THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE (1811-1863)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray

Page de titre de Vanity Fair (La Foire aux vanités) de William Makepeace Thackeray
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Bedlam

Le Bedlam
Crédits : Hulton Getty

photographie


Après avoir connu des débuts littéraires difficiles, Thackeray a réussi à conquérir de son vivant, entre 1848 et 1863, la plus flatteuse des célébrités et à partager après sa mort la gloire de Dickens et de George Eliot. Il avait brillé dans plus d'un genre, s'affirmant à la fois dans la critique des lettres et des arts, l'histoire, la satire sociale, la poésie burlesque, la caricature et bien entendu le roman de mœurs, où il excella. Avec le recul du temps, toutefois, il apparaît clairement que c'est en qualité de psychologue, de moraliste et de dialecticien des plus subtiles nuances de la vanité humaine qu'il s'est acquis des titres à inscrire son nom parmi les plus grands. En dépit de sa prédilection pour les demi-teintes, de ses timidités devant le scandale, de ses réticences puritaines et de son absence à peu près totale d'engagement militant, il a eu assez de vigueur pour imposer internationalement un vocable et une notion – « snob » et « snobisme » – qui n'auraient point aujourd'hui droit de cité dans notre langage et dans nos concepts sans la force créatrice de son génie.

Une âme partagée

William Makepeace Thackeray est né dans un faubourg de Calcutta. Il appartient à une famille de fonctionnaires britanniques qui ont mis leur activité au service de la Compagnie des Indes orientales. Alors qu'il a quatre ans, son père meurt et sa mère, qui descend elle-même d'une lignée de hauts dignitaires anglo-indiens, l'envoie dans sa famille en Angleterre, car il supporte mal la rigueur du climat indien. En 1821 il entre à l'École de Charterhouse, puis en 1829 va à Cambridge où, étudiant dilettante, il ne reste qu'un an. Il visite l'Allemagne avant d'entreprendre, sans grande application, son droit à Londres et de venir s'installer, à sa majorité, à Paris, où il s'intéresse vivement à la peinture. Thackeray, jusque-là, a mené l'existence classique d'un jeune Anglais de condition aisée, mais survient la faillite d'une banque indienne où était déposée la majeure partie de ses bi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE (1811-1863)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] William Malepeace Thackeray (1811-1863) doit être plutôt rangé parmi les représentants typiques du compromis victorien, car les traits amers de sa satire ne sont jamais une critique radicale de la société contemporaine. Romancier, il a su rendre comme peu d'autres l'inévitable influence des années sur le caractère et les passions, et le point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_38479

LA FOIRE AUX VANITÉS, William Thackeray - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 777 mots
  •  • 1 média

La Foire aux vanités (Vanity Fair, a Novel without a Hero), chef-d'œuvre de l'écrivain anglais William Makepeace Thackeray (1811-1863), paraît tout d'abord en fascicules, de janvier 1847 à juillet 1848, puis en deux volumes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-foire-aux-vanites/#i_38479

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 872 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Roman »  : […] , 1847), malgré ses attaches avec le romantisme, est une très grande œuvre intemporelle. Thackeray (1811-1863) met en pratique un réalisme rival de celui de Dickens, mais visant un autre objectif : la dissection swiftienne du snobisme dans une société dont il accepte la structure, ce que nous offre son chef-d'œuvre Vanity Fair ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_38479

Pour citer l’article

Raymond LAS VERGNAS, « THACKERAY WILLIAM MAKEPEACE - (1811-1863) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-makepeace-thackeray/