Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

1er-25 juillet 2006

Irak. Glissement du pays vers la guerre civile

Le 1er, à Bagdad, un attentat à la voiture piégée, perpétré sur un marché du faubourg chiite de Sadr City, cause la mort d'au moins soixante-six personnes.

Le 1er également, une parlementaire sunnite du Front national de la concorde est enlevée dans la capitale. L'alliance sunnite met en cause les « milices chiites » et décide de suspendre sa participation au Parlement jusqu'à la libération de l'élue.

Le 3, le chef de l'Alliance des partis chiites, qui domine le Parlement demande que l'amnistie prévue par le plan de « réconciliation nationale » présenté par le gouvernement en juin concerne aussi « ceux qui ont tué des soldats américains ou britanniques ».

Le 9, à Bagdad, dans le faubourg à majorité sunnite d'Al Jihad, des hommes armés et masqué, portant l'uniforme de l'Armée du Mahdi, la milice de l'imam chiite radical Moqtada Al-Sadr, usent d'une nouvelle forme de terreur, tuant des sunnites choisis au hasard, après contrôle de leur identité. Ils font au moins cinquante-sept morts.

Le 12, alors que les affrontements meurtriers continuent d'opposer milices chiites et sunnites, le Premier ministre Nouri Al-Maliki qualifie devant le Parlement son plan de réconciliation nationale de « dernière chance », exprimant sa crainte d'une guerre civile intercommunautaire et d'une partition de Bagdad.

Le 18, l'explosion d'une voiture piégée près de la grande mosquée chiite de Koufa cause la mort de plus de cinquante personnes. Un rapport de l'O.N.U. estime à 14 338 le nombre de civils tués dans le pays au cours du premier semestre.

Le 23, l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch publie un rapport portant sur la période 2003-2005, qui dénonce l'usage de la torture par l'armée américaine en Irak, même après la révélation des sévices infligés à des détenus dans la prison d'Abou Ghraib. Des témoignages de soldats rentrés d'Irak montrent que les conventions de Genève n'étaient pas appliquées et que le recours à la torture, loin d'être exceptionnel, avait un caractère admis et régulier

Le 25, le président George W. Bush et Nouri Al-Maliki, en visite à Washington, annoncent le renforcement de la présence militaire américaine et irakienne à Bagdad.

— Universalis

Événements précédents

  • 8-25 juin 2006 Irak. Mort du chef terroriste Abou Moussab Al-Zarkaoui

    Le 8, les autorités irakiennes et américaines à Bagdad annoncent la mort, la veille, du chef d'Al-Qaida en Irak, le Jordanien Abou Moussab Al-Zarkaoui, tué lors d'un raid aérien américain sur Baaqouba, au nord de Bagdad. Le président des États-Unis George W. Bush se réjouit de l'élimination du terroriste,...

  • 7-31 mai 2006 Irak. Investiture du gouvernement de Nouri Al-Maliki

    Le 7, le Parlement de la région autonome du Kurdistan investit à l'unanimité le premier gouvernement kurde « unifié », dirigé par Nechirvan Barzani. Ce gouvernement comprend des membres du Parti démocratique du Kurdistan et de l'Union patriotique du Kurdistan, qui se partageaient jusque-là le contrôle...

  • 2-26 avril 2006 Irak. Nomination d'un nouveau Premier ministre

    Le 2, la secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice et le ministre des Affaires étrangères britannique Jack Straw, en visite à Bagdad, font état de la montée de l'« impatience », « en Irak comme à l'extérieur du pays », face à l'incapacité du Premier ministre issu des élections de décembre 2005, Ibrahim...

  • 9-30 mars 2006 Irak. Fermeture de la prison d'Abou Ghraib et libérations d'otages

    Le 9, les forces américaines en Irak annoncent la fermeture de la prison d'Abou Ghraib, située à l'ouest de Bagdad, où des détenus irakiens avaient été l'objet de mauvais traitements et de tortures de la part de leurs gardiens américains. Les quelque quatre mille cinq cents détenus d'Abou Ghraib doivent...

  • 12-27 février 2006 Irak. Violences intercommunautaires

    Le 12, les chiites, vainqueurs des élections législatives de décembre 2005, choisissent le Premier ministre sortant, Ibrahim al-Jaafari, comme candidat à sa propre succession.

    Le 22, à Samarra, l'un des lieux saints de l'islam chiite, au nord-ouest de Bagdad, un attentat endommage gravement le mausolée...

  • 2-31 janvier 2006 Irak. Résultats des élections législatives

    Le 2, le gouvernement publie le bilan humain des violences dans le pays pour 2005: plus de sept mille quatre cents Irakiens ont été tués, dont quelque quatre mille civils, mille sept cents membres des forces de sécurité et autant d'insurgés.

    Le 5, plusieurs attentats causent la mort de cent...

  • 2-30 décembre 2005 Irak. Élections législatives

    Le 2, près de Fallouja, à l'ouest de Bagdad, dix soldats américains sont tués par l'explosion d'une bombe au passage de leur patrouille.

    Le 5, un ingénieur français employé de l'O.N.G. américaine Aaccess est enlevé à Bagdad.

    Le 6, quarante policiers irakiens sont tués à Bagdad...

  • 3-30 novembre 2005 Irak - États-Unis. Débat sur un retrait des troupes américaines et nouveaux enlèvements d'Occidentaux

    Le 3, la branche irakienne d'Al-Qaida dirigée par Abou Moussab Al-Zarkaoui annonce, dans un communiqué diffusé sur Internet, son intention d'exécuter les deux employés de l'ambassade du Maroc à Bagdad enlevés en octobre, qualifiés de « membres [...] du régime apostat du Maroc »....

  • 1er-29 octobre 2005 Irak. Adoption de la Constitution par référendum

    Le 1er, les forces américaines lancent une nouvelle opération militaire dans la province sunnite d'Al-Anbar contre les rebelles et les combattants d'Al-Qaida. Cette région proche de la frontière syrienne est aussi une zone d'infiltration de combattants étrangers. L'opération, baptisée Iron Fist, s'achèvera...

  • 8-29 septembre 2005 Irak. Déclaration de « guerre totale » d'Abou Moussab Al-Zarkaoui contre les chiites

    Le 8, la Commission d'assistance des Nations unies en Irak dénonce les violences commises dans le pays par les forces américaines et irakiennes ainsi que les agissements d'« escadrons de la mort » progouvernementaux.

    Le 11, le Pentagone organise à Washington une « marche de la liberté »...