BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DEBRÉ MICHEL (1912-1996)

Fils du professeur de médecine Robert Debré, Michel Debré est né à Paris. Docteur en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, il entre au Conseil d'État en 1934. Lieutenant en 1940, il est fait prisonnier et parvient à s'évader. En 1943, il est adjoint au délégué en France du gouvernement de Londres puis d'Alger. Après la Libération, le général de Gaulle lui confie la responsabilité de la réforme administrative. Secrétaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes en 1947, sénateur (alors conseiller de la République) d'Indre-et-Loire en 1948, à trente-six ans, il le restera jusqu'en 1958, se consacrant dès 1946 au retour du général de Gaulle. Dans son journal, Le Courrier de la colère, il mène de virulentes campagnes contre les gouvernements (Ces princes qui nous gouvernent, 1957) de la IVe République et se montre un ardent défenseur de la présence française en Algérie. Son sens de l'État et sa fidélité au général l'amèneront pourtant à combattre avec une égale énergie les partisans de cette thèse au moment des accords de paix d'Évian.

Garde des Sceaux de juin 1958 à janvier 1959 dans le premier gouvernement de la Ve République, il prend une part active à l'élaboration de la Constitution de celle-ci ; Premier ministre à partir du 8 janvier 1959, il cède, en avril 1962, la place à Georges Pompidou. Élu, en mai 1963, député de la Réunion, il revient au gouvernement avec les portefeuilles de l'Économie et des Finances (janv. 1966-mai 1968), des Affaires étrangères (mai 1968-juin 1969) et de la Défense nationale (de juillet 1969 à sa démission en avril 1973).

À l'Assemblée nationale, où il siège de 1973 à 1988 comme député de la Réunion, Michel Debré dénonce inlassablement les dangers de l'inflation et de la dénatalité. En 1979, il s'oppose vigoureusement au danger de dérapage supranational qu'il voit poindre dans l'élection au suffrage universel du Parlement européen. Il axe sur ce thème la campagne qu'il mène comme numéro deux de la liste que conduit Jacques Chirac. [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

PONTHIEU, « DEBRÉ MICHEL - (1912-1996)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-debre/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« DEBRÉ MICHEL (1912-1996) » est également traité dans :

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

Écrit par :  Wanda MASTOR

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'… Lire la suite
CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

Écrit par :  Pierre BRÉCHON

Dans le chapitre "L'adoption de la nouvelle Constitution"  : …  de la République et au gouvernement pour que l'exécutif puisse gouverner. Au cours des débats de l'été de 1958, Michel Debré, fidèle du général de Gaulle, ministre de la Justice, qui joue un rôle très important dans l'écriture de la Constitution, cherche avant tout à affirmer la prééminence présidentielle alors que les ministres d'État, leaders… Lire la suite
GUÉNA YVES (1922-2016)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

jadis par le maréchal Lyautey. La mère de sa femme ayant épousé le professeur Robert Debré, il partage avec le fils de celui-ci, Michel, le rejet de l'instabilité gouvernementale. Devenu garde des Sceaux en juin 1958, Michel Debré en fait son directeur de cabinet ; à ses côtés, il prépare la Constitution de la Ve République sans saisir que… Lire la suite
PISANI EDGARD (1918-2016)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

Alors que le milieu agricole multiplie les révoltes, il est nommé ministre de l'Agriculture. Si Michel Debré eût préféré une personnalité d'un esprit moins indépendant, il devait reconnaître l'efficacité de celui dont Charles de Gaulle avait apprécié les actes de 1944 et l'attitude en Haute-Marne. Pour le… Lire la suite
RÉUNION ÎLE DE LA

Écrit par :  Yvan COMBEAUGuy FONTAINE

Dans le chapitre "Les mutations de la départementalisation"  : …  des années 1960, marqué par l'instauration de la Ve République – avec l'élection de Michel Debré comme député de La Réunion – et par les décolonisations, est un tournant car il oblige l'État à prendre conscience de l'existence de l'île. La départementalisation est ainsi une forme originale de décolonisation intra-… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.