER

…  et de propriétés physico-chimiques et biologiques très variées. En bactériologie, le *terme de toxine désigne le groupe des poisons macromoléculaires, à l'exclusion des autres substances toxiques élaborées par les bactéries ; dans d'autres disciplines, au contraire (zoologie, mycologie), ce terme englobe l'ensemble des biopoisons, quelle qu'en soit… Lire la suite
TRANSURANIENS

Écrit par :  Hubert DOUBRE

Dans le chapitre "Actinides et environnement"  : …  d'uranium ; deux tiers se fixent au niveau du squelette et le reste au niveau du foie et des reins. *Tous les isotopes ont même toxicité chimique, alors que leur toxicité radiologique (bien plus faible) dépend de leur période radioactive. L'oxyde UO2 est très peu soluble à pH neutre ; l'ion uranyle UO22Lire la suite
VENINS

Écrit par :  Jean-Philippe CHIPPAUXMax GOYFFON

Les *venins sont des sécrétions toxiques produites par de nombreuses espèces animales grâce à une glande exocrine spécialisée, la glande venimeuse. Les animaux pourvus d'un tel système sont dits venimeux. Par définition, ces toxines agissent par voie parentérale, c'est-à-dire par… Lire la suite

Afficher la liste complète (94 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.