GOMUŁKA WŁADYSŁAW (1905-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Krosno (Galicie), Gomułka est élevé dans la tradition socialiste et adhère à seize ans à l'organisation de jeunesse du Parti socialiste polonais. En 1926, il entre au Parti communiste et se signale par ses qualités d'agitateur. Secrétaire du syndicat de la chimie, il organise une grève à Łódź en 1932 et est incarcéré. Libéré pour raison de santé, il reprend ses activités et est à nouveau arrêté. Il est en prison lorsque le Komintern dissout, en 1938, le Parti communiste polonais. La plupart des chefs du parti sont liquidés sur ordre de Staline.

Wladyslaw Gomulka et Tito à Belgrade, 1957

Wladyslaw Gomulka et Tito à Belgrade, 1957

Photographie

Wladyslaw Gomulka (1905-1982), premier secrétaire du Parti communiste polonais, de face, est reçu à Belgrade par le maréchal Tito (1892-1980), en 1957. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Gomułka est à nouveau libéré lorsque la guerre éclate. Il entre alors dans la clandestinité et participe à la création du Parti ouvrier polonais qui prendra la suite du Parti communiste. En 1943, il est nommé secrétaire général de ce parti clandestin ; il rédige peu après le Manifeste du parti appelant à la formation d'un Conseil national de l'Intérieur. Déjà une tension est perceptible entre les communistes qui, restés au pays, militent dans la clandestinité et ceux qui ont cherché refuge à Moscou. En 1944 il devient vice-président du gouvernement provisoire formé à Lublin par les communistes. En 1945 il sera aussi ministre des territoires pris à l'Allemagne.

Gomułka est populaire dans son pays mais inquiète Moscou. Il se refuse à forcer le rythme de la collectivisation comme l'exige Staline et veut construire le socialisme en tenant compte des particularités de la Pologne. De plus, il entre en conflit à diverses reprises avec ses collègues qui ont été formés à Moscou. Il symbolise en quelque sorte le communisme national. Aussi, lorsque éclate l'affaire Tito, devient-il suspect. En septembre 1948, le comité central le destitue de son poste de secrétaire général et l'accuse d'être « déviationniste de droite et nationaliste ». En janvier 1949, il doit aussi renoncer à ses responsabilités gouvernementales. En novembre de la même année il est exclu du parti.

En juillet 1951, des généraux sont jugés pour titi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOMULKA WLADYSLAW (1905-1982)  » est également traité dans :

BIERUT BOŁESŁAW (1892-1956)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 577 mots

Né dans un village proche de Lublin dans la partie de la Pologne rattachée à la Russie, Bierut prend part à une grève d'écoliers dirigée contre les occupants et il est chassé de l'établissement. Après avoir exercé divers métiers, il devient imprimeur, milite dans des associations coopératives, mais aussi dans un cercle révolutionnaire clandestin, l'Avenir. Lorsque éclate la guerre de 1914, il se c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boleslaw-bierut/#i_23404

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les partis communistes »  : […] Les partis communistes des pays d'Europe de l'Est ont été bâtis sur le modèle de celui de l'U.R.S.S. Les principes sont les mêmes : d'une part, le parti doit être organisé selon la règle du «  centralisme démocratique » ; d'autre part, il doit exercer le rôle dirigeant, mais sans se substituer aux organes de l'État. La tendance dans la plupart des pays a été de maintenir les règles classiques, tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_23404

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Grandes lignes de l'évolution politique, à travers le rôle de trois détenteurs consécutifs du pouvoir »  : […] L'évolution politique du régime polonais d'après-guerre peut être retracée en fonction de l'influence déterminante exercée par Bierut, Gomułka et Gierek. Entre 1944 et 1948, ainsi qu'entre 1956 et 1970, c'est Gomułka qui était à la tête du parti, lui donnant chaque fois une empreinte nationaliste et manifestant son caractère intransigeant aussi bien dans ses élans positifs que dans ses erreurs. Bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_23404

PROCÈS POLITIQUES DANS LES DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 990 mots

Les procès politiques qui se sont déroulés dans les démocraties populaires de l'Europe de l'Est prennent leur origine dans le tournant de la guerre froide qui poussa Staline à intégrer celles-ci plus complètement à l'Union soviétique. On y passe de l'expérience nationaliste et gradualiste à la « dictature du prolétariat » en adoptant la thèse stalinienne de l'exacerbation de la lutte de classes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-politiques-dans-les-democraties-populaires/#i_23404

LA THÉORIE ÉCONOMIQUE DU SOCIALISME, Oskar Lange - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 966 mots

Dans le chapitre « Au secours de la planification soviétique »  : […] Né en 1904, Lange adhère au marxisme après l'avènement des idées néo-classiques dont Walras est la figure la plus emblématique. Ses propositions visent à concilier l'enseignement de la théorie économique néo-classique qu'il a reçu et son propre idéal politique. Ce sont les difficultés des régimes communistes qui vont faire son succès. Leurs économies planifiées ont d'emblée été marquées par la sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-theorie-economique-du-socialisme/#i_23404

Pour citer l’article

Bernard FÉRON, « GOMUŁKA WŁADYSŁAW - (1905-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wladyslaw-gomulka/