BONNEFOY YVES (1923-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « poésie » contre « l'art »

Les quatre premiers livres désignent les points cardinaux de la quête du « lieu et de la formule ». Celle-ci passe, dans Du mouvement et de l'immobilité de Douve (1953), par l'épreuve de la mort qui, sous le signe de Baudelaire, est dépositaire du « sens ». Le corps en crise attend du démembrement un salut inséparable de la jouissance née d'une destruction de la forme. Mais le poète, pris entre le choix d'une filiation baudelairienne et l'abjuration de la paternité de Valéry (L'Improbable, 1959), fasciné par le platonisme, luttant contre un abandon au bonheur du nombre et de la forme, trouve difficilement la voie vers cette immédiateté physique, cette évidence élémentaire, substantielle, transcendante qu'il nomme « présence ». Aussi ce premier livre est-il écartelé entre les extrêmes : exaltation (euphorie du « sang ») et souffrance (hantise du mutisme). Dans Hier régnant désert (1958), la quête prend la forme de l'épreuve du temps et passe par la formulation majeure d'un art poétique de la « finitude » et de l'« imperfection », pierre angulaire de toute l'œuvre. Une couleur (le gris), un visage de femme (Veneranda) et une voix (Kathleen Ferrier) orientent l'écriture vers une « terre d'aube », également dévoilée à la faveur de la médiation du mythe arthurien, métaphore de la quête du temps et du « sens ». Mais, dans ce recueil, le poète ne dépasse pas l'hésitation entre le rêve d'un modèle transcendant et l'acceptation du réel : il demeure aux prises avec une ambiguïté qui le fait osciller entre salut et perte, « rivage » et « mort ».

Pierre écrite (1965), épreuve de l'autre, est le livre de la poétique de l'amour. Après les recueils en noir et blanc (Douve) et en gris (Hier régnant désert), Pierre écrite est l'œuvre au rouge, tournée vers davantage de plénitude. Mais la conscience poétique, toujours insatisfaite, se heurte cette fois à la problématique du « rêve » : adhésion au « rêve », qui est l'essence intemporelle de la poésie, mais critique aussitôt de ce « rêve », dans lequel la modernité ne saurait se complaire sans méconnaître [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature comparée à l'université de Strasbourg

Classification


Autres références

«  BONNEFOY YVES (1923-2016)  » est également traité dans :

DU MOUVEMENT ET DE L'IMMOBILITÉ DE DOUVE, Yves Bonnefoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Lorsque paraît son premier recueil en octobre 1953, sous la couverture bleutée des éditions du Mercure de France, Yves Bonnefoy n'a publié qu'une plaquette, Traité du pianiste (1946). Quelques textes ont paru dans des revues (Les Deux Sœurs, La Part du sable, Troisième Convoi, La Révolution la nuit) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-mouvement-et-de-l-immobilite-de-douve/#i_89245

L'ÉCHARPE ROUGE (Y. Bonnefoy) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 1 095 mots
  •  • 1 média

Né en 1923 à Tours de parents originaires des Causses et mort à Paris en 2016, le poète, critique et traducteur français Yves Bonnefoy revient dans L’Écharpe rouge (Mercure de France, 2016), ultime livre publié de son vivant avec un recueil de poésie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-echarpe-rouge/#i_89245

YVES BONNEFOY PENSEUR DE L'IMAGE (P. Née)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 990 mots

Patrick Née s'est constitué une solide autorité dans le domaine des études sur Yves Bonnefoy – certainement le poète vivant qui suscite le plus de travaux universitaires en langue française – avec la publication coup sur coup de quatre ouvrages : Poétique du lieu dans l'œuvre d'Yves Bonnefoy ou Moïse sauvé (P.U.F., Paris, 1999), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-bonnefoy-penseur-de-l-image/#i_89245

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps et l'espace du lyrisme »  : […] Le sujet lyrique ne s'exprime qu'en se liant à un lieu et à une temporalité particulière. Le vallon de Lamartine, le promontoire de Victor Hugo, la « maison du berger » de Vigny, les fenêtres de Baudelaire et de Mallarmé figurent cette posture subjective dans sa relation avec le monde extérieur, qu'il soit naturel ou urbain. Volontiers, rivages et lisières dessinent géographiquement les points de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_89245

Pour citer l’article

Michèle FINCK, « BONNEFOY YVES - (1923-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-bonnefoy/