ELIOT GEORGE (1819-1880)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme de lettres, essayiste, critique et traductrice, Mary Ann Evans avait près de quarante ans quand parut son premier roman signé George Eliot. À un genre particulièrement florissant à l'époque victorienne, la maturité et l'intelligence de G. Eliot apportèrent un souci de la forme, une vigueur de la pensée et une qualité de réflexion morale qui séduisirent aussitôt la critique et le public. La finesse de l'analyse psychologique – dont la minutie annonce James – et le souci d'éveiller la sympathie du lecteur pour une « humanité ordinaire » peinte sans fard dans ses occupations quotidiennes rattachent l'auteur du Moulin sur la Floss et de Middlemarch à l'école « réaliste ». Mais la hauteur de la réflexion qui nourrit une création tout entière portée par une foi en l'homme qui a remplacé la foi chrétienne tôt perdue autant que la pénétration de l'analyse font de George Eliot un des plus grands écrivains anglais et de Middlemarch, son chef-d'œuvre, un des sommets du roman classique.

Formation d'une personnalité

Quatre éléments furent déterminants dans la formation de la personnalité de la future romancière. Ils correspondent chacun à une phase de sa jeunesse : l'enfance à la campagne et l'attachement à son père et à son frère (1819-1829), l'influence évangélique (1830-1841), la perte de la foi et la découverte de penseurs agnostiques (1841-1852), enfin le journalisme littéraire et la rencontre de George Lewes.

La future George Eliot passa son enfance près de Coventry, dans la campagne paisible du comté de Warwick où elle accompagnait dans ses tournées son père, charpentier devenu régisseur. Cette région riche, encore préservée de la révolution industrielle, apparaît sous le nom symbolique de Loamshire (comté du terreau) dans plusieurs romans. Très attachée à son frère aîné, seul compagnon de jeu, G. Eliot devait par la suite souffrir de la rupture qui la séparerait de celui-ci et de sa famille. (Elle devait romancer cet attachement dans la relation de Tom et Maggie Tulliver dans Le Moulin sur la Floss.) À partir de 183 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître assistant de littérature anglaise à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  ELIOT GEORGE (1819-1880)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5956

MIDDLEMARCH, George Eliot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claire BAZIN
  •  • 970 mots

George Eliot, pseudonyme de Mary Ann Evans (1819-1880), passe son enfance dans une ferme du Warwickshire où son père travaille comme régisseur. Elle reçoit une éducation religieuse et conformiste. Fervente lectrice de Bunyan, Defoe et Scott, elle apprend aussi l'allemand et l'italien. Elle quitte l'école à dix-sept ans pour se consacrer à ses devoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/middlemarch/#i_5956

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_5956

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 869 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Roman »  : […] Le roman victorien, patronné par la bourgeoisie, doit sa variété, sa vitalité et son originalité aux forces vives des artisans consciencieux et des génies qui lui assurent un triomphe autochtone incontestable mais non pas international. Le conformisme et l'isolationnisme retardent longtemps le plein épanouissement des méthodes réalistes pratiquées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_5956

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique JEAN, « ELIOT GEORGE - (1819-1880) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-eliot/