PAULI WOLFGANG (1900-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principe d'exclusion

Ses recherches dans le domaine de la théorie atomique, commencées avec sa thèse de doctorat, conduisirent Pauli aux centres les plus actifs d'Europe dans son domaine : pendant l'hiver 1921-1922, il fut l'assistant de Max Born à Göttingen et, après un été à Hambourg, il passa une année à Copenhague sur l'invitation de Niels Bohr. Cette année fut le début d'une profonde amitié avec Bohr. Mais elle marqua aussi le début de son étude de « l'effet Zeeman anomal » qui le conduisit, en janvier 1925, à la formulation du principe d'exclusion qui porte son nom, en réalisant que l'énergie et le moment cinétique orbital ne suffisent pas pour caractériser l'état d'un électron dans l'atome mais que l'électron manifeste « une bivalence non explicable classiquement ».

Cette expression circonspecte n'exprime rien d'autre que l'orientation du spin de l'électron, idée que Pauli n'admit que tardivement, à cause de son contenu non quantique, mais alors tout en ajoutant sa propre marque : d'une part il introduisit en 1927 les « matrices de Pauli » décrivant le spin de l'électron ; d'autre part il dériva, la même année, le « paramagnétisme de Pauli », conséquence conjointe du principe d'exclusion et du spin, appliquée aux électrons d'un conducteur et exprimée par une susceptibilité constante à basse température.

Le rôle que Pauli joua dans l'élaboration de la nouvelle théorie quantique, dont W. Heisenberg avait jeté les bases en 1925, fut en premier lieu celui d'un arbitre clairvoyant et d'un critique impitoyable, ce qui lui valut l'attribut « fouet de Dieu » de la part de son collègue et ami Paul Ehrenfest. Ce rôle est admirablement mis en évidence par la correspondance abondante que Pauli entretint avec ses collègues et surtout avec N. Bohr et W. Heisenberg. Mais Pauli apporta aussi ses propres contributions, dont la plus importante fut sa brillante solution matricielle du problème de l'atome d'hydrogène. En 1933, il résuma l'état de la nouvelle théorie quantique dans un article [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite de physique théorique à l'École de physique de Genève

Classification


Autres références

«  PAULI WOLFGANG (1900-1958)  » est également traité dans :

EXISTENCE DU NEUTRINO

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 106 mots
  •  • 1 média

L'existence du neutrino est proposée en 1930 par le physicien suisse d'origine autrichienne Wolfgang Pauli (1900-1958), pour sauvegarder le principe de conservation de l'énergie que les désintégrations radioactives β des noyaux atomiques ne semblaient pas respecter. Cette particule difficilement détectable, car elle interagit très peu avec la matière, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/existence-du-neutrino/#i_14387

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et classification périodique »  : […] Le Hamiltonien d'un atome à Z électrons peut être écrit sous une forme approximative telle que ses fonctions propres – les orbitales atomiques – soient déterminées par les quatre nombres quantiques de chaque électron A : Si un tel atome se trouve à l'état fondamental, tous ses électrons doivent être dans un état dont l'énergie est la plus basse possible. La spectroscopie mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_14387

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Effets de structure hyperfine »  : […] En 1924, Wolfgang Pauli suggéra que les noyaux des atomes possédaient un moment cinétique intrinsèque auquel était associé un moment magnétique et qu'une structure pouvait provenir de l'interaction entre ce moment magnétique intrinsèque et le champ magnétique produit par les électrons au niveau du noyau. La mesure de l'éclatement des niveaux produit par ces effets hyperfins magnétiques a été d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-atomique/#i_14387

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs bosoniques et champs fermioniques »  : […] Le photon est l'exemple type de champ quantique appelé boson , du nom du physicien indien Satyendranath Bose (1894-1974), co-découvreur avec Albert Einstein des lois décrivant le comportement statistique d'ensemble de champs quantiques de moment angulaire intrinsèque multiple de h /2π. L'électron est quant à lui un fermion , car les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-champs/#i_14387

HEISENBERG WERNER KARL (1901-1976)

  • Écrit par 
  • Léon ROSENFELD
  •  • 3 503 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie quantique des champs »  : […] Dès 1927, Paul Dirac avait étendu hardiment la portée de l'algèbre quantique à des systèmes d'un nombre indéfini d'éléments, tels que les quanta de rayonnements électromagnétiques qui peuvent être créés ou annihilés dans les processus d'émission ou d'absorption. En outre, il avait découvert une formulation relativiste de la mécanique quantique des particules (telles que les électrons) qui sont do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-karl-heisenberg/#i_14387

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] C'est en décembre 1930 que Wolfgang Pauli suggéra l'hypothèse du neutrino, pour préserver la théorie quantique du noyau en donnant une explication simple de certaines anomalies apparaissant dans la radioactivité β : spectre continu des électrons émis, violation de la conservation du spin et de la statistique associée. Le neutrino (symbole : ν) devait être électriquement neutre, de masse quasi nul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_14387

SPIN ou MOMENT CINÉTIQUE ou ANGULAIRE INTRINSÈQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 5 385 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La connexion spin-statistique »  : […] Il existe une relation capitale entre le caractère entier ou demi-entier du spin des quantons d'une certaine espèce – ou de leur hélicité, dans le cas d'une masse nulle – et leur comportement collectif. On sait, en effet, que l'invariance par permutation d'un système composé de quantons identiques conduit à une dichotomie cruciale. On a, d'une part, les systèmes dont les états sont « totalement s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spin/#i_14387

WEISSKOPF VICTOR (1908-2002)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 836 mots

Né le 19 septembre 1908 à Vienne (Autriche) dans une famille juive aisée, le physicien Victor Weisskopf est mort le dimanche 22 avril 2002, à Cambridge (Massachusetts, États-Unis), à l'âge de quatre-vingt-treize ans. Fils d'un juriste, il développe de multiples talents tant en science qu'en musique et participe à la réflexion politique au sein du mouvement de la jeunesse socialiste où il est l'ami […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-weisskopf/#i_14387

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles P. ENZ, « PAULI WOLFGANG - (1900-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-pauli/