BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CONGO, fleuve et bassin

Le Congo n'est pas l'un des plus longs fleuves du monde. Ses quelque 4 000 km le placent bien après l'Amazone, le Mississippi-Missouri, les grands fleuves sibériens et, en Afrique même, le Nil. Son débit est plus remarquable : 40 000 m3/s environ, ce qui le classe immédiatement après l'Amazone, créditée d'au moins 200 000 m3/s. La puissance des deux fleuves est le commun reflet du climat équatorial et subéquatorial qui apporte plus de 1 400 mm de précipitations annuelles sur la majeure partie des deux bassins. Le débit moindre du Congo s'explique principalement par un bassin plus réduit, quoique encore immense : 3 450 000 kmcontre 6 900 000 pour son homologue américain. Aucun fleuve enfin, le Nil mis à part, n'a excité au même point la curiosité des explorateurs et des anciens géographes, ni fait une aussi belle carrière dans la légende et la littérature.

Son nom même n'est pas neutre. Les navigateurs portugais le firent connaître à l'Europe sous une double dénomination : Congo, du nom des populations riveraines du bas fleuve et du royaume établi sur ces contrées ; Zaïre, déformation de nzadi qui signifie « eau » en kikongo. En 1971, jouant de cette ambiguïté, le président Mobutu substitua Zaïre à Congo pour désigner le fleuve, l'État et la monnaie, inaugurant ainsi sa politique d'« authenticité ». En 1997, Laurent Kabila s'empressa de rétablir le nom de Congo pour effacer symboliquement l'ère Mobutu.

1.   Le fleuve Congo

  Une énigme géographique tardivement éclaircie

Il ne semble pas qu'aux temps anciens les riverains et utilisateurs du Congo se soient beaucoup interrogés sur les origines et l'unité de ce fleuve, diversement dénommé dans les parties successives de son cours. Mais le problème a surgi dès l'arrivée du premier Européen : « En 1483, note l'historien Randles, le navigateur portugais Diogo Cao, en quête d'un passage reliant l'Atlantique à l'océan Indien, suit au prix de bien des difficultés et des périls la côte occidentale de l'Afrique, pénètre dans l'hémisphère austral et découvre l'embouchure du Congo. En raison de sa largeur, il s […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

Pour citer cet article

Roland POURTIER, Gilles SAUTTER, « CONGO, fleuve et bassin  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/congo-fleuve-et-bassin/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CONGO, fleuve et bassin » est également traité dans :

FLEUVE CONGO. ARTS D'AFRIQUE CENTRALE (exposition)

Écrit par :  Michèle COQUET

Au sommet des marches conduisant à l'exposition Fleuve Congo. Arts d'Afrique centrale au musée du quai Branly à Paris (22 juin - 3 octobre 2010), le visiteur est accueilli par de grandes cartes. L'une, à dominante verte, figure la vaste aire géographique formée par les bassins des fleuves Ogooué et Congo. Sa couleur évoque la nature du co… Lire la suite
AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

Écrit par :  Anne FAURE-MURET

Dans le chapitre "Le craton centrafricain (ou du Congo)"  : …  La majeure partie du craton centrafricain est stabilisée.* Seules quelques zones demeurent semi-mobiles et donneront des chaînes linéaires intracratoniques, comme celle de la Luiza, qui a été métamorphisée lors de l'orogenèse de Mubindji à 2 423 Ma. Plus tard, c'est la formation de Lukoshi qui est déformée et métamorphisée vers 2 200-2 000 Ma, avec… Lire la suite
AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

Écrit par :  Roland POURTIER

Dans le chapitre "Géographie physique "  : …  difficilement. Cela a contribué à fermer l'Afrique aux Européens pendant quatre siècles :* l'embouchure du Congo a été découverte en 1482 par le navigateur portugais Diogo Cao, mais son expédition fut contrainte de s'arrêter à Matadi, à hauteur des premiers rapides. C'est seulement à la fin des années 1870 que le Britannique Henry Stanley… Lire la suite
BASSIN SÉDIMENTAIRE

