SOYINKA WOLE (1934- )

Wole Soyinka

Wole Soyinka

Wole Soyinka

Premier écrivain africain à obtenir le prix Nobel de littérature, Wole Soyinka tente de concilier…

Premier écrivain africain à obtenir le prix Nobel de littérature, Wole Soyinka n'a jamais dissocié son engagement politique de son œuvre. Celle-ci, comme le soulignait le jury du prix Nobel, « tend à façonner le drame de l'existence au sein d'une véritable harmonie poétique ». Le théâtre sera l'instrument privilégié de cette tentative pour « percer la croûte épaisse de l'habitude qui étouffe les âmes et leur tendre le miroir de la nudité originelle. » Il est aussi pour l'écrivain le moyen de mettre en évidence, par l'invention de formes qui lui soient propres, les traits fondamentaux de l'univers culturel africain.

Le dramaturge

Né à Abeokuta (Nigeria), Soyinka fit des études universitaires à Ibadan et à Leeds avant d'être accepté au Royal Court Theatre, à Londres, en 1958-1959. Après six ans passés en Europe, il devint universitaire à Ibadan, Ifé, Lagos et de nouveau à Ifé à partir de 1975. Sa carrière universitaire s'efface cependant devant sa carrière théâtrale : fondateur et directeur du théâtre Irisun et du « 1960 Masks Theatre », puis du Orisun Theatre Company, metteur en scène et parfois acteur, il est surtout dramaturge. The SwampDwellers (produit en 1958 ; Les Gens du marais, 1971) et The Lion and the Jewel (1959 ; Le Lion et la perle, 1968) peignent la vie au village sur un mode plutôt comique. A Dance of the Forests (1960 ; La Danse de la forêt, 1971) chante et satirise en même temps l'indépendance nigériane ; le mime, la danse, les masques et les motifs fantastiques yoruba y jouent surtout un rôle nouveau. Les comédies The Trials of Brother Jero (1960 ; Les Tribulations de frère Jéro, 1976) et Jero'sMetamorphosis(1973 ; La Métamorphose de frère Jéro, 1986) ont pour protagoniste un prédicateur qui exploite la naïveté de ses ouailles. The StrongBreed (1964 ; Un sang fort, 1976) explore le thème du bouc émissaire. The Road (1965 ; La Route, 1988) met en œuvre le rituel quotidien des accidents de voiture et le rituel des forces divines et mystérieuses, tandis que Madmen and Specialists (1970 ; Fou et spécialistes, 1992) aborde la guerre du Biafra et ses séquelles dans un style résolument expérimental et moins « africain ». En revanche, The Bacchae (1973 ; Les Bacchantes, rite de communion, 1989), qui s'inspire assez librement des Bacchantes d'Euripide, et Death and the King'sHorseman (1975 ; La Mort et l'écuyer du roi, 1986), ou encore OperaWonyosi (1981), tiré de l'Opéra de quat'sous de Brecht, se signalent par un retour à une forme composite mêlant le spectacle traditionnel africain et le théâtre occidental.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Michel FABRE, « SOYINKA WOLE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Wole Soyinka

Wole Soyinka

Wole Soyinka

Premier écrivain africain à obtenir le prix Nobel de littérature, Wole Soyinka tente de concilier…

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 14 579 mots
    • 1 média
    Au théâtre, sans doute plus anciennement implanté qu'en Afrique francophone, J. P. Clark exprime un sentiment tragique de l'absurde, tandis que Wole Soyinka mêle anglais et pidgin, tradition dramatique yoruba et techniques scéniques occidentales pour évoquer, par un symbolisme nuancé, le conflit...
  • LA DANSE DE LA FORÊT, Wole Soyinka - Fiche de lecture

    • Écrit par Denise COUSSY
    • 736 mots
    • 1 média

    Écrite à l'occasion des cérémonies de l'indépendance du Nigeria en 1960, la première pièce du dramaturge nigérian Wole Soyinka, La Danse de la forêt, est un texte qui, pour une œuvre de commande, témoigne d'une étonnante liberté de ton et d'esprit.

  • NIGERIA

    • Écrit par Daniel C. BACH, Universalis
    • 10 312 mots
    • 18 médias
    ...sécurité physique des personnalités jugées hostiles au régime. Nombre d'entre elles entreprennent de regagner le Nigeria, tel le Prix Nobel de littérature, Wole Soyinka, dont le geste s'avère décisif étant donné son autorité morale. Au début d'octobre, le programme de transition démarre : le dépôt...
  • POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

    • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Vanessa GUIGNERY
    • 7 986 mots
    • 5 médias
    Sur l'ancien continent, le Nigérian Wole Soyinka (né en 1934) fonde un véritable théâtre africain en réinterprétant les mythologies yorouba à la lumière de Nietzsche, de T. S. Eliot et du drame religieux, dans des pièces telles que A Dance of the Forests (1960 ; La Danse de la forêt...

Voir aussi