BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ARTHROPODES

Le terme Arthropode, signifiant « qui a des pieds articulés », a été créé en 1845 par Siebold et Stannius. Sous ce nom sont groupés « les animaux de forme parfaitement symétrique, pourvus d'organes locomoteurs articulés et dont les masses centrales du système nerveux constituent un anneau ganglionnaire entourant l'œsophage et une chaîne ganglionnaire ventrale partant de cet anneau ». Ces animaux sont les Crustacés, les Myriapodes, les Arachnides et les Insectes ; les trois quarts des formes animales vivantes se trouvaient ainsi réunis dans ce nouvel embranchement.

C'est toutefois Latreille qui, le premier, avait pressenti l'utilité de ce groupement. À partir de 1825, classant le règne animal en familles naturelles et reconnaissant un vaste ensemble, les Céphalidiens, ou animaux instinctifs (= animaux sensitifs de Lamarck), il regroupe les Crustacés, les Arachnides et les Insectes en une « race » qu'il nomme les Condylopes, animaux articulés pourvus de pièces articulées, et dont il donne une longue description très détaillée. Ce terme correspond exactement à celui d'Arthropode créé vingt ans plus tard, mais il n'a pas eu la chance d'être retenu et de survivre.

1.  Le métamère, unité structurale fondamentale de l'Arthropode

Les téguments sont recouverts d'une cuticule dont la partie profonde est imprégnée de chitine, complexe d'un polyacétylglucosamine, imprégné de protéines et, parfois aussi, de sels de calcium (Crustacés, Myriapodes Diplopodes).

Le corps est constitué d'éléments (ou métamères) semblables, reliés les uns aux autres par de souples membranes. Les métamères se forment au cours du développement, par fragmentation de la bande germinative (ectoderme, mésoderme et leurs dérivés compris, ). Cette fragmentation, cette métamérisation existe aussi chez les Annélides, lors du développement de la larve trochophore, et chez les embryons de Vertébrés.

Le métamère, à sa naissance, est essentiellement défini par la présence d'une paire de sacs cœlomiques (par fragmentation interne du cœlome). Puis, le développ […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  4 pages…

Pour citer cet article

Roland LEGENDRE, Max VACHON, « ARTHROPODES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthropodes/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ARTHROPODES » est également traité dans :

ACARIENS

Écrit par :  Jean-Louis CONNATGabriel GACHELIN

… de la totalité des espèces animales. Les acariens présentent un squelette externe (exosquelette) et *des appendices articulés (ce sont donc des arthropodes), une paire de chélicères (première paire d'appendices buccaux, prenant la forme d'un crochet ou d'une pince, caractéristiques des arthropodes chélicérates, par opposition aux arthropodes… Lire la suite
ARACHNIDES

Écrit par :  Roland LEGENDREMax VACHON

Dans le chapitre "La classe des Arachnides"  : …  L'*Arachnide est un Arthropode Chélicérate dont le corps est divisé en deux régions distinctes : l'une antérieure, prosoma ou céphalothorax ; l'autre postérieure, opisthosoma ou abdomen. Le prosoma porte les yeux, toujours simples, et six paires d'appendices, chez les adultes. La première paire, ou chélicères, située en avant du corps, en… Lire la suite
ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

Écrit par :  Christine ROLLARD

… scorpions. Ce ne sont pas des insectes (qui sont des animaux à six pattes) mais, tout comme eux, *les araignées sont des arthropodes (terme signifiant pattes articulées). Avec plus de 43 000 espèces réparties en 110 familles dans le monde, elles représentent plus de la moitié des arachnides. Un peu plus de 1 600 espèces d'araignées sont présentes… Lire la suite
ARBOVIRUS

Écrit par :  Claude HANNOUNJean-François SALUZZO

L'*expression anglaise « Arthropodborne virus » (qui signifie virus véhiculé par les Arthropodes) a été simplifiée en « arbovirus », terme consacré par le congrès de microbiologie de Montréal en 1966. Il s'applique à plus de 400 virus dont certains sont connus depuis fort longtemps (le virus de la fièvre… Lire la suite
AUTOTOMIE

Écrit par :  Andrée TÉTRY

… *Rupture volontaire d'un appendice (patte ou queue) à la suite d'une brusque pression assez intense. Une sauterelle, saisie par sa patte postérieure, la détache tout entière et s'enfuit ; un lézard, attrapé par sa longue queue, la brise et l'animal mutilé s'échappe. Ce phénomène d'autotomie est un comportement inné, un réflexe de conduite ; il est… Lire la suite
CHÉLICÉRATES

