XUANZANG [HIUAN-TSANG] (602-664)

Le plus célèbre des pèlerins chinois en Inde. Né dans le Henan, quatrième fils d'une famille lettrée, Xuanzang fait de bonnes études classiques, mais s'intéresse très jeune au bouddhisme et entre, à douze ans, dans un monastère de Luoyang. En 618, il se rend à Chengdu, dans le Sichuan, et il y reçoit, à l'âge de vingt ans (622), l'upasampadā, l'ordination. Ses études l'amènent encore à se fixer dans diverses autres villes, notamment à Chang'an. Au cours de cette période, il parvient à embrasser la plus grande partie du savoir bouddhique et, principalement, l'abhidharma. Il étudie à fond la scolastique du Petit et du Grand Véhicule. Il s'intéresse aux problèmes de la traduction et s'inquiète des nombreuses erreurs qu'il constate dans les versions chinoises, ainsi que des contradictions qu'il croit trouver dans bien des textes.

Xuanzang

Xuanzang

photographie

L'apogée du bouddhisme chinois sous les Tang (618-907) est marquée par l'œuvre de compilation et de traduction du moine Xuanzang, représenté symboliquement sur cette estampe au cours de son voyage initiatique en Inde. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Il se décide alors à aller en Inde pour en ramener une ample moisson de textes originaux et pour y étudier auprès des maîtres indiens. L'administration lui refusant la permission de quitter la Chine, il entreprend le voyage seul et clandestinement (627 ou 629), manquant de se faire tuer au passage de la frontière. De nombreuses difficultés se présentent à lui jusqu'à ce qu'il atteigne Gaochang (Turfān) où le souverain local décide de le garder près de lui. Devant la détermination de Xuanzang, le roi finit par accepter de le laisser repartir, mais il lui fournit une nombreuse escorte et des lettres d'introduction pour tous les pays qui lui restent à traverser. Cela explique en grande partie le succès de l'expédition de Xuanzang.

Le voyage dure deux ans et la caravane passe par Agni (Qarashar), Kutsha, Tashkent, Samarkand, la Sogdiane et la Bactriane avant d'arriver au Kapisha et au Gandhāra. Xuanzang étudie pendant deux ans au Cachemire, puis, en 633, il part pour les lieux saints du bouddhisme, la vallée du Gange. Il visite successivement Shrāvastī, Kapilavastu, Kushinagara, Vārānasī, Vaishālī, Pātaliputra et Bodhgayā, puis se fixe à Nālandā, o [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  XUANZANG [ HIUAN-TSANG ] (602-664)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] par la description détaillée qu'en a donnée un des plus grands traducteurs chinois de textes sanskrits bouddhiques, Hiuan-Tsang (602-664), qui le visita et y travailla. On y comptait mille cinq cents maîtres pour huit mille cinq cents étudiants. On y enseignait les śāstra sanskrits, grammaire, etc., aussi bien que les écritures et la philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_19303

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 723 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Écoles et sectes »  : […] (en chinois faxiang) que fit connaître à Chang'an le grand maître Xuanzang à son retour des Indes, et dont la thèse fondamentale est que tous les phénomènes sont pure création de l'esprit ; c'est le cas également de l'école Mādhyamikā (ou du Chemin moyen) qui affirmait tout ensemble la vacuité absolue et la réalité relative des choses. Certains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-chinois/#i_19303

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les six écoles anciennes »  : […] du rien-que-pensée » (en japonais Jōyuishiki-ron) du chinois Xuanzang (602-664), expression chinoise du vaste courant de pensée dit yogācāra, qui affirme, au-delà de la vacuité et du non-moi, l'existence transcendante de la conscience éternellement éveillée. Hors du cadre de l'école, le yogācāra imprègne en réalité une grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_19303

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 847 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les traits du Buddha »  : […] le bouddhisme chinois : au viie siècle, le pèlerin Hiuan Tsang aurait ramené en Chine une copie de la statue confectionnée à cette occasion, et une statue conservée actuellement dans le temple de Feiryo-ji à Kyōto serait une copie chinoise (exécutée en 987) de celle ramenée par Hiuan Tsang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-representations-du-buddha/#i_19303

