BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

BOYCOTTAGE

Le boycottage désigne, d'une manière générale, l'action qui tend à empêcher une personne ou groupe de personnes, une entreprise ou groupe d'entreprises de conclure, comme fournisseur, client, employeur ou salarié, des contrats relatifs aux produits, aux services ou au travail, afin de paralyser son activité économique. Le mot dérive du nom de Charles Cunningham Boycott, intendant des domaines du comte d'Erne, dans le comté de Mayo, en Irlande de l'Ouest, contre qui la Ligue agraire décida, en 1880, en raison de sa dureté inhumaine envers les petits fermiers, et réussit à faire appliquer des mesures faisant obstacle à l'exploitation dont il avait la charge. On lui préfère quelquefois, en particulier dans le domaine des relations de travail salarié, l'expression « mise à l'index ».

Lorsque le boycottage est décidé à l'encontre d'un État soit par un autre État, soit par une organisation internationale, on parle plus couramment aujourd’hui d’embargo. Le terme boycottage tend ainsi à être plutôt réservé aux initiatives d'effets analogues prises par des entreprises ou des syndicats à l'encontre d'une ou plusieurs personnes ou entreprises, pour des raisons indépendantes de leur nationalité. Si le résultat immédiatement recherché est, dans les deux cas, économique, les mobiles sont plus souvent politiques dans le premier que dans le second, encore que les motivations économiques ne soient pas nécessairement étrangères à celui-là, ni les motivations politiques, ou en tout cas sociales, à celui-ci (comme le montre, précisément, le cas de l'intendant anglais Boycott qui fut l'objet de ce type d'action collective en Irlande). En outre, l'État boycotteur se dissimule souvent derrière des entreprises privées, si bien que la distinction peut être d'application difficile ; elle demeure cependant justifiée, car le boycottage d'État à État relève principalement du droit international public, tandis que celui que les entreprises ou les syndicats décident de leur seule initiative ressortit au domaine du droit des relations économiques ou de travail.

Les p [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  7 pages…

 

Pour citer cet article

Berthold GOLDMAN,  E.U., « BOYCOTTAGE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boycottage/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« BOYCOTTAGE » est également traité dans :

JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Le 8 mai 1984, un bref communiqué du Kremlin annonce que l'U.R.S.S. ne participera pas aux jeux Olympiques de Los Angeles. Pour la troisième fois consécutivement, les jeux Olympiques d'été sont boycottés par plusieurs pays pour des raisons politiques. Mais le boycottage de cet événement sportif majeur peut-il avoir une quelconque raison d'être et,… Lire la suite
CHAVEZ CESAR (1927-1993)

Écrit par :  Marie-France TOINET

Robert Kennedy, alors en pleine campagne électorale, va le voir et lui fait accepter (devant les caméras) une tranche de pain. Dès lors, le boycottage jusqu'ici inconnu prend une importance nationale : 17 millions de personnes, dit-on, refusent de manger du raisin californien. Les plus gros producteurs cèdent et signent une convention collective… Lire la suite
C.I.O. (Comité international olympique)

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Dans le chapitre "Histoire d'une institution incontournable"  : …  au lendemain de la cérémonie d'ouverture, les sportifs de vingt-cinq pays africains quittent Montréal ; les Jeux connaissent leur premier boycottage d'envergure. Quatre ans plus tard, le président des États-Unis, Jimmy Carter, décide que son pays boycottera les Jeux de Moscou pour protester contre l'invasion de l'Afghanistan par l'Armée rouge… Lire la suite
JEUX OLYMPIQUES

Écrit par :  Jean DURRYUniversalisPierre LAGRUEAlain LUNZENFICHTER

Dans le chapitre "1976. Montréal"  : …  Du 17 juillet au 1er août, 6 028 sportifs (dont 1 247 femmes), représentant 92 pays, vont participer à 198 épreuves dans 21 sports. Mais 30 pays africains ont décidé de se retirer pour protester contre la présence de la Nouvelle-Zélande, dont les joueurs de rugby sont en tournée en Afrique du Sud, le pays de l'apartheid… Lire la suite
JEUX OLYMPIQUES - L'Afrique du Sud et les Jeux

Écrit par :  Pierre LAGRUE

L'Afrique du Sud refait rapidement la une de l'actualité olympique et se trouve à l'origine du premier boycottage d'envergure des Jeux. En 1976, alors que vont bientôt s'ouvrir les Jeux de Montréal, les rugbymen néo-zélandais – les All Blacks – effectuent une tournée en Afrique du Sud – pays des Springboks. L'Organisation de l'unité… Lire la suite
KING MARTIN LUTHER (1929-1968)

Écrit par :  David L. LEWIS

Dans le chapitre "Boycottage des bus à Montgomery"  : …  en vigueur dans l'État. Les militants fondent le Montgomery Improvement Association pour boycotter les transports publics et choisissent King comme chef de file pour plusieurs raisons. Cet homme jeune et éduqué, arrivé depuis peu dans la ville, n'y compte encore aucun ennemi. Il est par ailleurs généralement respecté et ses liens familiaux et sa… Lire la suite
LOS ANGELES (JEUX OLYMPIQUES DE) [1984]  - Contexte, organisation, bilan

Écrit par :  Pierre LAGRUE

York. Le même jour, un laconique communiqué tombe sur tous les téléscripteurs du monde : « L'U.R.S.S. ne participera pas aux jeux Olympiques de Los Angeles. » Dans le communiqué officiel publié un peu plus tard, les dirigeants soviétiques avancent « les actions anti-olympiques des autorités américaines », « les sentiments très antisoviétiques… Lire la suite
MELBOURNE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Contexte, organisation, bilan

Écrit par :  Pierre LAGRUE

a lancé le 29 octobre une offensive dans le Sinaï, déclenchant la deuxième guerre israélo-arabe. L'Égypte, l'Irak et le Liban décident de boycotter les Jeux alors qu'Israël, qui mobilise pour cette guerre les hommes et les femmes âgés de moins de soixante ans, n'envoie qu'une délégation symbolique (trois sportifs… Lire la suite
MONTRÉAL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1976] - Contexte, organisation, bilan

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Seize nations africaines exigent de ce fait que le C.I.O. interdise à la Nouvelle-Zélande de participer aux Jeux. Lord Killanin leur adresse une fin de non-recevoir. Le 17 juillet 1976, juste après la cérémonie d'ouverture, les gouvernements de vingt-cinq pays africains ordonnent à leurs représentants de quitter les Jeux… Lire la suite
MOSCOU (JEUX OLYMPIQUES DE) [1980] - Contexte, organisation, bilan

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Carter adresse un ultimatum au Kremlin, sommé de retirer ses troupes d'Afghanistan, et il brandit l'arme du boycottage des Jeux de Moscou par les États-Unis. Il écrit à Robert Kane, président du Comité olympique américain (United States Olympic Committee, U.S.O.C.), pour le convaincre du bien-fondé de ce boycottage. Mais Kane critique avec… Lire la suite
OLYMPISME ET POLITIQUE

Écrit par :  Pierre LAGRUE

Dans le chapitre "Le boycottage sportif est-il une arme ?"  : …  qui déclenchèrent en 1879 un blocus à l'encontre de leur propriétaire, Charles Cunningham Boycott, qui entraîna sa ruine et fit naître le terme, le boycottage fut un rouage de l'action politique et économique. Mais le boycottage des événements sportifs peut-il avoir une quelconque raison d'être et, si oui, peut-on en espérer une réelle efficacité… Lire la suite

Afficher la liste complète (11 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.