BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

Dès qu'on s'interroge sur les rapports qui peuvent lier individu et société, on est amené à penser ces relations en termes de cause et d'effet et à voir dans l'individu et dans la société deux objets en soi, deux réalités séparées. Or une telle séparation est impraticable, aussi bien au niveau du fait qu'au niveau du concept. Au niveau du fait, puisqu'il n'est pas d'individu humain dont l'individualité ne renverrait pas à la culture dans laquelle il s'inscrit et que, inversement, on voit mal ce que seraient les institutions sociales en dehors des individus qui les actualisent, qui les effectuent. Il en est de même au niveau du concept, puisqu'un tel réalisme mènerait la réflexion à des impasses, celle du sociologisme ou celle du psychologisme : soit qu'on parte de la société et qu'on échoue à retrouver l'individu sinon sous la forme d'un fantôme, reflet mécanique de la société et de ses institutions ; soit qu'on parte de l'individu et qu'on voie s'évanouir la réalité sociale, réduite à n'être que le milieu des comportements de l'individu, les significations procédant en dernière analyse de celui-ci. La difficulté du problème – son impossibilité peut-être – tient à ce qu'il s'agit de comprendre deux symbolismes (non pas deux réalités) qui sont à la fois inséparables et irréductibles l'une à l'autre.

On peut résumer la question des rapports entre l'individu et la société de la façon suivante : « Comment un homme est-il à la fois différent de tous les autres hommes, semblable à certains hommes et semblable à tous les hommes ? » Ce qui en fait la complexité est la façon dont se noueraient les déterminations biologiques et les déterminations culturelles dans la singularité d'une existence, quand bien même il serait possible de définir clairement la spécificité de chacun des ordres impliqués.

1.  Inné et acquis

Acceptons que, chez un individu, ce qui relève du biologique soit inné, l'acquis relevant du culturel. Force est de constater que le biologique et le social ne fonctio [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

AKOUN, « INDIVIDU & SOCIÉTÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« INDIVIDU & SOCIÉTÉ » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

Écrit par :  Albert JAKUBOWICZ

Dans le chapitre "L'atmosphère"  : …  de l'espace et du temps due à la présence et à la relation conjuguée de plusieurs personnes. Par exemple, nous pouvons aimer deux personnes, mais trouver leur couple exécrable. Le couple produit une qualité qu'on nomme l'atmosphère. L'atmosphère est une production des échanges entre les individus et non une production de la volonté des individus… Lire la suite
ADAPTATION - Adaptation sociale

Écrit par :  Raymond BOUDON

Le concept d'adaptation sociale va de pair avec celui d'intégration sociale. L'adaptation décrit les mécanismes par lesquels un individu se rend apte à appartenir à un groupe. L'intégration, ceux par lesquels le groupe admet un nouveau membre. L'adaptation insiste sur les changements chez l'individu, qui sont la condition de l'intégration… Lire la suite
ADLER MAX (1873-1937)

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Longtemps occulté par la prépondérance de l'idéologie bolchevique, le rôle de Max Adler, l'un des principaux représentants de l'austro-marxisme, s'éclaire d'une importance accrue à mesure qu'on redécouvre les tendances anti-autoritaires apparues dans l'évolution de la doctrine marxiste… Lire la suite
ADORNO THEODOR WIESENGRUND (1903-1969)

Écrit par :  Miguel ABENSOUR

Dans le chapitre "L'individu, contre la standardisation"  : …  Par des voies multiples, Adorno parvient au même diagnostic quant à l'individu : en proie à une standardisation sans précédent, la société moderne procède à une liquidation du moi. Mais de par la souffrance qui l'affecte – le moment somatique –, de par le tourment qu'elle éprouve face à une universalité mensongère, l'… Lire la suite
AGRESSION (psychologie sociale)

Écrit par :  Laurent BÈGUE

le bruit, ou encore l’épuisement circonstanciel des ressources psychologiques. Individu et situation contribuent à déterminer l’état psychologique présent par la voie des affects, cognitions et éveil physiologique, qui s’influencent mutuellement. Ainsi, un événement déplaisant cause un affect négatif, lequel induit une accessibilité temporaire de… Lire la suite
ALIÉNATION

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Ambiguïtés du mot et du concept"  : …  De proche en proche, tous les individus dans la société moderne sont essentiellement insatisfaits et captent le vocabulaire de l'aliénation pour le dire. Ils sont insatisfaits, parce que cette société tend à s'organiser sur la seule base de la lutte avec la nature extérieure et à se définir à l'aide du seul concept d'… Lire la suite
ALTHUSIUS JOHANN ALTHAUS dit JOHANNES (1557-1638)

Écrit par :  Yves SUAUDEAU

Né à une époque où l'Allemagne, notamment la Westphalie où il naquit, était une succession de petits fiefs animés surtout par les communautés calvinistes, Althusius appliqua sa pensée et son activité à ce contexte, aussi original que sa conception de la souveraineté devait l'être pour l'époque. Il étudie Aristote à Cologne,… Lire la suite
ANARCHISME

Écrit par :  Henri ARVON E.U.Jean MAITRONRobert PARIS

Dans le chapitre "L'associationnisme"  : …  entre la société telle qu'elle existe et l'« association » dont il prône l'avènement. La société se dresse face aux individus ; elle est située en dehors et au-dessus d'eux. Elle apparaît comme quelque chose de définitivement établi, de stable, voire de sclérosé. Abusant de sa souveraineté, fictive il est vrai, mais non moins réelle tant que les… Lire la suite
ANOMIE

Écrit par :  Raymond BOUDON

d'anomie forgé par Durkheim est un des plus importants de la théorie sociologique. Il caractérise la situation où se trouvent les individus lorsque les règles sociales qui guident leurs conduites et leurs aspirations perdent leur pouvoir, sont incompatibles entre elles ou lorsque, minées par les changements sociaux, elles doivent céder la place à… Lire la suite
ASSIMILATION SOCIALE

Écrit par :  Shmuel Noah EISENSTADT

Dans le chapitre "Quelques types caractéristiques de groupes de candidats à l'assimilation"  : …  la transformation du groupe initial et de l'image sociale que se fait de lui-même l'individu qui le compose est relativement limitée. Elle s'étend au cercle familial et aux différentes relations actives, aux rôles nécessaires pour que soient satisfaits ses besoins et ses aspirations. Cependant, au sein de la famille, à l'intérieur de son système de… Lire la suite
AUTOCONTRAINTE

Écrit par :  Fabien CARRIÉ

, notamment dans l’ouvrage Malaise dans la civilisation (1929). Selon la lecture qu’en fait Elias, Freud concevait la société comme une instance exclusivement répressive de la nature humaine et envisageait la formation des fonctions de contrôle de soi et de ses affects à l’aune des seules interactions avec les parents… Lire la suite
BENTHAM JEREMY (1748-1832)

Écrit par :  Pierre TROTIGNON

Dans le chapitre "De l'individu à la société ou la sanction « automatique »"  : …  un individu à agir en tel sens et la congruence de l'action et des exigences sociales. Bentham, fidèle au projet scientifique qui est le sien, pense en effet qu'il faut remplacer l'idée d'une harmonie (ou d'une opposition) de l'intérêt individuel et de l'intérêt collectif par l'invention d'une méthode unique qui permettrait… Lire la suite
BIEN, philosophie