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La littérature religieuse »  : […] Jusque-là, il n'y eut, sous les Tang, de philosophie que bouddhique. Le pèlerin Xuanzang (602-664) rapporta de l'Inde de nombreux textes qu'il passa le reste de sa vie à traduire en chinois. Ses traductions portèrent principalement sur des ouvrages de philosophie scolastique ; son œuvre immense exerça une influence considérable en initiant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_19303

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 289 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Déclin de la dynastie »  : […] une période assez courte (R. K. Mookerji) : Kamāragupta II, cité dans une inscription de Sārnāth datée de 473 ; Budhagupta, désigné par le missionnaire chinois Xuanzang (qui visita l'Inde au viie s.) comme fils de Kumāragupta Ier ; mais qu'un sceau découvert à Nālandā donne comme le fruit de l'union de Purugupta et de Candradevī, et dont la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_19303

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 506 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'âge des Gupta et Harṣa »  : […] bon dramaturge à ses heures, est connu par les souvenirs du pèlerin bouddhiste chinois Xuanzang [Hiuan-tsang], qui y a séjourné douze ans. Le premier foyer de culture de l'Inde du Nord est désormais Kanauj, capitale de Harṣa qui éclipse Pātaliputra. Le bouddhisme, gagné par l'ésotérisme tantrique, semble peu à peu réabsorbé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_19303

NĀLANDĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 825 mots

Dans le chapitre « Un centre d'études mahāyāniques »  : […] empereur Kumāragupta Ier (414-455), en tenant compte notamment d'indications fournies par le récit que Xuanzang, le plus grand d'entre les moines pèlerins, laissa de son voyage en Inde à l'époque de Harṣa. Ce religieux éminent séjourna plusieurs fois à Nālandā ; le lecteur du xxe siècle lit avec intérêt le tableau qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nalanda/#i_19303

ROUTE DE LA SOIE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 739 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les voyageurs célèbres »  : […] À l’époque des Tang, le moine bouddhiste Xuan Zang (600-664) est le voyageur chinois le plus célèbre. Parti vers l’Inde pour y retrouver les racines du bouddhisme que l’on jugeait alors perverti en Chine, il découvrit que cette religion n’y était presque plus pratiquée. Il parcourut néanmoins le pays pendant quatorze ans, traduisant du sanskrit en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/route-de-la-soie/#i_19303

LE VOYAGE EN OCCIDENT (XIYOU JI), Wu Cheng'en - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un voyage fantastique »  : […] les fait rédiger par Ananda, disciple les recevant de la bouche même du Buddha. Vient ensuite le récit du voyage en Inde qu'accomplit le moine Xuanzang, accompagné de quatre êtres surnaturels destinés à éloigner de sa route les difficultés. Parmi eux, le singe Sun Wukong, un cochon et un cheval blanc. Il faudra ainsi combattre et tuer un dragon, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-voyage-en-occident-xiyou-ji/#i_19303

VOYAGEURS CHINOIS

  • Écrit par 
  • Brigitte de BEER
  •  • 1 012 mots

Le plus ancien voyageur chinois connu est Zhang Qian dont les pérégrinations ont duré douze ans. Envoyé en ~ 138 par l'empereur Han Wudi pour contracter alliance avec les Yuezhi du nord de l'Oxus, contre les Xiongnu, il visita le Ferghana et la Sogdiane. Il rapporta de son voyage la connaissance d'un « Occident » peuplé et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyageurs-chinois/#i_19303

XIYOU JI [SI-YEOU KI]

  • Écrit par 
  • André LEVY
  •  • 325 mots

Œuvre marquante de la littérature universelle tant par sa diffusion dans tout l'Extrême-Orient que par l'originalité de son thème et la saveur de son style, le Xiyou ji (Le Voyage en Occident) est une parodie épique, religieuse et allégorique du voyage en Inde de l'illustre traducteur du canon bouddhique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xiyou-ji-si-yeou-ki/#i_19303

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « XUANZANG [HIUAN-TSANG] (602-664) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanzang-hiuan-tsang/