CHAHINE YOUSSEF (1926-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En attribuant au Destin le prix du cinquantième anniversaire, le festival de Cannes 1997 a honoré un film qui, à partir de la vie du philosophe musulman Averroès dans l'Andalousie du xiie siècle, démontre, sous la forme d'un appel à un islam tolérant, que la foi n'est pas toujours synonyme d'obscurantisme. Le prix a également couronné la longévité d'une carrière commencée en 1950, et forte de trente deux longs métrages. L'œuvre de Youssef Chahine (Yūsuf Chāhīn) est tout sauf monolithique. Elle a épousé les contradictions de son pays, l'Égypte, s'identifiant à sa culture et à son histoire, parvenant à imposer une expression personnelle au sein d'une industrie cinématographique strictement commerciale, naguère florissante et aujourd'hui décimée. Le cinéaste a toujours eu besoin d'un interlocuteur, réel ou imaginaire : ce désir de s'adresser à l'autre, au citoyen du monde, est le moteur d'une œuvre en forme de lettre ouverte. Au sein d'une époque surmédiatisée, Chahine estime qu'il est de son devoir de témoigner des problèmes de son temps et de son pays, le cinéma étant la forme artistique vivante qui donne le meilleur accès à la culture de l'autre. Aussi peut-on lire en filigrane de son œuvre toute l'histoire contemporaine de l'Égypte, du roi Farouk à l'épopée nassérienne, de la défaite de 1967 (la guerre de Six Jours) à la montée actuelle de l'intégrisme, ainsi que toute l'évolution formelle du cinéma égyptien sur la même période : comédies musicales et mélodrames populaires des années 1950 (les studios du Caire ont été pendant longtemps le Hollywood du cinéma arabe), influence du néo-réalisme italien puis du cinéma soviétique, à travers la peinture du monde rural et la grande fresque nationaliste hagiographique. Volontiers impur, le cinéma de Chahine se plaît, avec un mélange de culot et de naïveté, à brasser les genres et les styles. Il est aussi à l'aise dans les paysages naturels que dans les décors en carton-pâte (bricoleur de génie, il profite au mieux de l'exiguïté des studios du Caire), y gagnant une souplesse qui lui permet d'enchaîner reconstitution monumentale et journal intime.

Youssef Chahine, d'origine grecque par sa grand-mère, naît en 1926 à Alexandrie, terre d'accueil de toutes les populations méditerranéennes dont l'atmosphère chaleureuse nourrira son œuvre. Après des études de cinéma et d'art dramatique à la Pasadena Playhouse en Californie, il revient en Égypte où il réalise à l'âge de vingt-quatre ans son premier film, Papa Amine (1950), une comédie familiale musicale influencée par Hollywood, caractéristique aussi d'une production égyptienne au temps du roi Farouk qui subsistera sous Nasser. La carrière et l'œuvre de Chahine peuvent être divisées en trois périodes. La première s'achève en 1965, année où le cinéaste, en froid avec la bureaucratie nassérienne, s'exile au Liban et y tourne un film musical avec la chanteuse Fayrouz (Le Vendeur de bagues, 1965). La deuxième commence en 1967, année de son retour en Égypte, qui coïncide avec la défaite militaire. La troisième débute en 1978 avec Alexandrie pourquoi ? et correspond à un repli sur soi, l'autobiographie renouvelant le regard que le metteur en scène porte sur son pays et son époque.

Histoire et mélodrame

Le premier volet de son œuvre montre un Chahine à deux visages, qui alterne les films commerciaux où il s'initie aux mélanges des genres (burlesque, musical, comédie, mélodrame) et les œuvres personnelles, qui témoignent de sa sensibilité à l'écoute du monde, miroir de son rapport fluctuant au nassérisme. Mis à part Le Fils du Nil (1951), mélodrame manichéen qui oppose la campagne salvatrice à la ville, lieu de dépravation, c'est avec Le Ciel d'enfer (1954), dont le scénario a été écrit sous le règne de Farouk, qu'un changement se fait sentir en synchronie avec l'arrivée de Nasser au pouvoir, à une époque où le néo-réalisme devient une alternative, également présente dans les films de Salah Abou Seif, qui favorise l'apparition à l'écran de nouveaux personnages (la lutte d'un ingénieur agronome, interprété par Omar Sharif dont c'est le premier rôle, qui défend les paysans contre un riche propriétaire corrompu), de nouveaux enjeux (la nécessaire réforme agraire), sans rien céder à l'efficacité hollywoodienne, grâce à une narration qui combine mélodrame et thriller. Après le monde paysan, Chahine, avec Eaux noires (1956), s'attache à la condition ouvrière à trav [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CHAHINE YOUSSEF (1926-2008)  » est également traité dans :

LA TERRE, film de Youssef Chahine

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 859 mots

Né à Alexandrie, Youssef Chahine (1926-2008), après des études de cinéma et d'art dramatique à la Pasadena Playhouse en Californie, signe en 1956 un premier film militant, Les Eaux noires (Sirā'fī al-minā'), dans lequel, sur une toile de fond mélodramatique, il introduit le réalisme social de la vie ouvrière. L […] Lire la suite

SHARIF OMAR (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 439 mots

L’acteur égyptien Omar Sharif se fit connaître du public international et fut une nommer aux oscars (meilleur acteur dans un second rôle) pour son interprétation d’Ali Ibn el Kharish, le loyal chef arabe du film épique de David Lean, Lawrence d’Arabie ( Lawrence of Arabia , 1962). Le rôle-titre du D octeu r Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), une adaptation par Lean du roman éponyme de Boris Pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TESSON, « CHAHINE YOUSSEF - (1926-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/youssef-chahine/