Écrit par :  Monique CANTO-SPERBER

Dans le chapitre "Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia » "  : …  Une troisième remarque a trait à l'impossibilité de définir l'eudaimonia de façon strictement individuelle. L'autosuffisance du bonheur ne désigne aucunement un état qui ne concerne que l'individu. Il doit toucher aussi, dit Aristote, « ses parents, ses enfants, sa femme, ses amis et ses concitoyens en… Lire la suite
BOUDON RAYMOND (1934-2013)

Écrit par :  Claude JAVEAU

caractéristiques individuelles, notamment psychologiques. Le débat au sujet de l'individualisme méthodologique reflète une certaine tension concernant la relation entre l'individu et la société. Actuellement, cette tension est fréquemment analysée en termes de « structure » et d'« agent » (agency), à l'exemple de la théorie de la structuration… Lire la suite
CANETTI ELIAS (1905-1994)

Écrit par :  Jacques LE RIDER

Dans le chapitre "Puissance des masses"  : …  Masse et puissance rassemble une somme transdisciplinaire de réflexions sur les processus de métamorphose de la pluralité indéfinie des individus en une masse compacte. L'individu, caractérisé par sa phobie du contact, et la masse dans laquelle il se dissout s'opposent si radicalement que le passage de l'un à l'autre s'apparente à une petite… Lire la suite
CHOIX COLLECTIF ET BIEN-ÊTRE SOCIAL, livre de Amartya Kumar Sen

Écrit par :  Samuel FEREY

collective renvoie aussi bien aux procédures de vote qu'aux mécanismes de marché). L'enjeu est de déterminer s'il existe des procédures capables d'agréger les préférences individuelles de manière relativement rationnelle, autrement dit, de voir sous quelles conditions une collectivité peut classer des états sociaux en se fondant sur les seules… Lire la suite
LA CITÉ DU SOLEIL, livre de Tommaso Campanella

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Dans le chapitre "Le bonheur dans la servitude volontaire"  : …  Société collectiviste et égalitaire, la Cité du Soleil a aboli la propriété privée et le pouvoir hiérarchisé en interdisant à chacun la libre disposition de soi et en propageant la servitude volontaire comme la vertu citoyenne par excellence. Poussant l'organisation rationnelle jusqu'à l'absurde, la prééminence des fonctions sociales participe d'… Lire la suite
CITOYENNETÉ

Écrit par :  Dominique SCHNAPPER

Le terme de citoyen, dont la Révolution française avait déjà fait un usage enthousiaste et parfois excessif, est revenu à la mode depuis quelques années d'une manière insistante, sinon obsédante, et cela dans tous les pays démocratiques. Le plus souvent, il revient à dire simplement « non professionnel », « social », ou même… Lire la suite
CIVISME

Écrit par :  Bernard GUILLEMAIN

mieux que l'autonomie ? Ou l'autonomie mieux que l'intégration ? Ou comment s'associeraient-elles ? C'est peut-être, en l'enfermant dans un domaine théorique étroit, ranimer le problème le plus souvent mal posé (et conduisant à des réponses toutes contradictoires) de la société et de l'individuLire la suite
CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "Classes et conflits"  : …  au mieux, comme une « idée régulatrice » (au sens que donne Kant à cette notion) : l'individu, originairement libre, d'un côté réalise son universalité dans la politique où il se fait sujet législateur, de l'autre réalise sa particularité dans la société civile, lieu des égoïsmes et des intérêts que limite le droit. Ainsi est-il toujours à la fois… Lire la suite
CLASSIFICATION, sociologie

Écrit par :  Michel LALLEMENT

Dans How Institutions Think (1986), l’anthropologue britannique Mary Douglas montre combien les classifications participent plus généralement à l’institution des sociétés. Trois processus y contribuent directement. Établir une classification, c’est d’abord produire des jugements de… Lire la suite
COGNITION SOCIALE

Écrit par :  Vincent YZERBYT

s’appuient sur la notion déjà ancienne de schéma. Un schéma rassemble les informations emmagasinées sur un individu, un groupe ou toute autre cible de jugement, s’organise le plus souvent autour d’un label, tels un trait, un rôle social ou une étiquette groupale, et oriente l’encodage et le rappel des informations ainsi que la réponse, le… Lire la suite
CONFIGURATION SOCIALE

Écrit par :  Fabien CARRIÉ

de configuration est explicitement conçue dans l’optique d’une remise en cause de la dichotomie individu/société qui grèverait la plupart des théories sociologiques. Selon l’auteur, celles-ci seraient saturées d’idéologies et, par conséquent, inaptes à s’émanciper de représentations du monde social en termes de « double dépendance », les unes… Lire la suite
CONFORMISME (psychologie)

Écrit par :  Michel CHAMBONMichaël DAMBRUN

Le conformisme désigne le processus d'influence sociale par lequel une personne est amenée à aligner ses propres perceptions, croyances ou conduites sur celles d'un ensemble d'autres personnes. Commander la même boisson que ses amis lors d'une sortie, adopter les codes vestimentaires en usage dans son… Lire la suite
CONFORMITÉ & DÉVIANCE

Écrit par :  François BOURRICAUD

Il n'est pas de société dont les membres ne subissent un minimum de pression qui les amène à se conformer à certains modèles, à certaines règles (et par là même à se ressembler). Cette pression ne s'exerce d'une manière uniforme ni quant à l'intensité des contraintes qu'elle applique aux individus, ni quant aux directions qu… Lire la suite
CONSENSUS

Écrit par :  André AKOUN

« Comment se forme un concours unanime parmi des individus séparés ? » Envisagée de cette façon, la notion de consensus implique l'analyse des mécanismes et des procédures qui font naître la décision collective… Lire la suite
CONTRAT SOCIAL

Écrit par :  Michel TROPER

Malgré leur diversité, les doctrines du contrat social se proposent toutes de trouver dans l'individu le fondement de la société, de l'État, ou simplement de l'autorité politique. À cet égard, elles diffèrent radicalement, et même s'opposent aux doctrines qui… Lire la suite
CORPS - Les usages sociaux du corps

Écrit par :  Luc BOLTANSKI

Parler d'usages sociaux du corps c'est poser l'existence d'une correspondance globale entre, d'une part, l'utilisation que les individus font de leur corps, la relation qu'ils entretiennent avec le corps propre et même certaines de leurs propriétés somatiques (par exemple, le rapport entre taille et poids ou le type de morbidité… Lire la suite
CORPS - Cultes du corps

Écrit par :  Bernard ANDRIEU

Dans le chapitre "La tentation du narcissisme"  : …  de la famille, de la vie, du lien social et de l'économie. L'individu est isolé dans les grands ensembles, il a l'impression d'être inutile socialement au point de trouver dans son corps son seul lieu identitaire. Pour conserver leur liberté de création, leur liberté d'opinion, on voit alors de plus en plus d'individus se réfugiant dans l'espace… Lire la suite
CULTURALISME

Écrit par :  Marc ABELES

Dans le chapitre "Personnalité de base et institutions"  : …  suffisamment élaboré pour penser une causalité à double sens : du milieu sur l'individu ; de l'individu sur le milieu. Or Freud et ses disciples ne semblent guère concernés par ces processus de modelage réciproque où s'interpénètrent personnalité et société. Les deux concepts introduits par Kardiner pour comprendre cette interrelation sont ceux d… Lire la suite
CULTURE - Nature et culture

