YOUNG WILLIS LESTER dit LESTER (1909-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant débuté comme batteur et saxophoniste alto, Lester Young choisit ensuite le ténor et fait partie de nombreux orchestres, en particulier celui de Count Basie auprès duquel il conquiert la notoriété. À partir de 1940, il forme lui-même un orchestre, puis plusieurs petites formations. Quand tous les saxophonistes ténors se réclamaient de Coleman Hawkins, Lester Young leur tourna le dos et explora une tout autre direction. Sa sonorité « floconneuse » (L. Malson), son timbre feutré scandalisèrent. Cependant, les musiciens les plus ouverts se passionnèrent pour une formulation du swing absolument nouvelle (paresseuse, mais aussi efficace que l'ancienne) et un style d'improvisation qui préférait la libre exploitation des accords à la paraphrase thématique. Cette dernière innovation ouvre la voie aux boppers, qui trouvent aussi chez le « Pres » (le « Président », surnom donné à Lester par Billie Holiday) le modèle d'un découpage rythmique audacieux, décalé par rapport aux barres de mesure, et d'une sollicitation plus entreprenante de l'harmonie, en utilisant, par exemple, les accords de passage. Lester Young imposera encore plus profondément sa marque (décontraction rythmique, goût des sonorités douces et mates, sensibilité blessée) au jazz cool et au néo-classicisme hérité de Count Basie. Souvent décrié, le romantisme californien des années cinquante n'est qu'une énorme révérence au lyrisme à la fois tendre et bouleversant du « Pres », encore qu'il n'en suppose point la détresse profonde. Il n'est pas jusqu'aux disciples avérés de Coleman Hawkins qui n'aient subi, à des degrés divers, l'influence de cet art.

Lester Young

Lester Young

photographie

Le saxophoniste, clarinettiste et compositeur de jazz américain Lester Young (1909-1959), en 1953. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Alain GERBER

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, membre du Collège de pataphysique et de l'Académie du jazz, romancier

Classification


Autres références

«  YOUNG WILLIS LESTER dit LESTER (1909-1959)  » est également traité dans :

HOLIDAY BILLIE (1915-1959)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Billie's Blues »  : […] Eleanora (Elinore, Elenoir ou encore Eleanor, selon les documents) Holiday naît le 7 avril 1915 à Philadelphie (Maryland). On sait peu de choses sur sa petite enfance, passée à Baltimore : a-t-elle, comme elle l'affirme dans son autobiographie, Lady Sings the Blues , été violée par un familier à l'âge de dix ans ? Il ne subsiste en tout cas aucune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/billie-holiday/#i_17605

JAZZ

  • Écrit par 
  • Philippe CARLES, 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS, 
  • Michel-Claude JALARD, 
  • Eugène LLEDO
  • , Universalis
  •  • 10 989 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le « middle jazz » (1930-1944) »  : […] Le jazz s'évade de l'intimité du cabaret pour s'intégrer à l'univers du spectacle et animer les grands dancings populaires, à New York notamment (Savoy, Cotton Club). Il entreprend de se discipliner et de s'établir en formations plus spectaculaires, donc plus étoffées : les années 1930 sont celles du grand orchestre ou big band. Le jazz, aux États […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jazz/#i_17605

Pour citer l’article

Alain GERBER, « YOUNG WILLIS LESTER dit LESTER (1909-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/young-willis-lester-dit-lester/