CHAHINE YOUSSEF (1926-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rêve d'un « grand réalisme »

Lorsque, cédant aux exigences de Nasser, Chahine revient en Égypte en 1967 il reste toujours le réalisateur de Saladin. Aussi lui confie-t-on Ces Gens du Nil, la première et très officielle coproduction égypto-soviétique, tournée en 70 mm, superproduction pharaonique qui retrace la construction du barrage d'Assouan et loue les bienfaits du progrès. Malgré une faible marge de manœuvre, Chahine parvient à charger de sens le titre du film, en privilégiant les liens entre individus, hors de toute considération dogmatique. Refusé dans sa version originale par les gouvernements égyptien et soviétique, Ces Gens du Nil sortira en 1972 dans une version tronquée, avant d'être restauré dans sa version intégrale en 1996. Mal commencée, la deuxième période de la carrière de Chahine se prolonge avec trois œuvres majeures. Dans La Terre (1969), d'après un roman d'Abderrahman Charkaoui, par ailleurs scénariste de ses premiers films, Chahine, adoptant le registre de la fresque inspirée des grands modèles soviétiques (notamment Dovjenko), décrit, dans l'Égypte des années 1930 occupée par les Britanniques, la lutte meurtrière des paysans contre les riches propriétaires. Son film suivant, Le Choix (1970), d'après un scénario de Naguib Mahfouz, renoue avec la structure des Eaux noires en opposant deux frères, l'un artiste bohème et l'autre écrivain proche du pouvoir. Si le retour de Chahine en Égypte en 1967 coïncide avec la guerre de Six Jours, six ans s'écouleront avant qu'il évoque cette blessure nationale. Le Moineau (1973), dont le cadre se situe juste avant le conflit de juin 1967, retrace la quête d'un jeune policier dont le père adoptif est un responsable important des forces de l'ordre, tandis que son vrai père se révèle être un militant gauchiste. La quête d'identité du héros, associée à la présence de son demi-frère sur le front dans le Sinaï, va bien au-delà de la sphère intime : le film se conclut par le discours de Nasser annonçant la défaite de l'armée égyptienne.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CHAHINE YOUSSEF (1926-2008)  » est également traité dans :

LA TERRE, film de Youssef Chahine

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 859 mots

Né à Alexandrie, Youssef Chahine (1926-2008), après des études de cinéma et d'art dramatique à la Pasadena Playhouse en Californie, signe en 1956 un premier film militant, Les Eaux noires (Sirā'fī al-minā'), dans lequel, sur une toile de fond mélodramatique, il introduit le réalisme social de la vie ouvrière. L […] Lire la suite

SHARIF OMAR (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 439 mots

L’acteur égyptien Omar Sharif se fit connaître du public international et fut une nommer aux oscars (meilleur acteur dans un second rôle) pour son interprétation d’Ali Ibn el Kharish, le loyal chef arabe du film épique de David Lean, Lawrence d’Arabie ( Lawrence of Arabia , 1962). Le rôle-titre du D octeu r Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), une adaptation par Lean du roman éponyme de Boris Pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TESSON, « CHAHINE YOUSSEF - (1926-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/youssef-chahine/