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Dans le chapitre "Enjeux et usages de l'opposition nature/culture"  : …  Les conclusions tirées par Lucien Malson dans son introduction au mémoire d'Itard sont dépourvues d'ambiguïté : « La nature humaine chez les enfants sauvages a toujours échappé aux regards parce qu'elle ne saurait apparaître qu'après l'existence sociale. » L'isolement effectif de l'individu humain n'est pas révélateur d'une nature humaine ainsi «… Lire la suite
CULTURE - Culture et civilisation

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

Dans le chapitre "Ordre politique, Lumières et « Kultur »"  : …  Au regard de Hobbes, la satisfaction que l'individu trouve dans la société ne consacre pas la jouissance de certains biens, mais l'assurance d'en pouvoir éventuellement disposer. Ainsi entre l'impulsion et le pouvoir politique n'y a-t-il pas incompatibilité. Le désir de puissance s'est converti en une puissance garante du… Lire la suite
CULTURE - Culture de masse

Écrit par :  Edgar MORIN

Dans le chapitre "La problématique de la vie privée"  : …  [...]. Il ne crée pas seulement un objet pour le sujet, mais un sujet pour l'objet. » Mais, comme le remarquait implicitement Marx, le sujet, l'homme consommateur, n'est pas créé de toutes pièces par le producteur. Il est le produit d'une longue et complexe dialectique historique qui développe l'individualisme moderne dans le cadre bourgeois. En… Lire la suite
DE LA DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE, livre de Alexis de Tocqueville

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Splendeurs et misères de la démocratie"  : …  sur les idées, les sentiments, les mœurs et les comportements politiques des Américains. Ainsi, le livre I montre le paradoxe de la croyance égalitariste qui, construite sur la valeur « individu », conduit pourtant au nivellement des jugements et au recul de l'esprit critique, tendances que Tocqueville décèle, entre autres, dans la passion des… Lire la suite
DEWEY JOHN (1859-1952)

Écrit par :  Jean-Pierre COMETTI

Dans le chapitre "Dewey psychologue, éducateur et penseur de la démocratie"  : …  le contenu social, et à permettre à l'individu d'acquérir la maîtrise des méthodes qui s'y trouvent impliquées ». Dans toute éducation, la dimension sociale et la dimension individuelle sont en interaction. L'individu y trouve la condition d'une participation aux ressources que l'humanité à développées, en même temps que la condition de son… Lire la suite
DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE, livre de Étienne de La Boétie

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Dans le chapitre "Le pouvoir, ennemi de l'homme"  : …  La Boétie est sans doute le premier à aventurer l'idée que les relations sociales ne doivent, en aucune façon, entraver l'indépendance des individus, qui en sont les protagonistes. S'il annonce le célèbre propos de Rousseau, « L'homme est né libre et partout il est dans les fers », il outrepasse le constat désabusé auquel s'arrêtera le philosophe… Lire la suite
DOUGLAS MARY (1921-2007)

Écrit par :  Éric SORIANO

filiation intellectuelle durable avec l’œuvre d’Émile Durkheim. En s’interrogeant sur ce que les institutions font aux individus, Mary Douglas veut réaffirmer les origines sociales des conduites individuelles en refusant de les réduire à un calcul rationnel. Si « les institutions n’ont pas de cerveau », on peut en saisir la logique au travers… Lire la suite
DROGUE

Écrit par :  Alain EHRENBERG E.U.Olivier JUILLIARDAlain LABROUSSE

Dans le chapitre "Abstinence-désintoxication-éradication"  : …  comme stratégie ; l'éradication des drogues de la société comme horizon politique. En France, la drogue concerne d'abord le statut de citoyen. Le législateur a considéré que la société doit imposer des limites à l'utilisation que chacun peut faire de son propre corps en contrepartie du droit à la santé et aux soins instaurés par la Sécurité… Lire la suite
DROIT ET CITOYENNETÉ AU DÉBUT DU XXIe SIÈCLE

Écrit par :  Renaud DEMOYEN

dont l'individu lui-même perçoit cette relation peut prendre des formes très différentes. Tantôt, endossant l'habit du citoyen, l'individu participe en effet à la vie de la cité et, indirectement, à l'édiction de normes ; tantôt, endossant celui du justiciable, il se montre déterminé à faire valoir ses droits individuels ou à les défendre. Or cette… Lire la suite
DURKHEIM (ÉCOLE DE)

Écrit par :  Claude JAVEAU

universitaire, à Bordeaux, en 1887. Cet enseignement fut le point de départ de ce qui est devenu une véritable école, qui repose essentiellement sur une conception « holiste » de la société, considérée comme réalité sui generis surplombant les individus et déterminant leurs conduites. Leur association a ses propres caractéristiques, qui… Lire la suite
DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

Écrit par :  Philippe BESNARDRaymond BOUDON

Dans le chapitre "« Le Suicide »"  : …  Le Suicide la préoccupation centrale de Durkheim : celle de l'insertion de l'individu dans la société, de l'analyse des désordres sociaux et de leur influence sur l'individu. En effet, bien que Durkheim distingue trois sortes de suicide (et même quatre, si l'on tient compte d'une note de bas de page où il introduit le suicide fataliste), le… Lire la suite
ÉCHEC

Écrit par :  Eliane AMADO LEVY-VALENSI

Dans le chapitre "Pièges des succès sécurisants"  : …  tout échec à un niveau quelconque retentit sur tous les autres. Entre le social et l'individuel se joue un jeu subtil et jusqu'ici insuffisamment analysé. Lorsque le social se déstructure, l'individuel peut prendre le pas sur lui – projection sur le Père, révolte contre lui ou démission entre ses mains – ou, au contraire, s… Lire la suite
ELIAS NORBERT (1897-1990)

Écrit par :  Alain GARRIGOU

Dans le chapitre "Sociologie et histoire"  : …  Ainsi en va-t-il de l'opposition canonique entre individu et société qui est le produit de la formation d'une société des individus. Elias différencie le « je » et le « nous » comme façons de penser les relations entre les groupes aussi bien locaux, comme celui d'une petite ville, que nationaux. Les relations entre établis… Lire la suite
ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

Écrit par :  Philippe MALRIEU

L'enfant grandit au sein de relations interpersonnelles au cours desquelles il élabore des attitudes de sociabilité, à la fois d'attachement et de rejet, à l'égard des sujets qui l'entourent. Activité complexe, où les émotions, les imitations, les agressions, les identifications, plus tard les comparaisons entre personnes,… Lire la suite
ÉTAT

Écrit par :  Olivier BEAUD

Dans le chapitre "Une communauté de citoyens"  : …  entre le souverain et les sujets, typique de l'État monarchique ou autocratique, l'avènement du peuple en tant que souverain a opéré un basculement d'ampleur : l'individu n'est plus seulement un sujet, mais aussi un citoyen. Il faut donc bien saisir les deux dimensions de la relation qui unit l'individu à l'État : la sujétion et la… Lire la suite
ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

Écrit par :  Raymond William FIRTH

Dans le chapitre "Place de l'individu dans la société"  : …  Le statut est la position sociale d'un individu avec les droits et devoir afférents. Le mot implique stratification. Cette analogie spatiale recouvre plusieurs significations : un homme occupe une « situation élevée » s'il est à même de régler la conduite des autres, soit en donnant des ordres, soit par son influence, ou s'il tient son prestige d'… Lire la suite
EXISTENTIALISME

