THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE (1811-1863)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir connu des débuts littéraires difficiles, Thackeray a réussi à conquérir de son vivant, entre 1848 et 1863, la plus flatteuse des célébrités et à partager après sa mort la gloire de Dickens et de George Eliot. Il avait brillé dans plus d'un genre, s'affirmant à la fois dans la critique des lettres et des arts, l'histoire, la satire sociale, la poésie burlesque, la caricature et bien entendu le roman de mœurs, où il excella. Avec le recul du temps, toutefois, il apparaît clairement que c'est en qualité de psychologue, de moraliste et de dialecticien des plus subtiles nuances de la vanité humaine qu'il s'est acquis des titres à inscrire son nom parmi les plus grands. En dépit de sa prédilection pour les demi-teintes, de ses timidités devant le scandale, de ses réticences puritaines et de son absence à peu près totale d'engagement militant, il a eu assez de vigueur pour imposer internationalement un vocable et une notion – « snob » et « snobisme » – qui n'auraient point aujourd'hui droit de cité dans notre langage et dans nos concepts sans la force créatrice de son génie.

Une âme partagée

William Makepeace Thackeray est né dans un faubourg de Calcutta. Il appartient à une famille de fonctionnaires britanniques qui ont mis leur activité au service de la Compagnie des Indes orientales. Alors qu'il a quatre ans, son père meurt et sa mère, qui descend elle-même d'une lignée de hauts dignitaires anglo-indiens, l'envoie dans sa famille en Angleterre, car il supporte mal la rigueur du climat indien. En 1821 il entre à l'École de Charterhouse, puis en 1829 va à Cambridge où, étudiant dilettante, il ne reste qu'un an. Il visite l'Allemagne avant d'entreprendre, sans grande application, son droit à Londres et de venir s'installer, à sa majorité, à Paris, où il s'intéresse vivement à la peinture. Thackeray, jusque-là, a mené l'existence classique d'un jeune Anglais de condition aisée, mais survient la faillite d'une banque indienne où était déposée la majeure partie de ses biens. Ruiné, il doit gagner sa vie.

Il se trouve que le second mari de sa mère a de l'influence dans le monde de la presse, ce qui permet à son beau-fils de devenir le correspondant parisien de deux journaux anglais qui, malheureusement, vont faire faillite l'un après l'autre. La disparition du second en 1837 oblige Thackeray à regagner Londres avec sa jeune femme, épousée l'année précédente. Ce sera le commencement de sa collaboration, sous de multiples pseudonymes, à divers magazines dont Fraser's, Bentley's, The New Monthly et bientôt Punch où il fera paraître de février 1846 à février 1847 la série des feuilletons hebdomadaires « The Snobs of England, by One of Themselves » (Les Snobs d'Angleterre, par l'un d'entre eux) qui lui assureront une renommée que viendra décisivement asseoir le triomphe, en 1848, de Vanity Fair (La Foire aux vanités).

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray

Photographie : Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray (1811-1863). Lithographie. Collection particulière. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ce sera la période où Thackeray s'efforce de lutter contre le désespoir qui peu à peu s'est emparé de lui. Sa femme, qui avait, dès après la naissance de ses trois filles, donné des signes de désordre mental, a dû être enfermée définitivement dans un asile. Thackeray, depuis 1845, est seul. Il est réduit aux réceptions mondaines et aux clubs. L'amour chimériquement compensateur qu'il a conçu pour l'épouse d'un de ses anciens condisciples lui restera interdit. Sur cette phase cruciale de la frustration de l'écrivain, les travaux du professeur américain Gordon N. Ray, lequel a eu accès aux carnets intimes de Thackeray, ont jeté un jour singulièrement révélateur.

Le Bedlam

Photographie : Le Bedlam

Des malades psychiatriques, dans le quartier des femmes, au Royal Hospital of Bethlehem, en 1860. Le fameux asile londonien était surnommé le Bedlam. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les grandes œuvres de Thackeray, qui s'échelonnent à un rythme soutenu jusqu'à sa mort survenue à Londres à la suite d'une hémorragie cérébrale, comprennent notamment The History of Pendennis (1848-1850), le plus autobiographique de tous ses romans : The History of Henry Esmond (1852), évocation de l'époque de Marlborough, où se détache l'étude, en un sens déjà freudienne, de la jalousie de lady Castlewood ; The Newcomes (1853-1855), fresque sociale, à la fois sentimentale et âpre ; The Virginians (1857-1859), qui est une saga des aventures des descendants du colonel Esmond. Quant à ses deux séries de conférences : The English Humourists of the Eighteenth Century (1853), qui contient d'admirables portraits de ses devanciers, particulièrement de Fielding, et The Four Georges (Les Quatre Georges, 1860), où l'on trouve une dénonciation virulente de la monarchie, elles ont gran [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Bedlam

Le Bedlam
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE (1811-1863)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

LA FOIRE AUX VANITÉS, William Thackeray - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

La Foire aux vanités ( Vanity Fair, a Novel without a Hero ) , chef-d'œuvre de l'écrivain anglais William Makepeace Thackeray (1811-1863), paraît tout d'abord en fascicules, de janvier 1847 à juillet 1848, puis en deux volumes, cette même année. L'histoire est celle de deux amies d'enfance, Rebecca Sharp, dite Becky, et Amélia Sedley. […] Lire la suite

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 874 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Roman »  : […] Le roman victorien, patronné par la bourgeoisie, doit sa variété, sa vitalité et son originalité aux forces vives des artisans consciencieux et des génies qui lui assurent un triomphe autochtone incontestable mais non pas international. Le conformisme et l'isolationnisme retardent longtemps le plein épanouissement des méthodes réalistes pratiquées sur le continent. Dickens (1812-1870), réformateu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond LAS VERGNAS, « THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE - (1811-1863) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-makepeace-thackeray/