Écrit par :  Roland LEGENDREMax VACHON

… choisir car ils doivent s'appliquer, sans confusion possible, à tous les éléments qui les composent.* Le terme de Chélicérate fut imaginé par R. Heymons en 1901 afin d'isoler à l'intérieur de l'embranchement des Arthropodes un sous-embranchement particulier. Ce terme vient de la réunion de deux mots grecs : χηλ́η, pince, et κ́ερας, corne. Il désigne… Lire la suite
CROISSANCE, biologie

Écrit par :  André MAYRATRaphaël RAPPAPORTPaul ROLLIN Universalis

Dans le chapitre "Biométrie : mensurations chez les organismes multicellulaires"  : …  baisse ; son emploi doit permettre d'obtenir des taux de croissance moins variables. Chez les *arthropodes, l'existence des mues fournit une base objective à la mesure de ce temps biologique et permet d'en mettre la notion en pratique, par exemple en définissant le taux d'accroissement à la mue : ce rapport des tailles à deux stades successifs… Lire la suite
CRUSTACÉS

Écrit par :  Jacques FOREST

…  les arachnides et les insectes, le plus important des embranchements zoologiques, celui des *arthropodes, qui rassemble les quatre cinquièmes des espèces animales actuelles connues. Ils jouent dans le domaine aquatique, et particulièrement dans les mers, un rôle important, comparable à celui des insectes sur la terre. Si ceux-ci l'emportent… Lire la suite
ENDOCRINIEN SYSTÈME

Écrit par :  René LAFONT

Dans le chapitre "L'évolution des systèmes endocriniens"  : …  hormones juvéniles (voir insectes). Les hormones de mue sont produites par l'ensemble des *Arthropodes (insectes, crustacés, arachnides) et l'anatomie comparée nous permet d'illustrer un scénario probable pour l'apparition des glandes de mue, absentes (ou non identifiées) chez les crustacés inférieurs et les arachnides. Les arthropodes… Lire la suite
ÉVOLUTION

Écrit par :  Armand de RICQLÈSStéphane SCHMITT

Dans le chapitre "La « boîte noire » de l'ontogenèse"  : …  situations dans ces divers groupes a permis d'établir un « portrait robot » de l'ancêtre commun aux* arthropodes et vertébrés pour les gènes de développement. Il possédait vraisemblablement déjà un complexe homéotique de huit gènes obéissant, sur le plan fonctionnel, à la règle de colinéarité. Cette disposition ancestrale devrait remonter, au plus… Lire la suite
HEXAPODES

Écrit par :  René LAFONT

… *Les reconstructions phylogénétiques traitant des relations de parenté entre les grands groupes d'Insectes sont fondées sur des observations morpho-anatomiques, auxquelles s'ajoutent de plus en plus de résultats de phylogénie moléculaire. Il est évident que de nouvelles données sont sans cesse obtenues par les différents spécialistes des groupes, et… Lire la suite
HORMONES

Écrit par :  Jacques DECOURTYves-Alain FONTAINERené LAFONT UniversalisJacques YOUNG

Dans le chapitre " Les hormones des Invertébrés"  : …  libération. Ce sont les seules hormones présentes chez les groupes inférieurs. Les Mollusques, les *Arthropodes et les Échinodermes possèdent en outre de véritables glandes endocrines, le plus souvent d'origine ectodermique (épithéliale), qui prennent le relais entre le système nerveux et les organes cibles, et l'on a coutume de dire que les… Lire la suite
INSECTES

Écrit par :  René LAFONTJean-Yves TOULLEC

Le terme « insecte » a longtemps désigné tous les *arthropodes à six pattes, mais cette définition a évolué au cours des années 1980. Le terme insecte au sens large a été remplacé par celui d'hexapode et les Insectes ne désignent plus qu'une classe au sein de la superclasse des Hexapodes qui regroupe… Lire la suite
MALADIES INFECTIEUSES

Écrit par :  Catherine DUPUIS

Dans le chapitre "Pénétration de l'agent infectant dans l'organisme neuf"  : …  salmonelloses, les virus de la poliomyélite ou de l'hépatite A que certains sont consommés crus. *Un dernier mode de transmission des maladies infectieuses, très différent de ceux que nous avons envisagés jusqu'à maintenant, s'avère de la plus haute importance épidémiologique : il s'agit de l'intervention d'arthropodes-vecteurs. Quatre types de… Lire la suite
MÉTAMORPHOSE, biologie

