SOYINKA WOLE (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète et le romancier

Condamné sous prétexte d'activités pro-biafraises, Soyinka a tiré un ouvrage, The Man Died (1972 ; Cet homme est mort, 1986) de ses vingt-cinq mois de cellule individuelle. Ses recueils de poèmes, A Shuttle in the Crypt (1972 ; Navette dans la crypte) et Poems from Prison (1969 ; Poèmes de prison), complètent, sur le mode de l'accusation, les pièces plus lyriques contenues dans Idanre and Other Poems (1967 ; Idanre et autres poèmes) ou Ogun Abibiman (1977).

Soyinka propose, dans Myth, Literature and the African World (1976 ; Mythe, littérature et monde africain), une perspective critique éclairante de la littérature africaine. Mais son talent multiforme éclate davantage dans le roman : traducteur de The Forest of a Thousand Demons, roman « traditionnel » de D. O. Fagunwa (1976 ; La Forêt des mille démons), il est l'auteur de The Interpreters (1965 ; Les Interprètes, 1979), dans lequel un groupe de jeunes intellectuels tente de faire triompher l'idéalisme aux dépens de la corruption. Season of Anomy (1973 ; Une Saison d'anomie, 1987) met en scène, selon une écriture fragmentée, parfois joycienne, l'expérience individuelle aux prises avec un contexte social changeant. Wole Soyinka est également l'auteur de récits autobiographiques : Ake (1981 ; Aké, les années d'enfance, 1993) et Isara (1989, trad. 1993).

Soyinka, le plus important des dramaturges africains, ne laisse pas d'étonner par son expérimentation hardie, qui tente de concilier l'esthétique africaine et les modèles européens ; son engagement va de pair avec son souci artistique, et son influence s'étend bien au-delà des frontières de son pays. Il obtient, en 1986, le prix Nobel de littérature.

Cette distinction ne suffira pas à le protéger contre le régime nigérian, qui supporte mal ses interventions politiques. Contraint une nouvelle fois à l'exil, Wole Soyinka est condamné à mort en 1997. Amnistié l'année suivante, il regagne alors son pays.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOYINKA WOLE (1934- )  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

LA DANSE DE LA FORÊT, Wole Soyinka - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Denise COUSSY
  •  • 835 mots
  •  • 1 média

Écrite à l'occasion des cérémonies de l'indépendance du Nigeria en 1960, la première pièce du dramaturge nigérian Wole Soyinka, La Danse de la forêt , est un texte qui, pour une œuvre de commande, témoigne d'une étonnante liberté de ton et d'esprit. […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 723 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La pérennisation du pouvoir des militaires sous couvert de transition (1983-1999) »  : […] La II e  République prend brutalement fin lorsqu'une poignée d'officiers supérieurs des forces armées démet de ses fonctions Shehu Shagari, puis dissout les Assemblées et abroge la Constitution de 1979. Le général Muhammadu Buhari, apparenté à une famille aristocratique de Daura (État de Kaduna), devient chef de l'État. La gestion des affaires publiques demeure toutefois confiée à un Conseil exéc […] Lire la suite

POSTCOLONIALES ANGLOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 9 181 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une culture du syncrétisme »  : […] À la fin des années 1950, la production postcoloniale prend véritablement son essor. Pour des raisons de stratégies colonialistes, les territoires de l'anglophonie et de la francophonie donnent naissance à des phénomènes culturels nettement différents. Sans doute le discours sur la négritude, les écrits de Frantz Fanon et les théories tiers-mondistes ont-ils influencé davantage les littératures d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « SOYINKA WOLE (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wole-soyinka/