Écrit par :  Yves STALLONI

soulevées par l’existentialisme : l’homme face à ses responsabilités et tenu d’assumer sa liberté de choisir ; la relation de l’individu au monde et en particulier le rapport à l’autre, dont le regard devient objectivant, donc accusateur ; la difficulté existentielle dont la prise de conscience, parfois fortuite, est source de désarroi… Lire la suite
FAIT SOCIAL

Écrit par :  Claude JAVEAU

Dans le chapitre "Les attributs du fait social"  : …  sociologique (1895), Durkheim définit le fait social de la manière suivante : « Est fait social toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d'exercer sur l'individu une contrainte extérieure ; ou bien encore, qui est générale dans l'étendue d'une société donnée tout en ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations… Lire la suite
FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

Écrit par :  François de SINGLY

Dans le chapitre "Rupture historique : l'individu « roi »"  : …  originale est indissociable du développement de l'individualisme. Le droit des individus à devenir eux-mêmes constitue la principale information de la seconde modernité qui émerge à partir des années 1960. Les critiques de la nouvelle éducation oublient totalement ce fait, aussi ne comprennent-ils pas pourquoi le rapport à… Lire la suite
FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

Écrit par :  E.U.Alexis PHILONENKO

Dans le chapitre "Le droit et la morale"  : …  se construit l'idée d'une communauté qui assigne à chaque individu une sphère propre. Ainsi Fichte s'oriente vers une déduction de l'existence sociale comme expression première de la raison. On trouve là un des passages les plus riches et les plus contestables de son œuvre. Le philosophe entreprend de déduire a priori les… Lire la suite
FOULE

Écrit par :  André AKOUN

Que la question de la psychologie des foules ne soit apparue qu'au xixe siècle s'explique peut-être par le fait qu'avec les sociétés industrielles nous voyons se développer le phénomène de l'entrée des masses dans la vie publique, l'intervention du nombre comme facteur politique, le poids arithmétique… Lire la suite
FOURIÉRISME

Écrit par :  Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ

Dans le chapitre "Les phalanstères"  : …  différents des deux sexes (soit 1 620), qui représentent l'âme humaine intégrale. Chaque individu, en effet, n'est que la 810e partie de l'âme : il possède le fonds commun des douze passions primitives, mais en une proportion et répartition singulières, et ce n'est que par le jeu des accords et des oppositions qui naissent… Lire la suite
FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

Écrit par :  Theodore ZELDIN

Dans le chapitre "L'individu contre le type"  : …  à des sources extrêmement variées. Il ne s'y prend jamais exactement comme son voisin. Pour qui regarde la société à la loupe, non seulement le visage et le corps sont différents d'un individu à l'autre, mais aussi, plus subtilement, le passé et les façons de voir. En second lieu, l'individu ne se satisfait plus d'être simplement considéré comme… Lire la suite
GAUCHET MARCEL (1946-    )

Écrit par :  Marc-Olivier PADIS

Dans le chapitre "La communauté impossible"  : …  déniée » ensuite par l'esprit démocratique. En quoi ce déni consiste-t-il ? En ce que l'affirmation de l'autonomie de l'individu comme principe politique déploie aussi ses effets dans la vie sociale, du point de vue de la démocratie comme mode de vie (ce qui a pour effet l'émancipation matérielle, la rupture des solidarités de proximité et de l'… Lire la suite
GÉRONTOLOGIE

Écrit par :  Claude BALIERFrançois BOURLIÈREMartine DRUENNE-FERRYPaul PAILLATHenri PÉQUIGNOT

Dans le chapitre "Les personnes âgées dans la société"  : …  Dans l'Antiquité, comme aujourd'hui encore dans de nombreuses sociétés agricoles ou pastorales du Tiers Monde, le groupe des anciens jouissait d'un respect qui tenait, en partie, au fait qu'il était peu nombreux (on pouvait attribuer la longévité exceptionnelle à la protection des dieux), ainsi qu'à son rôle de dépositaire et de transmetteur de la… Lire la suite
GROUPE DYNAMIQUE DE

Écrit par :  Didier ANZIEU

Dans le chapitre "Les démocraties occidentales et le groupe"  : …  humaines, en effet, sont à envisager comme la résultante non seulement du champ des forces psychologiques individuelles, mais de celui des forces propres au groupe auquel l'individu appartient. Pour la démocratie américaine engagée dans la guerre, il s'agissait de comprendre comment un phénomène tel que le fascisme ou le nazisme avait été… Lire la suite
GROUPE SOCIAL

Écrit par :  Georges BALANDIERFrançois CHAZEL

Dans le chapitre "L'intimité et l'enracinement"  : …  encore à expliquer en quel sens de tels groupes peuvent justement être dits primaires. Or, pour Cooley, ils méritent avant tout cette appellation dans la mesure où ils servent à former les idéaux moraux de l'individu et, ultérieurement, à les renforcer dans la conduite de la vie. Il n'est guère étonnant, dans cette perspective, que Cooley ait… Lire la suite
HOMO HIERARCHICUS, livre de Louis Dumont

Écrit par :  Bernard VALADE

du principe hiérarchique et du principe égalitaire comme réalités premières. Tous les thèmes abordés dans l'Introduction de cet ouvrage, et qui se rapportent à l'individualisme et au « holisme » – idéologie qui valorise la totalité sociale en lui subordonnant l'individu – ne cesseront pas d'être repris et élargis dans les… Lire la suite
HOMOSEXUALITÉ

Écrit par :  Frédéric MARTEL

une liberté fondamentale de la personne. La question de l'homosexualité n'est donc pas compréhensible si elle est détachée de l'histoire plus générale de la constitution du sujet dans la civilisation occidentale, qui trouve son aboutissement dans la notion d'individu libre, pensé à la fois comme… Lire la suite
HONNETH AXEL (1949-    )

Écrit par :  Gérard RAULET

Dans le chapitre "Les sphères de reconnaissance"  : …  Anerkennung, estimant par là s’inscrire dans la tradition de la Théorie critique. Il entend montrer que la société contemporaine, comme toutes les sociétés du reste, est organisée selon des sphères de reconnaissance, par lesquelles leurs membres ont la possibilité d’accéder à une reconnaissance mutuelle. Au-delà de Hegel, il s’appuie sur la… Lire la suite
INCIVILITÉ

Écrit par :  Bernard VALADE

Vitres brisées, dégradations diverses, emballages abandonnés, mais aussi troubles de voisinage, agressivité ou simple impolitesse constituent quelques-unes de ces transgressions des codes sociaux aujourd'hui appelées « incivilités ». Très variées, ces nuisances sont couramment analysées par les sciences sociales en liaison… Lire la suite
INDIVIDU

Écrit par :  Catherine CLÉMENT

Dans le chapitre "La qualification de l'État"  : …  civile. Or, « dans la simple identité avec la réalité des individus, la moralité objective apparaît comme leur conduite générale, comme coutume ». Conduite générale, coutume, la moralité objective est le nom hégélien pour le processus de socialisation d'un individu, ou, mieux, pour la détermination réciproque de l'individu et de la société… Lire la suite
INDIVIDUALISME

Écrit par :  Bernard VALADE

Dans le chapitre "Origine de l'individualisme"  : …  Maladie infantile de la société démocratique, l'individualisme est défini dans De la démocratie en Amérique (1840, t. II, 2, 2) comme « un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s'isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l'écart avec sa famille ; de telle sorte que,… Lire la suite
INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE

Écrit par :  Bernard VALADE

Dans le chapitre "Sources et principes"  : …  Cette méthode n'implique nullement une représentation atomiste des sociétés ; elle prend les individus comme insérés dans un système social, ensemble de contraintes au sein duquel leurs actions se déroulent. Centrée sur une schématisation des opérations d'un Homo sociologicus peu différent de l'Homo œconomicusLire la suite
INDIVIDUATION, sociologie

Écrit par :  Philippe RIUTORT

L’individuation constitue l’une des notions clés pour saisir l’ampleur du changement social qui caractérise l’avènement des sociétés industrielles à partir de la fin du xixe siècle. Chacun à sa manière, les fondateurs de la discipline sociologique ont été confrontés à l’… Lire la suite
L'INÉGALITÉ DES CHANCES. LA MOBILITÉ SOCIALE DANS LES SOCIÉTÉS INDUSTRIELLES, livre de Raymond Boudon

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Une analyse en termes de modèles"  : …  des chances, la prédominance évidente de la décision scolaire sur l'héritage culturel. Selon sa position sociale, l'individu effectue un calcul pour évaluer le bénéfice, le risque et le coût de l'investissement scolaire supplémentaire. Poursuivant les perspectives ouvertes par Sorokin en 1927, Raymond Boudon inscrit cette logique de la motivation… Lire la suite
INSTITUTIONS

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "La conception durkheimienne de l'institution"  : …  L'acteur individuel n'est donc pas l'auteur des contraintes auxquelles il est soumis ; et pourtant, il peut être dit autonome en ce sens qu'il a assimilé (intériorisé ou introjeté) ces contraintes, où il a reconnu les conditions de son épanouissement, et même, pour ainsi dire, de sa propre expression. En d'autres termes, les contraintes ne sont… Lire la suite
INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

Écrit par :  Pierre KAUFMANN

Dans le chapitre "Approche phénoménologique : intérêt propre et divertissement"  : …  en intérêt collectif, sous le couvert de l'axiome de l'harmonie entre l'intérêt de l'individu et l'intérêt général. De l'un à l'autre, une médiation demeure cependant nécessaire : médiation rationnelle du pacte, si elle vise à lever, dans la mouvance d'une conception pessimiste de la nature individuelle, l'hypothèque de l'Lire la suite
INTÉRÊT (sociologie)

Écrit par :  François VATIN

Une autre tension conceptuelle qui traverse le concept d’intérêt est déjà énoncée dans l’édition de 1694 du Dictionnaire de l’Académie française, qui, outre l’intérêt particulier, évoque « l’intérêt public, général, commun », et celui « de la famille » ou celui « de l’État ». L’édition de 1986 décline d’emblée les figures de la… Lire la suite
INTERVENTION SOCIOLOGIQUE

Écrit par :  W. ACKERMANN

Dans le chapitre "Action sur l'individu"  : …  L'effet attendu de cette expérience est de faciliter la communication interpersonnelle et le travail en groupe, par une meilleure compréhension des mécanismes psycho-sociaux, habituellement masqués par les conventions. Cependant, il n'est pas évident que les améliorations effectives qui peuvent en résulter au niveau des capacités individuelles… Lire la suite
INTIMITÉ

Écrit par :  Lilyane DEROCHE-GURCEL

Entre espace public et espace privé, l'intimité se définit, selon les termes de Georg Simmel, à l'œuvre duquel font aujourd'hui référence de nombreux sociologues, comme une forme pure de socialisation, affranchie de tout contenu susceptible à lui seul de lui conférer une identitéLire la suite
INTRODUCTION AUX PRINCIPES DE LA MORALE ET DE LA LÉGISLATION, livre de Jeremy Bentham

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Destin de l'utilité benthamienne"  : …  recouvrant à la fois des acceptions normatives et descriptives, qui fut controversée. Souvent interprété à tort comme une apologie de l'égoïsme ou un programme d'éthique individuelle calée, de façon réductrice, sur une mécanique rudimentaire des sentiments, l'ouvrage, qui tend davantage à fournir des bases morales positives à la pratique… Lire la suite
JOURNAL INTIME

Écrit par :  Claude BURGELIN

Dans le chapitre "La parole de l'individu"  : …  La Révolution française a promulgué les droits de l'homme, la liberté d'expression, l'autonomie de l'individu. Ces libertés neuves, le diariste les fait pleinement siennes dans l'espace de son journal. Le journal intime a donc partie liée avec l'histoire de la pratique démocratique. Et il n'est pas de démocratie sans place… Lire la suite
JUSTICE SOCIALE

Écrit par :  Bernard VALADE

Dans le chapitre "La justice sociale selon John Rawls"  : …  non à l'ensemble de l'existence. Les principes de la raison pratique et les précédentes représentations de la société et de la personne sont ici complémentaires ; une division sociale des responsabilités est instaurée : « La société, c'est-à-dire les citoyens comme corps collectif, accepte la responsabilité de protéger l'égalité des libertés de… Lire la suite
KARDINER ABRAM (1891-1981)

Écrit par :  Mikel DUFRENNE

à la culture d'une société. Ainsi l'objet d'étude n'est jamais qu'accessoirement l'individu, qui, dans les Case Studies, n'est tenu que pour échantillon. Il est plutôt la culture elle-même, en tant qu'elle est vécue et qu'elle imprime sa marque sur l'individu qui la vit et qui, du même coup, peut lui imprimer des… Lire la suite
LIBERTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "De la liberté arbitraire au champ de la politique"  : …  à volonté, le rapport de l'arbitraire à la règle, le rapport de l'intention à l'œuvre. Il s'y ajoute un nouveau rapport qui se présente d'abord comme une question : comment faire pour que la liberté de l'individu se reconnaisse non seulement dans une autre liberté singulière comme la sienne, mais dans un pouvoir de décider… Lire la suite
LIBERTÉ, sociologie

Écrit par :  Arnault SKORNICKI

du sujet, éprouvée de l’intérieur, à se déterminer lui-même indépendamment de toute contrainte. En revanche, les sciences sociales ont questionné l’existence d’une marge de manœuvre des individus au sein de la société, un espace dans lequel ceux-ci ne sont pas contraints par la collectivité et peuvent espérer concrétiser leurs aspirations… Lire la suite
LIEN SOCIAL

Écrit par :  Claude JAVEAU

société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de l'intersubjectivité décrite par… Lire la suite
LOYAUTÉ

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "Les cadres sociaux de la loyauté"  : …  indéfiniment la vendetta. Aujourd'hui, pas plus les familles que les individus ne sont autorisés à se faire justice. Si mon frère est condamné à une peine afflictive et infâmante, je ne m'en trouve pas personnellement et immédiatement affecté. La notion traditionnelle a subi une double déflation. D'abord, l'honneur, qui est… Lire la suite
LUMIÈRES

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "L'homme comme être social"  : …  homme de nature, modèle introuvable, on préfère l'homme social, plus aisément observable. Grâce à la société des familles, il éprouve des passions, acquiert le langage, fonde le droit de propriété (Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité entre les hommes, 1755), s'organise socialement et politiquement,… Lire la suite
MALADIES MENTALES