Écrit par :  Andrée TÉTRY

… *Le développement indirect est caractérisé par le fait qu'à l'embryogenèse fait suite une phase larvaire : la larve diffère grandement de ses parents, auxquels elle ressemblera à la suite de profondes modifications. Toutefois, les modifications anatomiques et physiologiques qui conduisent à l'état adulte peuvent s'effectuer de deux façons bien… Lire la suite
MYRIAPODES

Écrit par :  Jean-Marie DEMANGE

Les Myriapodes sont des *Arthropodes terrestres antennifères (une paire d'antennes) et mandibulates possédant un grand nombre d'anneaux pédifères (plus de trois) groupés deux à deux d'une manière plus ou moins apparente (diplopodie). Le terme fut créé par Pierre André Latreille (1796) pour la « légion »… Lire la suite
PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

Écrit par :  Alain BLIECK

Dans le chapitre "Les protostomiens"  : …  seulement quelques représentants dans des Fossil-Lagerstätten du Cambrien et du Carbonifère. Les *arthropodes, les plus diversifiés des animaux actuels, l'étaient déjà au Paléozoïque. Ils sont, à cette époque, essentiellement représentés par les trilobites qui peuvent être considérés comme l'« emblème » du Paléozoïque (fig. 4). Connus depuis le… Lire la suite
PHYLOGÉNIE ANIMALE

Écrit par :  Michaël MANUEL

Dans le chapitre "Vers une complexification toujours croissante"  : …  des protostomiens, pratiquement tous les auteurs classiques considèrent que les annélides et les *arthropodes sont étroitement apparentés, ayant en commun une organisation métamérique (corps subdivisé en segments ou métamères). Ils sont ainsi regroupés dans le super-embranchement des articulés (qui remonte à Cuvier), et l'on imagine généralement… Lire la suite
PYCNOGONIDES ou PANTOPODES

Écrit par :  Andrée TÉTRY

… *Arthropodes marins ayant une morphologie si spéciale que leur place dans la classification a été longtemps débattue ; la classe des pycnogonides (ou pantopodes) appartenait, dans l'embranchement des arthropodes, au sous-embranchement des chélicérates. Les phylogénies moléculaires les situent aujourd'hui comme groupe frère de l'ensemble des… Lire la suite
SQUELETTE

Écrit par :  Yves FRANÇOISArmand de RICQLÈS Universalis

Dans le chapitre "Squelette des invertébrés"  : …  à du phosphate de calcium chez la lingule, par exemple ; protéine et calcite le plus souvent. L'*épaisse cuticule des Arthropodes est, elle aussi, un squelette externe typique élaboré par l'épithélium épidermique. Sa caractéristique importante est sa continuité parfaite sur toute la surface du corps et des appendices. Elle se réfléchit même au… Lire la suite
STÉROÏDES

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULTJacques PERRONNETDaniel PHILIBERT

Dans le chapitre "Les ecdystéroïdes des arthropodes"  : …  possédant une chaîne latérale à 8,9 ou 10 atomes de carbone. Impliqués dans la mue des *insectes (ecdysones) et des crustacés (crustecdysones), ils sont considérés comme de véritables hormones. Chez ces espèces, les concentrations sont cependant très faibles puisque, par exemple, de 3 tonnes de crustacés on n'extrait que 140 μg de désoxy-2 ecdysone… Lire la suite
TEISSIER GEORGES (1900-1972)

Écrit par :  Andrée TÉTRY

…  ce qui conduisit à la révision systématique du groupe. En biométrie, il étudia la croissance des *arthropodes ; elle est particulière en raison des mues successives qui déterminent des stades bien définis. Il édifia une « théorie de la similitude biologique » reliant le temps physiologique (intervalle entre deux mues) et la tailleLire la suite
TRILOBITES

Écrit par :  Geneviève TERMIERHenri TERMIER

Les Trilobites forment une classe d'*Arthropodes marins primitifs composant, avec quelques petits groupes surtout cambriens (les Trilobitoïdes), le sous-embranchement des Trilobitomorphes. Cet ensemble est caractérisé par la possession d'antennes ou plus précisément d'antennules et d'… Lire la suite
VISION - Photoréception rétinienne

Écrit par :  Yves GALIFRET

Dans le chapitre "De la photoréception à la vision"  : …  permettant la formation de l'image dans les organes visuels. Dans le vaste embranchement des *Arthropodes, de nombreuses espèces possèdent des yeux composés, yeux à facettes dans lesquels l'image (droite et non plus renversée) est formée grâce à un système de tubes rayonnant à partir d'une calotte convexe (cf. insectes, fig. 10).… Lire la suite

Afficher la liste complète (24 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média