Ernest GUGENHEIM

grand rabbin, professeur au séminaire israélite de France

RABBIN

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 1 181 mots

Terme dérivé de l'araméen rabbi (« mon maître ») et désignant essentiellement le responsable religieux, le guide spirituel dans les communautés juives. L'institution du rabbinat est, pour certains, aussi vieille que le peuple juif lui-même. Moïse, déjà, reçut de Dieu l'ordre de nommer des « juges » dans […] Lire la suite

RACHI SALOMON BEN ISAAC dit (1040-1105)

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM, 
  • Michel GUGENHEIM
  •  • 2 112 mots

Rabbi Chelomo, fils d'Isaac (ou Isaaki) – ce qui donne, en prenant l'initiale de chacun de ces noms, « Rachi », comme on le surnommait par affection –, fut le plus célèbre et, peut-on dire, le plus populaire des rabbins du Moyen Âge. Au-delà du rayonnement qu'il eut à la tête de son école de Troyes et de son autorité dans les divers domaines de la culture juiv […] Lire la suite

SHEMA

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 201 mots

Mot hébreu signifiant « écoute », par lequel commence le verset 4 du chapitre vi du Deutéronome : « Écoute, Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est Un. » Ce verset lui-même est le premier d'un des textes les plus importants du rituel de prières juif qui porte le nom de Shema, conformément à l'usage hébraïque de désigner un livre ou un passage […] Lire la suite

TOSSEPHTA ou TOSEFTA

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 394 mots

Mot hébreu qui désigne le « supplément » à la Mishna. La Tossephta est un recueil de textes tannaïtiques qui n'ont pas été insérés par Rabbi Juda ha-Nassi dans son Code de la Mishna et qui sont appelés, pour cette raison, Baraytot (pluriel de barayta, qui signifie « en dehor […] Lire la suite

YESHĪVŌT ou YESHĪBŌT

  • Écrit par 
  • Ernest GUGENHEIM
  •  • 832 mots

Pluriel du mot hébreu « yeshīvah », qui désigne une école talmudique supérieure. Ce terme, fréquent dans la littérature talmudique, se rapportait alors, en Palestine comme en Babylonie, aussi bien aux académies des maîtres qu'aux établissements d'enseignement supérieur. Les yeshīvōt fondées par la suite ne gardèrent que cette dernière acception.La traditio […] Lire la suite