Écrit par :  E.U.Paul SIVADON

Dans le chapitre "Fréquence des maladies mentales"  : …  Une des variables est constituée par le niveau d'exigence de la société. On trouve plus de malades mentaux dans les milieux urbains que ruraux, dans les sociétés en rapide développement que dans celles ayant une relative stabilité. Cela ne signifie pas que ces conditions sociales soient la cause première d'un certain nombre… Lire la suite
MARXISME - La réification

Écrit par :  Jacques LEENHARDT

Dans le chapitre "La conscience réifiée"  : …  et la bureaucratie qui en sont les conditions. Ce n'est en effet qu'à partir de l'élimination du caractère individuel, personnel et humain du travail, et donc aussi du produit, qu'une véritable organisation rationnelle abstraite, non seulement de la production mais de tous les actes sociaux, devient possible. Le formalisme juridique comme le… Lire la suite
MAXIMES, PENSÉES, CARACTÈRES ET ANECDOTES, livre de Chamfort

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "Un livre qui n'en est pas un"  : …  pas à la lecture. Le titre est ironique. Contre Voltaire, Chamfort choisit Rousseau. Comme l'affirme le Contrat social, il croit l'homme naturellement libre, mais aliéné par la société. « La société n'est pas comme on le croit d'ordinaire, le développement de la nature, mais bien sa décomposition et sa refonte entière. Les… Lire la suite
MEAD GEORGE HERBERT (1863-1931)

Écrit par :  Daniel DERIVRY

Fortement marqué par les théories évolutionnistes, le philosophe américain George Herbert Mead a exercé une influence considérable sur le développement des sciences sociales. Pragmatiste, ami intime de John Dewey, il a largement contribué à combler le fossé qui séparait la psychologie individuelle de la sociologie. Il est… Lire la suite
MILL JOHN STUART (1806-1873)

Écrit par :  François TRÉVOUX

Dans le chapitre "La liberté : respect du non-conformisme"  : …  qu'une manière d'être de l'oppression que le groupe entier tend à faire peser sur l'individu en imposant ses idées ou ses coutumes, en obligeant les caractères à se modeler sur ceux de la collectivité. Dès lors, pour Stuart Mill, la liberté résulte à la fois des limites à l'action de l'opinion collective sur l'indépendance individuelle et de la… Lire la suite
MOBILITÉ SOCIALE

Écrit par :  Dominique MERLLIÉ

Dans le chapitre "Les indicateurs de mobilité sociale"  : …  diverses, elles-mêmes plus ou moins marquées ou rigides, de « stratification sociale ». L'analyse du fonctionnement et de la reproduction des sociétés conduit à s'interroger sur la manière dont sont attribués aux individus des groupes, statuts ou positions sociales, et sur le caractère plus ou moins durable ou fixe de cette distribution. Deux cas… Lire la suite
MODE, sociologie

Écrit par :  Philippe BESNARDOlivier BURGELIN

futile mais attachante, soit une pourvoyeuse de nouveauté, gaspilleuse d'énergie, mais capable d'ébranler la tradition et les mœurs, pour le meilleur et pour le pire, soit, surtout, un témoignage privilégié du comportement de l'homme en société et en particulier de la soumission de l'individu aux normes collectives… Lire la suite
MŒURS

Écrit par :  François BOURRICAUD

Sittlichkeit) ne constituent pas seulement une collection hétéroclite de pratiques arbitraires. Elles définissent un ensemble de « règles de vie », qui contribue à maintenir chez l'individu une hiérarchie convenable entre ses diverses activités, à éviter qu'il ne succombe au despotisme de ses passions, ou qu'il ne s'égare dans les… Lire la suite
MORALE

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "Les philosophies de l'histoire des morales"  : …  La solution a été cherchée sur des voies divergentes, qui cependant toutes contiennent, soit explicitement, soit implicitement, une philosophie de l'histoire des sociétés humaines. On considère l'individu et tous les individus comme moralement déchus, formant par conséquent des sociétés injustes ; le salut, regardé comme hors d'atteinte pour les… Lire la suite
MULTITUDE, philosophie

Écrit par :  Victor Manuel MONCAYO

Simondon dans L'Individu et sa genèse physico-biologique (1964). En effet, il importe de prendre en compte les processus d'individuation pour comprendre le passage qui s'opère de la dimension psychosomatique générique de l'animal humain à la singularité unique inhérente à la multitude. La multitude a derrière elle une unité représentée par le… Lire la suite
NATUREL DROIT

Écrit par :  Marie-Odile MÉTRAL-STIKER

Dans le chapitre "Le passage à l'ordre juridique"  : …  la contradiction du désir, l'universalité du droit et son transfert, fondement de la société, sont autant de ruses du désir. Mais il demeure qu'on comprend mal comment, là où « les hommes ne retirent pas d'agrément (mais au contraire un grand déplaisir) de la vie en compagnie » (Léviathan, xiii), les hommes peuvent en venir à s'assembler ? Au… Lire la suite
NOM

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Dans le chapitre "Le sens, la référence et le nom propre"  : …  Pour les anthropologues, il n'est certes pas question de se passer de noms ! Pour la bonne raison qu'« aucune société n'omet de dénommer ses membres » (F. Zonabend). Non seulement le nom propre est indispensable, mais encore il n'est jamais dépourvu de sens. On peut en énumérer brièvement les raisons… Lire la suite
ORGANICISME

Écrit par :  Pierre BIRNBAUM

De l'Antiquité à nos jours, on peut recenser de très nombreuses théories et philosophies sociales qui adoptent résolument une perspective organiciste grâce à laquelle elles mènent un parallèle entre l'organisation physiologique du corps humain et celle qui permet le fonctionnement du corps social. Que l'on considère les écrits d'Aristote, et en… Lire la suite
POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "La philosophie grecque"  : …  observent aussi chez l'animal définit-elle un but à l'action politique ? Elle en est parfaitement incapable, car les désirs des individus sont par essence en conflit entre eux et ne peuvent que conduire à la destruction de l'unité, à la lutte des factions, à la révolte de ceux qui se voient exclus des avantages auxquels ils pensent avoir un titre… Lire la suite
POLITZER GEORGES (1903-1942)

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

Le double signe de la mort domine l'œuvre et la destinée de Georges Politzer. L'existence qui s'achève devant un peloton d'exécution réitère en quelque sorte le sacrifice d'une pensée originale, qu'exigera l'adhésion au parti communiste. En dépit de ses divergences avec les théories de Wilhelm ReichLire la suite
PRÉJUGÉS ET DISCRIMINATION

Écrit par :  Markus BRAUER

Préjugés et discriminations ont des conséquences néfastes. Les individus qui en sont les victimes sont plus susceptibles de souffrir de dépression, de stress, d’anxiété et de manifester de l’agressivité. Ils sont caractérisés par une faible estime de soi, un niveau de performance réduit et une satisfaction de vie diminuée. Les préjugés et la… Lire la suite
PSYCHOLOGIE INTERCULTURELLE

Écrit par :  Serge GUIMOND

Dans le chapitre "La psychologie culturelle comparative"  : …  et non psychologiques, Hofstede ayant utilisé le pays et non les réponses individuelles comme unité d'analyse. Parce qu’elle concerne la relation entre l’individu et la société, la dimension individualisme/collectivisme a suscité beaucoup d’intérêt. Ainsi, dans le classement établi par Hofstede, les États-Unis occupent une position extrême sur… Lire la suite
RECONNAISSANCE, sociologie

