YESHĪVŌT ou YESHĪBŌT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pluriel du mot hébreu « yeshīvah », qui désigne une école talmudique supérieure. Ce terme, fréquent dans la littérature talmudique, se rapportait alors, en Palestine comme en Babylonie, aussi bien aux académies des maîtres qu'aux établissements d'enseignement supérieur. Les yeshīvōt fondées par la suite ne gardèrent que cette dernière acception.

La tradition midrashique, projetant le présent dans le passé, fait remonter cette institution à la plus haute antiquité, aux patriarches et même au Déluge (yeshīvah de Sem). Elle s'est, en tout cas, effectivement perpétuée sans interruption depuis l'époque talmudique. Les yeshīvōt se développèrent après la destruction du Temple (70), à l'époque où l'étude devait désormais assurer à elle seule la survie du peuple juif et la Torah lui tenir lieu de patrie. Rabbi Yohanan ben Zakkay obtint de Vespasien l'autorisation d'ouvrir une telle école à Yabné (« Donne-moi Yabné et ses Sages ! »). D'autres furent fondées ensuite à Lod, à Sepporis, à Tibériade, à Oucha, à Bné-Braq... Chaque maître créait son académie.

Après le déclin du judaïsme palestinien, les amora‘im ouvrirent des yeshīvōt en Babylonie (à Nehardéa, à Poumbedita, à Soura). Ces deux derniers centres subsistèrent, après une interruption relativement brève, jusqu'au xe siècle. Des étudiants de tous les pays, même de la chrétienté, y affluaient, attirés par la célébrité de leurs chefs, les ge‘onim (singulier, gaon). Désormais, les yeshīvōt connurent leurs heures de gloire, au gré des vicissitudes et des errances des communautés juives à travers le monde.

L'existence de yeshīvōt est attestée en Afrique du Nord dès le viiie siècle. On en trouve (témoignage d'une vie culturelle intense) au xe siècle à Fès, à Tlemcen et à Kairouan — celle de cette ville était renommée entre toutes. Au xiie siècle, en Égypte, les Rashé-yeshīvōt, recteurs des académies, reprirent le titre de gaon (« Excellence »). Maimonide enseigna dans l'une d'entre elles. Au Proche-Orient, c'est Baghdād qui fut le grand centre d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  YESHIVOT ou YESHIBOT  » est également traité dans :

ABRAHAM BEN DAVID DE POSQUIÈRES (1125-1199)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 349 mots

Célèbre dans le monde juif du xiie siècle par son école talmudique (yeshīvah), Abraham ben David est né à Narbonne, où son père Abraham ben David, qui a eu une influence durable sur son orientation, était président du tribunal religieux. L'école dont il prit la direction à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-ben-david-de-posquieres/#i_12333

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 239 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Exilarques et geonim à Babylone »  : […] fer, soie, pierres précieuses. À Sura et à Pumbédita, métropoles judiciaires, les maîtres enseignent dans les Yešībōt (académies) la Loi juive – clé des fonctions publiques, car droit civil et droit religieux ne font qu'un – et forment des disciples versés dans le dīn (« juste loi »). Le renom d'Abba Arika, dit Rav, et de Samuel s'étend à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12333

RABBIN

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 1 183 mots

Terme dérivé de l'araméen rabbi (« mon maître ») et désignant essentiellement le responsable religieux, le guide spirituel dans les communautés juives. L'institution du rabbinat est, pour certains, aussi vieille que le peuple juif lui-même. Moïse, déjà, reçut de Dieu l'ordre de nommer des « juges » dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabbin/#i_12333

Pour citer l’article

Ernest GUGENHEIM, « YESHĪVŌT ou YESHĪBŌT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yeshivot-yeshibot/