KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rayonnement international

Pendant les années trente se constitue autour de Kodály tout un mouvement de renouveau musical par le chant et pour le rajeunissement de l'enseignement. Les anciens élèves du maître y jouent un rôle très actif : Lajos Bárdos, avec György Kerényi et Gyula Kertész, fonde les éditions Magyar Kórus avec trois périodiques et d'innombrables publications. Jenő Ádám et Kerényi mettent au point la « méthode Kodály » d'enseignement et d'initiation musicale, tandis que d'autres élèves, à l'étranger, contribuent au rayonnement de sa musique et de ses idées, comme Antal Doráti, Géza Frid, Tibor Harsányi, Mátyás Seiber, Tibor Serly et, plus tard, Sándor Veress. À partir de cette époque, Kodály dirige de plus en plus fréquemment ses œuvres en Hongrie et à l'étranger. Ses compositions chorales prennent un nouvel essor (Ode à Franz Liszt, de Mihály Vörösmarty, 1936) et, pour la première fois, il écrit un motet sur des paroles bibliques en prose (Jésus et les marchands du Temple, 1934).

Antal Dorati

Photographie : Antal Dorati

Photographie

Le compositeur et chef d'orchestre américain d'origine hongroise Antal Dorati (1906-1988) dirige l'Orchestre symphonique de la B.B.C. le 25 septembre 1962. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Durant cette période si fertile, Kodály trouve encore le temps de composer de la musique instrumentale : Danses de Marosszék pour piano (1927, version orchestrée en 1930), Danses de Galánta pour orchestre (1933), Prélude (1931) et Messe basse (1942) pour orgue, Variations symphoniques sur une mélodie populaire hongroise (1937-1938, pour le cinquantenaire de l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam à la demande de Willem Mengelberg), Concerto pour orchestre (1940, à la demande de F. Stock et de l'Orchestre de Chicago). En 1936, pour fêter le deux cent cinquantième anniversaire de la libération de Buda et de la fin de son occupation par les Turcs, Kodály compose son Te Deum pour solistes, chœur mixte, orchestre et orgue ; cette œuvre, la deuxième pour grand ensemble, a été commandée par la Ville de Budapest. La troisième sera la Missa brevis (1944).

Vers la fin des années trente, malgré la pression allemande qui se fait plus fort [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Zoltán Kodály

Zoltán Kodály
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Antal Dorati

Antal Dorati
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, administrateur de l'Association pour le développement des études finno-ougriennes, président du comité français Béla Bartók, compositeur, musicologue, ethnologue

Classification

Autres références

«  KODÁLY ZOLTÁN (1882-1967)  » est également traité dans :

BARTÓK BÉLA

  • Écrit par 
  • Jean GERGELY
  •  • 7 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « National ou universel ? »  : […] « Pour devenir une nation, il faut maintes et maintes fois redevenir peuple », a écrit Kodály trois ans avant la déclaration pré-structuraliste de Bartók dont il a été question plus haut. Deux affirmations qui se complètent bien. Celles de Kodály dit qu'il faut d'abord être populaire pour arriver au concept d'une culture nationale. Elle ne dit pas, mais cela s'ensuit logiquement, qu'il faut être […] Lire la suite

DIAPASON

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 752 mots

Dans le chapitre « La double nomenclature »  : […] Lorsque, au xi e  siècle, Gui d'Arezzo inventa les syllabes ut, ré, mi , etc., ce ne fut pas pour remplacer les noms alphabétiques des notes A, B, C, etc., qui existaient depuis deux siècles environ, mais bien pour les compléter selon des conventions très différentes de l'emploi actuel des mêmes syllabes. Celles-ci avaient pour objet de suggérer les intervalles en les dissociant des touches du cla […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnomusicologie

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 6 976 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ethnomusicologie en Europe : Bartók et Brăiloiu »  : […] En Europe centrale aussi, les ethnomusicologues sont descendus sur le terrain. La collecte et la transcription de corpus propres à une aire culturelle donnée y sont intensives, mais pour des raisons fort différentes. Dès l'apparition du groupe des Cinq, notamment avec Mili Balakirev, il s'agit de préserver les sources musicales nationales. Parce qu'ils recueillent la musique paysanne et populair […] Lire la suite

FOLKLORIQUE HONGROISE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • François VIEILLESCAZES
  •  • 1 044 mots
  •  • 2 médias

En 1889, au moment de la fondation de la Société hongroise d'ethnologie (Magyar Néprajzi Társaság), qui commence en 1890 la publication de la revue Ethnographia, l'école folklorique hongroise est installée à Budapest. L'importance et la richesse du folklore hongrois en ethnologie avaient déjà été soulignées par le linguiste Miklós Révai dès 1782, dans un article du Courrier hongrois ( Magyar Hir […] Lire la suite

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Bartók et Kodály, ou la naissance de l'ethnomusicologie »  : […] L'entreprise de Béla Bartók et de Zoltán Kodály dans le domaine de la collecte des mélodies populaires est unique. Le résultat de leur travail sur la musique traditionnelle roumaine est l'une des plus grandes réalisations de notre temps : en passant dans les villages roumains, ils ont collecté 2 400 mélodies folkloriques, chacune dans deux ou trois variantes, ce qui fait un total de plus de 6 00 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GERGELY, « KODÁLY ZOLTÁN - (1882-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zoltan-kodaly/