Écrit par :  Wenceslas LIZÉ

’elle désigne dans le fonctionnement du monde social. Pour saisir simplement cette notion particulièrement labile, on peut dire que la reconnaissance a lieu à chaque fois qu’un individu, un groupe ou une institution valide une identité revendiquée par autrui (celle d’« artiste », par exemple) ou le crédite d’une certaine valeur sociale. L’acte… Lire la suite
RELIGION - Sociologie religieuse

Écrit par :  Olivier BOBINEAU

Dans le chapitre "Analyse wébérienne"  : …  En premier lieu, pour le sociologue allemand, la religion produit des effets au sein même de la société parce qu'elle inspire, motive, autorise et encadre les individus qui s'y réfèrent. La religion justifie des comportements sociaux en les fondant en quelque sorte depuis l'extérieur, le dehors de la société. Dans ce cadre, le domaine propre de l'… Lire la suite
RÉUSSITE SOCIALE

Écrit par :  Alain GIRARD

son fonctionnement ? Comment les reconnaître, les préparer ou les mettre à l'épreuve ? Ces questions se sont toujours posées aux individus soucieux de satisfaire leurs aspirations comme à la collectivité en vue de l'intérêt général. Le droit divin, le système des castes ou des ordres, les avantages conférés par la naissance ont représenté des… Lire la suite
RÉVOLTE

Écrit par :  François CHÂTELET

Dans le chapitre "Les dévalorisations de la révolte"  : …  est grande, totale, globale ; celui de la contrariété subjectivité/objectivité : la révolte est l'affaire d'individus qui réagissent brutalement dans des conditions subjectives, la révolution n'apparaît que lorsque l'histoire, le nouveau dieu, produit les conditions d'une fusion, d'une synthèse de ces tragédies multiples ; celui, beaucoup plus… Lire la suite
RÔLES ET STATUTS SOCIAUX

Écrit par :  Anne-Marie ROCHEBLAVE-SPENLÉ

Dans le chapitre "Statut, rôle et société"  : …  Si les statuts sont soustraits à l'action directe des individus, le rôle est relié d'une façon double aux membres du groupe. En effet, dire que les rôles sont « prescrits par la société » constitue une simplification abusive. Ce qui donne au rôle son caractère de modèle impératif, de contrainte, est l'accord des membres de la société dans ce qu'ils… Lire la suite
SACRÉ

Écrit par :  Dominique CASAJUSAndré DUMAS E.U.

Dans le chapitre "La double définition de Durkheim"  : …  expérience, puisque cette transcendance est en dernier ressort, nous assure Durkheim, la société en ce qu'elle transcende la conscience des individus qui la composent. L'opposition sacré-profane devient ici l'opposition du social et de l'individuel. Notons que ce caractère transcendant du social est déjà une idée fondamentale de l'œuvre antérieure… Lire la suite
SARTRE (J.-P.)

Écrit par :  Jacques LECARMEJuliette SIMONT

Dans le chapitre "L'œuvre d'art et la liberté"  : …  (L'Idiot de la famille, 1971-1972). Occasion encore d'affirmer l'irrédentisme de la liberté là même où le « marquage » d'un individu par la société fut violent et castrateur. C'est bien la société, une société paysanne, aux mœurs rigides, qui parle dans la condamnation qui sanctionne de « voleur » Genet, l'auteur d'un… Lire la suite
SCHELER MAX (1874-1928)

Écrit par :  Daniel CHRISTOFF

Dans le chapitre "Culture et société"  : …  origine de nos idées morales et de la confusion des valeurs, plus que la critique de l'idée de progrès, plus même que la sociologie de la connaissance dont il fut un des pionniers, il faut relever le rapport essentiel que Scheler reconnaît entre la personne et la communauté où elle s'épanouit, solidaire des autres personnes… Lire la suite
SCIENCES HUMAINES

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

Dans le chapitre "Subjectivité et communication"  : …  Lorsque l'on traite des rapports existant entre l'individu et la société, il faut bien voir que ni l'un ni l'autre de ces deux termes n'a toujours le même sens. Ils varient avec les contextes. Les rapports sociaux sont d'espèces extrêmement diverses. La notion même d'individu est relative au genre de singularité prise en compte par la question… Lire la suite
SEN AMARTYA KUMAR (1933-    )

Écrit par :  Samuel FEREYFrançoise PICHON-MAMÈRE

Dans le chapitre "Choix collectif et bien-être social"  : …  collective renvoie aussi bien aux procédures de vote qu'aux mécanismes de marché). L'enjeu est de déterminer s'il existe des procédures capables d'agréger les préférences individuelles de manière relativement rationnelle, autrement dit, de voir sous quelles conditions une collectivité peut classer des états sociaux en se fondant sur les seules… Lire la suite
SOCIABILITÉ

Écrit par :  André AKOUN

Toute unité collective réelle implique de multiples manières, pour les individus, d'être liés au tout et d'être liés entre eux, c'est-à-dire de multiples formes de sociabilité. Ce dernier terme recouvre à la fois ce que Durkheim appelait les formes de la conscience collective et ce statut de l'identité personnelle qui permet à chacun d'être un… Lire la suite
SOCIABILITÉ, notion de

Écrit par :  Bernard VALADE

un groupe ; l'ensemble des diverses formes – intellectuelles, mondaines, etc. –, que prend la disposition générale d'abord mentionnée. Le terme en question désigne donc à la fois l'état qui résulte immédiatement des facultés de l'homme – l'état de société – et un trait de psychologie individuelle et collective attribué à un individu ou à une… Lire la suite
SOCIALISATION, sociologie

Écrit par :  Bernard LAHIRE

par lequel la société façonne les individus vivant en son sein. En partant des individus, la socialisation se définit comme le processus par lequel un être biologique est transformé en un être social propre à une société déterminée. En ce sens, les sociologies durkheimienne et wébérienne, qu'on oppose trop souvent pour des raisons de commodité… Lire la suite
SOCIÉTÉ

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "Psychanalyse du lien social"  : …  Ainsi engendré par une histoire constituante, celle d'Œdipe, ce sujet entre alors dans une autre histoire, celle de sa vie d'individu, qui rejouera sans la répéter la séquence fondatrice. Une dialectique se noue entre une histoire originaire et une histoire devenir qui est la forme dont la première voit simultanément sa dette payée et occultée… Lire la suite
SOCIO-ANALYSE

Écrit par :  Jean POIRIER

Dans le chapitre "Freud et Jung"  : …  Les pulsions générales (Arterhaltungen), qu'il oppose aux pulsions tendant à la conservation de l'individu (Selbsterhaltungen), sont au service des besoins de l'espèce : « L'individu, écrit Freud, mène, en réalité, une double existence, comme but de lui-même et comme membre d'une chaîne à laquelle il est soumis… Lire la suite
SOCIOLOGIE - Histoire

Écrit par :  Michel LALLEMENT

Dans le chapitre "Durkheim et l'école française de sociologie"  : …  sociologique fondateur. Dans De la division du travail social, thèse de doctorat qui paraît en 1893, Durkheim jette les bases d'une première réflexion sur les transformations du lien entre individu et société. Dans le contexte d'une IIIe République où le mouvement solidariste irrigue une part de la réflexion politique… Lire la suite
SOCIOLOGIE - Les grands courants

