HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La recherche de Zellig Sabbetai Harris est intimement liée aux travaux de l'école américaine d'analyse distributionnelle qui a élaboré son programme pour la linguistique dans les années 1930 et 1940, sous l'impulsion de E. Sapir et L. Bloomfield. Ce dernier avait proposé d'abstraire de la phrase des unités définies formellement et qui serviraient à décrire les rapports observés entre les diverses parties de la phrase. Ainsi, les phonèmes devaient rendre compte des phénomènes phonologiques, et les morphèmes, qui pouvaient et devaient être différents des unités phonologiques, devaient rendre compte de la construction de la phrase. Ce programme a rencontré un accord à peu près unanime dans les études phonologiques ; il a abouti à une définition du phonème presque universellement admise. En revanche, les mêmes méthodes appliquées au problème de l'analyse syntaxique de la phrase ont été diversement utilisées, sans aboutir à un consensus général sur une méthode distributionnelle.

L'œuvre de Harris (Methods in Structural Linguistics, 1951) est une somme magistrale de l'application de cette méthode distributionnelle à l'analyse phonologique et syntaxique de la phrase ; elle constitue le premier traité sur le traitement formel de la langue. La formalisation est poussée, et elle refuse toute utilisation du sens comme critère de définition formelle des phonèmes et des morphèmes ; le recours au sens a été en effet la source de maintes difficultés dans les essais antérieurs. Harris remplace les sens par le critère formel de la somme totale des environnements (la distribution) des éléments abstraits. Il réussit ainsi à axiomatiser entièrement l'analyse de la langue, avec une rigueur inaccoutumée jusque-là.

Par la suite, Harris cherche une régularisation du langage qui, dépassant l'analyse de la phrase isolée, englobe une suite cohérente de phrases, autrement dit, un discours (Discourse Analysis Reprints, 1963). L'essai qu'il présente montre qu'on ne peut mener à bien l'analyse du discours sans examiner les rapports entre phrases. Puisqu'il y a en général plusieurs façons de « dire la même chose », c'est-à-dire plusieurs paraphrases possibles d'une seule phrase, il n'est pas possible d'analyser systématiquement un discours sans avoir préalablement mis en relation les paraphrases des divers schémas de phrases. C'est l'étude de ces paraphrases, et du passage d'une paraphrase à une autre, que Harris nomme analyse transformationnelle (« Discourse Analysis », in Language, vol. XXVIII, 1952 ; « Co-occurrence and Transformation in Linguistic Structure », ibid., vol. XXXIII, 1957). Pour Harris, ce genre d'analyse linguistique doit précéder toute tentative d'associer des structures mathématiques aux phrases de la langue. Chomsky, son élève le plus réputé, a repris ce type d'analyse, mais, contrairement à Harris, il introduit une structure mathématique arborescente qui sert de support aux transformations. Le concept originel de Harris, toujours valide, est dépouillé à l'extrême ; il ne contient que ce qui est nécessaire à la définition des transformations comme relations linguistiques entre phrases. Ce concept est développé en détail (Mathematical Structures of Language ; J. Wiley and Sons, New York, 1968), ainsi qu'une seconde idée maîtresse, à savoir que la métalangue est dans la langue. La métalangue contient certaines sous-classes de noms comme mot, bruit, phrase..., et des phrases construites sur des prédicats contenant ces sous-classes. Les phrases de la métalangue sont nécessaires à la description de certaines phrases de la langue, comme 'Paul' contient quatre lettres, ou à l'expression d'une théorie grammaticale, comme dans « Paul dort » est une phrase. Harris démontre que d'importantes conséquences découlent du postulat sur la métalangue. En particulier, Harris utilise des phrases de la métalangue pour dériver la coréférence (pronominalisation ou réduction à zéro), et cela sans faire appel à des mécanismes formels ad hoc.

Ensuite, Harris (« Report and Paraphrase », 1969, in Papers in Structural and Transformational Linguistics, D. Reidel, Dordrecht, 1970) cherche une explication au phénomène des restrictions grammaticales. Il essaie de trouver pour les phrases contenant des restrictions sur les classes y figurant des phrases sources non restreintes, où les restrictions [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)  » est également traité dans :

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Une méthode descriptive »  : […] Né en réaction contre les approches des grammaires mentalistes, ce courant s'est inscrit au départ dans la perspective mécaniste de la psychologie dite « behavioriste », qui entendait expliquer objectivement le comportement en termes de facteurs externes – stimulus et réponse – sans recourir à l'introspection. Dans cette perspective, le sens d'un message reste hors d'atteinte, puisqu'il est conçu […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le distributionnalisme »  : […] À l'inverse du structuralisme européen, le structuralisme américain s'est développé sans référence à Saussure. Il a d'abord pris appui sur les travaux de linguistique descriptive et comparative des grands pionniers que furent Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. Ethnolinguistes spécialistes des langues amérindiennes, ces deux auteurs sont connus pour l'hypothèse qui porte leur nom, selon laquelle […] Lire la suite

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les outils mathématiques »  : […] Les outils mathématiques les plus utilisés dans la modélisation linguistique sont, sans conteste, de type logico-algébrique. La première impulsion de modélisation des langues en termes algébriques vient sans doute de Zellig Harris (dont Chomsky fut un élève), qui a développé un modèle transformationnel dans lequel les phrases sont obtenues à partir de phrases noyaux subissant une suite de manipul […] Lire la suite

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des théories du sens »  : […] Le sens existe donc. Mais il y a loin de l'évidence intuitive à la reconnaissance théorique. La méfiance des linguistes envers l'étude du sens apparaît d'abord dans le fait que l'acte de naissance officiel de la sémantique est relativement tardif : c'est à la fin seulement du xix e  siècle que grâce à Michel Bréal, précédé il est vrai par les philologues allemands pratiquant la « sémasiologie » a […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le structuralisme américain »  : […] Le développement du structuralisme américain est d'abord lié aux deux figures tutélaires majeures de Leonard Bloomfield (1887-1949) et Edward Sapir (1884-1949), puis à leurs disciples (parmi lesquels Zellig Harris et Charles F. Hockett). La confrontation sur le continent américain à la diversité de langues indigènes inconnues plus grande que dans l'Europe occidentale explique en partie les positi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Morris SALKOFF, « HARRIS ZELLIG SABBETAI - (1909-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zellig-sabbetai-harris/