WOLFF ou WOLF CHRISTIAN VON (1679-1754)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe, Christian Wolff est connu aussi comme mathématicien et comme juriste. Après des études de théologie, de philosophie, de mathématiques et de droit naturel à Breslau, à Iéna et à Leipzig, Wolff enseigne d'abord à Leipzig, puis, sur recommandation de Leibniz, à l'université prussienne de Halle (1706). L'essentiel de cette première activité d'enseignant est consacré aux sciences exactes. Dès qu'il s'attaquera sérieusement à la philosophie, une cabale de théologiens piétistes et orthodoxes le fera chasser de Halle (1723). Wolff s'exile à l'université de Marburg, tandis que l'« affaire Wolff » déclenche une polémique de grande ampleur : de 1723 à 1736 paraissent plus de deux cent quatre-vingts publications sur ce sujet. Dès son accession au trône (1740), Frédéric II de Prusse, wolffien enthousiaste dans sa jeunesse, rappelle Wolff à Halle où il enseignera et publiera jusqu'à sa mort.

L'œuvre de Wolff comprend près de deux cents ouvrages et études allemandes et latines qui traitent théoriquement et pratiquement l'ensemble des matières mathématiques, théologiques, philosophiques et juridiques. Parmi les ouvrages latins dont l'influence a été importante, on peut citer : L'Ontologie (Philosophia prima sive ontologia, 1729), La Logique (Philosophia rationalis sive logica, 1728), La Philosophie pratique (Philosophia practica universalis, 1738-1739), La Théologie naturelle (Theologia naturalis, 1736-1737), La Psychologie empirique (Psychologia empirica, 1732), La Psychologie rationnelle (Psychologia rationalis, 1734), Le Droit naturel (Jus naturae, 8 vol., 1740-1749), Le Droit des gens (Jus gentium, 1758).

La « méthode démonstrative », selon laquelle les traités de Wolff sont rédigés, importe davantage que leur contenu. Selon Wolff, toutes les sciences peuvent être réduites au système de la philosophie, car tous les phénomènes font partie d'un univers dont les règles sont analogues à celles de la logique. En conséquence, Wolff met en fiches l'essentiel des auteurs classiques et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté de droit de Strasbourg

Classification


Autres références

«  WOLFF ou WOLF CHRISTIAN VON (1679-1754)  » est également traité dans :

AUFKLÄRUNG

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 134 mots

Trop souvent identifiée sommairement à l'« âge des Lumières », l'Aufklärung se laisse mal délimiter et plus mal encore définir : elle peut sembler commencer avec Wolff (mais peut-être, déjà, avec Thomasius) et se terminer avec Kant, qui pourtant semble en marquer l'apogée plutôt que la fin. C'est que la situation culturelle de l'Allemagne du xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aufklarung/#i_37144

BAUMGARTEN ALEXANDER GOTTLIEB (1714-1762)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 588 mots

Élève de Christian Wolff à Halle, Baumgarten fut très tôt marqué par la pensée de Leibniz, à laquelle il devait par la suite s'opposer, et par celle de son maître d'alors. Nommé professeur extraordinaire à Halle en 1737, puis professeur ordinaire à Francfort-sur-Oder en 1740, il se fit connaître en publiant, entre 1750 et 1758, les deux volumes de son Aesthetica dans laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-gottlieb-baumgarten/#i_37144

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 284 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une pensée de la compréhension »  : […] Longtemps réduite à un simple catalogue de règles pragmatiques, l'herméneutique conquiert une dimension nettement plus philosophique au début de la modernité. Même si l'interprétation devient alors un objet d'intérêt et d'inquiétude pour la philosophie, elle est toujours vue comme une activité extra-philosophique. Un changement de paradigme décisif se produit au début du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_37144

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les études »  : […] Avant de mourir prématurément en 1737, cette mère remarquable avait dû à l'amitié du pasteur Albert Schultz, professeur à l'université, de pouvoir faire entrer son fils, en 1732, au Collegium Fredericianum, dont il était le directeur. Si Kant rendit plus tard hommage à la solide culture latine qu'il y reçut, il dit aussi quel souvenir « de terreur et d'angoisse » lui laissa cet « esclavage de jeun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_37144

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les opérations arithmétiques »  : […] Outre les représentations verbales des opérations, on connaissait dès l'Antiquité des abréviations ou des signes spéciaux, tels que le ψ retourné de Diophante d'Alexandrie pour la soustraction ; souvent l'addition s'exprimait par juxtaposition. Les signes « moins » et « plus » apparaissent dans des manuscrits allemands de 1481 et 1486 ; le premier qui les imprima (mais sans prétendre à une nouvea […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_37144

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d’une discipline autonome, émancipée de la philosophie »  : […] C’est le successeur de Leibniz, le philosophe allemand Christian Wolff (1679-1754), qui introduira le terme « psychologie » dans la littérature pour désigner la science de l’ âme et qui établira une distinction fondamentale entre une « psychologie empirique » (1732) et une « psychologie rationnelle » (1734). Selon lui, la psychologie empirique (expérimentale) tire de l’observation et de l’expérien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_37144

VATTEL EMMERICH DE (1714-1767)

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 926 mots

Publiciste et diplomate suisse. Né à Couvet dans la principauté de Neuchâtel, Vattel est le fils d'un pasteur de l'Église réformée. Poussé par son père à embrasser la même carrière, il fait ses humanités à l'Université de Bâle, puis étudie à Genève (1733) la théologie et la métaphysique. La lecture des œuvres de Leibniz et de Christian Wolff va décider de son orientation. Il dédie à Frédéric II sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmerich-de-vattel/#i_37144

Pour citer l’article

Marcel THOMANN, « WOLFF ou WOLF CHRISTIAN VON - (1679-1754) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolff-wolf/