Écrit par :  Claude DUBAR

la sociologie actuelle donnent des réponses différentes à la même question clé qui est au cœur du projet de la sociologie : comment rendre compte des relations entre les conduites individuelles et les structures sociales ? Ou plus simplement : comment analyser les rapports entre le « social » et l'« individuel », entre les structures et les agents… Lire la suite
SOCIOLOGIE COGNITIVE

Écrit par :  Fabrice CLÉMENT

Dans le chapitre "Saisir les interactions sociales"  : …  Dans la conception de Cicourel, la sociologie cognitive occupe ainsi une place de choix puisqu’elle vise à mettre en évidence les processus cognitifs sur lesquels repose l’ajustement des individus à leur environnement social. Il convient de préciser que ce dernier comporte en fait deux grands types de phénomènes qui… Lire la suite
SOCIOLOGIE CLINIQUE

Écrit par :  Vincent DE GAULEJAC

un élément incontournable qu'il convient de prendre en compte. Le « vécu » est une dimension irréductible de ce qui fait société. La sociologie clinique renoue avec le projet de construire une véritable anthropologie, une science de l'homme en société, et conduit ainsi à revisiter les frontières disciplinaires, en particulier entre les sciences Lire la suite
SOLIDARITÉ SOCIALE

Écrit par :  Jean-Christophe MARCEL

1893), qu'Émile Durkheim utilise la notion de solidarité sociale. Celle-ci renvoie au lien moral qui unit les individus d'un même groupe, et qui forme le ciment de la cohésion sociale : pour qu'une société existe, il faut que ses membres éprouvent de la solidarité les uns envers les autres. C'est en examinant les… Lire la suite
STIRNER MAX (1806-1856)

Écrit par :  Henri ARVON

Dans le chapitre "Critique de la société"  : …  du pouvoir, la société est appelée à s'emparer de tous les biens dont disposaient les particuliers. La propriété privée une fois abolie, nous serons véritablement égaux, nous serons tous des gueux. Ainsi, au nom de l'humanité, nous serons volés deux fois : l'État aura dépouillé l'individu de son pouvoir, la société lui aura pris sa propriété… Lire la suite
SUICIDE

Écrit par :  René ARLABOSSEJean-Pierre BLANADET E.U.Baldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "Le suicide et les sociétés"  : …  C'est à propos du suicide que Durkheim démontra, de la manière la plus paradoxale, l'originalité de sa méthode, en mettant en évidence la spécificité du social dans l'explication d'un phénomène qui paraissait relever essentiellement du psychisme individuel. Il distingue trois types principaux : le suicide altruiste, le suicide égoïste et le suicide… Lire la suite
SUICIDE (sociologie)

Écrit par :  Philippe RIUTORT

. Les variations du taux de suicide nous informent sur le degré de régulation et d'intégration sociale : un défaut (suicide anomique) ou un excès (suicide fataliste) de régulation laissent l'individu désemparé alors qu'un défaut (suicide égoïste) ou un excès (suicide altruiste) d'intégration traduisent les difficultés pour l'individu à se… Lire la suite
LE SYSTÈME SOCIAL, livre de Talcott Parsons

Écrit par :  Éric LETONTURIER

Dans le chapitre "Rôle, valeur et ordre social"  : …  À partir des trois dimensions de l'action (cathectique, cognitive, évaluative), le premier chapitre donne une définition du système social entendu comme une structure relationnelle, un ensemble d'interactions entre des acteurs, individuels ou collectifs, et identifiés par leur statut (leur position respective dans la structure) et leur rôle (leur… Lire la suite
TARDE GABRIEL (1843-1904)

Écrit par :  Bernard VALADE

, « l'individuel écarté, le social n'est rien ». « Que serait l'homme sans la société ? », objecte le fondateur de l'École française de sociologie. Pour l'un, le rapport interpersonnel est caractérisé par l'immédiateté et l'asymétrie ; il est, chez l'autre, médiatisé par une règle : la réciprocité. Toujours ouvert, ce débat atteste la difficile… Lire la suite
THANATOMANIE

Écrit par :  Yvan BARBÉ

Décrite par Marcel Mauss dans son étude intitulée Définition de la suggestion collective de l'idée de mort, la thanatomanie est un comportement par lequel, dans une société primitive (notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande), un individu qui a péché ou… Lire la suite
THÉORIE DE LA JUSTICE, livre de John Rawls

Écrit par :  Samuel FEREY

Dans le chapitre "Le contrat social comme procédure de choix d'institutions justes"  : …  fournit alors une première formulation des deux principes qui doivent guider les règles de la coopération sociale. D'une part, chaque individu doit avoir un accès égal au système le plus étendu possible de libertés (principe de liberté). D'autre part, les inégalités économiques et sociales ne sont légitimes que si elles bénéficient aux plus… Lire la suite
TOURAINE ALAIN (1925-    )

Écrit par :  François DUBET

et surtout de Critique de la modernité (1992), la sociologie de Touraine s'organise autour de la notion de sujet et prend un ton plus éthique en s'interrogeant sur les conditions d'affirmation de l'individu comme sujet dans un monde social semblant de plus en plus régi par des systèmes techniques et économiques. Plutôt que de… Lire la suite
TROISIÈME VOIE, politique

Écrit par :  Laurent BOUVET

Giddens s'intéresse également aux transformations de la place de l'individu dans les sociétés contemporaines. Il s'agit là de l'autre aspect, avec la mondialisation, de la « modernité tardive » qu'il a mise en avant dans ses travaux sociologiques, et qui s'étend à la « sphère de l'identité, de l'intime et du personnel », ce… Lire la suite
UTILITARISME

Écrit par :  Philippe DEVAUX

Dans le chapitre "Les caractéristiques du mouvement"  : …  Un dénominateur commun caractérise les utilitaristes du xixe siècle. Tous visent le plus grand bonheur du plus grand nombre, quitte à décanter ces « quantités » en essayant de les affranchir de leur éventuelle ambiguïté et de surmonter leur fatal antagonisme. De statique qu'elle était chez Bentham, l'… Lire la suite
UTOPIE

Écrit par :  Henri DESROCHEJoseph GABELAntoine PICON

Dans le chapitre "De la quête de la société idéale à la recherche de l'homme nouveau"  : …  Réformer la société, changer les usages et les comportements, transformer enfin l'individu, ces trois objectifs sont, bien entendu, en interaction constante les uns avec les autres. Dans le récit ou la doctrine utopique, l'une des fonctions de l'architecture consiste précisément à mettre en évidence leur interaction. Imaginer des crèches permettant… Lire la suite
VALEURS, philosophie

Écrit par :  Pierre LIVET

Dans le chapitre "Norme et valeur"  : …  même plan. Durkheim et ses successeurs préféreront d'ailleurs souvent parler de normes plutôt que de valeurs. Les normes sont collectives, elles s'imposent à l'individu, elles le dépassent et guident ses jugements. L'individu découvre à travers elles les valeurs que sa société produit. Durkheim voyait dans les normes l'impact sur l'individu de… Lire la suite
VOLONTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le contexte « dialectique » : Hegel"  : …  C'est donc dans l'appartenance du citoyen à un État en lequel celui-ci se reconnaît que la volonté devient objective. La constitution est cette structure dans laquelle le citoyen voit sa volonté inscrite, en même temps que la volonté de la communauté se réfléchit dans la volonté subjective de chacun de… Lire la suite

Afficher la liste complète (130 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.