Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

9-15 septembre 2008

Bolivie. Difficile dialogue entre le gouvernement et l'opposition autonomiste

Le 9, à Santa Cruz, la capitale économique située dans l'est du pays, des affrontements opposent les partisans du président Evo Morales et ceux de l'autonomie des départements.

Le 10, le président Morales annonce l'expulsion de l'ambassadeur des États-Unis à La Paz, qu'il accuse de collusion avec les autonomistes.

Les 11 et 12, à Cobija, dans le département autonomiste de Pando (nord), des affrontements entre partisans du président Evo Morales et fonctionnaires de la préfecture se soldent par la mort d'au moins quinze personnes.

Le 12, le gouvernement décrète l'état de siège dans le département.

Le 12 également, le vice-président Álvaro García Linera rencontre à La Paz le préfet élu du département de Tarija (sud), Mario Cossio, qui représente les cinq départements autonomistes – Santa Cruz, Beni, Pando, Chuquisaca et Tarija. Un difficile dialogue débutera le 18.

Le 15, réunis en sommet à Santiago du Chili, les dirigeants des douze pays de l'Union des nations sud-américaines créée en mai (Mercosur, Communauté andine, Chili, Guyana et Suriname) apportent leur «soutien ferme et total» au président Morales.

— Universalis

Événements précédents

  • 10-28 août 2008 Bolivie. Référendum favorable au président Evo Morales

    Le 10, le président Evo Morales et son vice-président Álvaro García Linera sont confirmés dans leurs fonctions par le « référendum révocatoire » – non prévu dans la Constitution – convoqué par la présidence; ils obtiennent 67,4 p. 100 de votes favorables. Ce résultat doit mettre fin à la crise institutionnelle...

  • 1er-22 juin 2008 Bolivie. Référendums locaux en faveur d'une autonomie départementale

    Le 1er, les électeurs des départements de Pando et de Beni, dans le nord du pays, après ceux de Santa Cruz dans l'est le mois précédent, approuvent massivement par référendum les statuts d'autonomie proposés par les préfets sans l'aval du pouvoir central – et jugés illégaux par ce dernier. Ceux-ci prévoient...

  • 1er-4 mai 2006 Bolivie. Nationalisation du secteur des hydrocarbures

    Le 1er, le président Evo Morales signe un décret nationalisant le secteur du pétrole et du gaz. Les compagnies étrangères doivent restituer les gisements qu'elles exploitent et signer de nouveaux contrats dans un délai de six mois sous peine d'expulsion. Les jours suivants, les autorités tentent de se...

  • 18 décembre 2005 Bolivie. Élection du syndicaliste indien Evo Morales à la présidence

    Le candidat du Mouvement vers le socialisme (M.A.S.), Evo Morales syndicaliste paysan défenseur des producteurs de coca, remporte l'élection présidentielle avec 53,7 p. 100 des suffrages, contre 28,5 p. 100 pour le candidat conservateur, l'ancien président Jorge Quiroga. Evo Morales devient ainsi le...

  • 6-9 juin 2005 Bolivie. Démission du président Carlos Mesa

    Le 6, le président Carlos Mesa annonce sa démission après trois semaines d'agitation sociale et face à une grave crise politique. Le même jour, une nouvelle manifestation avait réuni quatre-vingt mille personnes à La Paz en faveur de la nationalisation du gaz et du pétrole et de la convocation d'une...

  • 5-17 mai 2005 Bolivie. Nouvelle loi sur les hydrocarbures

    Le 5, dans un climat de forte agitation sociale, le Parlement adopte le projet de loi sur les hydrocarbures. Celui-ci prévoit de soumettre les sociétés exploitantes à un impôt en plus du paiement de simples royalties qu'elles acquittaient jusque-là. Ces sociétés se verront imposer un nouveau régime contractuel...

  • 18 juillet 2004 Bolivie. Référendum sur le gaz

    Les résultats du référendum sur la gestion des hydrocarbures et en particulier du gaz naturel, principale ressource du pays, sont mitigés. Les électeurs n'approuvent qu'une partie des propositions du président Carlos Mesa, suivant en cela les consignes du chef de l'opposition de gauche modérée, Evo Morales....

  • 11-17 octobre 2003 Bolivie. Émeutes et démission du président Gonzalo Sánchez de Lozada

    Les 11 et 12, l'armée intervient à El Alto, près de La Paz, pour réprimer le mouvement de contestation antigouvernemental. L'Église et des O.N.G. dénoncent un « massacre » qui aurait fait une trentaine de morts. Les syndicats avaient appelé à la grève générale le 28 septembre pour protester contre la...

  • 6 août 2002 Bolivie. Élection de Gonzalo Sánchez de Lozada à la présidence

    Le Congrès élit le libéral Gonzalo Sánchez de Lozada à la présidence de la République, poste que celui-ci a déjà occupé de 1993 à 1997. Aucun des candidats n'avait recueilli la majorité qualifiée lors du premier tour disputé au suffrage universel direct, le 30 juin. Le président finalement élu avait...

  • 6 août 2001 Bolivie. Démission du président Hugo Banzer

    Hugo Banzer, à la tête de l'État de 1971 à 1978, après un putsch, puis démocratiquement élu à la présidence en 1997, présente sa démission pour raison de santé. Il remet ses pouvoirs au vice-président, Jorge Quiroga. Le mandat en cours prend fin en août 2002.