Écrit par :  Roger COQUE

Dans le chapitre "Les types structuraux"  : …  emboîtées par rapport à des vestiges des couvertures sédimentaires antérieures. Le bassin du *Congo, étalé sur plus de 3 millions de kilomètres carrés, est un bon exemple d'un tel dispositif structural. La série gréseuse et marneuse du Karoo (Permo-Carbonifère) y repose en discordance sur le socle précambrien. Des grès et des argilites peu… Lire la suite
BRAZZAVILLE

Écrit par :  Roland POURTIER

… Capitale *de la république du Congo, Brazzaville est située en bordure du Pool Malebo (ex-Stanley Pool), à l'amont des rapides de Kintambo, premiers d'une série de chutes et de rapides qui interdisent la navigation sur le cours inférieur du Congo. Elle partage avec Kinshasa une position stratégique de première importance au point de rupture de… Lire la suite
CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

Écrit par :  Jules GÉRARD-LIBOISHenri NICOLAÏPatrick QUANTIN UniversalisBenoît VERHAEGENCrawford YOUNG

Dans le chapitre " Géographie"  : …  l'océan le centre du pays. Le bord occidental de la cuvette est suffisamment relevé pour imposer au *fleuve Congo la traversée de hauts plateaux accidentés, où sa vallée en gorge s'encombre de violents rapides. De Kinshasa à Matadi, le fleuve cesse d'être navigable. Malgré sa façade maritime, la R.D.C. serait économiquement enclavé si, dès 1898, un… Lire la suite
CONGO RÉPUBLIQUE DU

Écrit par :  Philippe DECRAENERoland POURTIERPatrick QUANTINGilles SAUTTER

Dans le chapitre "Un territoire sans unité"  : …  Le Congo couvre, de part et d'autre de l'équateur, un espace compris entre* le fleuve Congo prolongé par son affluent l'Oubangui, frontaliers de la R.D.C., et la ligne de partage des eaux séparant les bassins du Congo et de l'Ogooué qui a servi à fixer la frontière avec le Gabon. La formation de son territoire renvoie à l'action de Pierre… Lire la suite
KINSHASA

Écrit par :  James Oladipo ADEJUWONDennis D. CORDELLJanet MACGAFFEYWyatt MACGAFFEY Universalis

Dans le chapitre "La population et les activités"  : …  fréquents en raison de la forte densité de population. La ville est reliée par une route bitumée à *Matadi, le premier port du pays, situé à l'extrémité de la partie navigable du Congo, et par une autre à Kikwit, à l'est. La voie ferrée partant de Matadi contourne les rapides en aval de Kinshasa et permet d'acheminer la plupart des produits… Lire la suite
KISANGANI

Écrit par :  Pierre VENNETIER

… *Ville de la République démocratique du Congo, capitale de la vaste province Orientale, Kisangani portait à l'époque coloniale le nom de Stanleyville. Le poste militaire établi par Stanley sur un îlot, en 1877, est devenu une ville dont la population était estimée en 2004 à 685 000 habitants. Comme beaucoup d'agglomérations du bassin congolais,… Lire la suite
STANLEY sir HENRY MORTON (1841-1904)

Écrit par :  Jean-Marcel CHAMPION

… *Journaliste et explorateur anglais, enfant naturel de John Rowlands et enregistré lui-même sous le nom de John Rowlands, il connaît une enfance malheureuse dans un work-house (1847-1856) d'où il s'enfuit, trouvant refuge chez divers parents avant de s'embarquer pour les États-Unis (1859). À La Nouvelle-Orléans, il fait la connaissance du… Lire la suite
TEKE ROYAUME

Écrit par :  Michel-Marie DUFEIL

… *Au cœur oublié de l'Afrique, le seul royaume équatorial de plaine, celui de l'U :Nko et de son peuple, sans être ignoré, reste peu connu, alors qu'il illustre un type de structure et d'histoire. Il n'y a, semble-t-il, qu'une seule grande savane en basse altitude, sous un climat équatorial (600 m) : celle des plateaux teke en grès éocènes, de 0 à 4… Lire la suite

Afficher la liste complète (11 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média