WARNER WILLIAM LLOYD (1898-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essentiel de l'œuvre du sociologue américain W. L. Warner traite des petites unités sociales aux États-Unis. À l'aide de méthodes empruntées à l'ethnologie, il a réalisé la plus importante enquête jamais effectuée sur une petite ville américaine, Newburyport (Yankee City), 17 000 habitants. L'apport le plus remarquable de ses Yankee City Series (Yale University Press, New Haven, 5 vol., 1941-1949) concerne la stratification sociale. Il y met en évidence une structure à six classes dont l'unité repose sur l'identification sociale, le style de vie et le prestige : supérieure-supérieure (la grande bourgeoisie traditionnelle), supérieure-inférieure (les nouveaux riches), moyenne-supérieure (la classe moyenne, aisée, active), moyenne-inférieure (la petite bourgeoisie), inférieure-supérieure (les ouvriers qualifiés), inférieure-inférieure (les manœuvres, le sous-prolétariat). Chacune de ces six classes possède des caractéristiques propres, une unité interne sur le plan des attitudes ainsi qu'une culture spécifique.

À l'opposé des marxistes, Warner ne définit pas la classe à partir du critère économique ; il la fonde sur l'élément statutaire. La détermination des classes sera effectuée à partir de l'application d'une méthode dite réputationnelle : des juges auront à classer les individus selon le degré de prestige attaché à leurs personnes. Ainsi pour Warner la division en classes sociales conduit davantage à la stabilité qu'au conflit car les classes les plus basses sur l'échelle statutaire tendent plutôt à accepter et à respecter les classes plus élevées qu'à contester cet ordre social.

L'étude sur Newburyport a permis à Warner de montrer l'existence et le rôle considérable d'un groupe primaire très particulier : la clique. Il s'agit d'un groupe restreint doté d'une forte cohésion. L'appartenance à une clique apporte estime et considération à chacun de ses membres devant l'ensemble de la collectivité. Ainsi dans l'esprit de beaucoup de concitoyens la mobilité sociale consiste essentiellement en un passage d'une clique à une autre.

—  Pierre FAURE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, attaché de recherche au C.N.R.S., chargé de cours à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  WARNER WILLIAM LLOYD (1898-1970)  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les liens de parenté »  : […] L'ethnologie a permis de comprendre avec précision la nature de la parenté ; c'est l'une de ses contributions les plus importantes. La parenté est la reconnaissance sociale de liens biologiques réels ou supposés, qui se créent par les naissances et les mariages. La continuité de toute société dépend de la procréation et de l'éducation des nouveaux membres. La légitimité des enfants engendrés est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_15758

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Communauté urbaine »  : […] Au cours de sa première étude de stratification consacrée à Newburyport (Yankee City), Lloyd Warner eut l'occasion de « découvrir la clique », pour reprendre sa propre expression. Il s'agit là d'une découverte à deux niveaux : d'une part, il constata l'existence de petits groupes assez fermés à contacts étroits, auxquels il donna le nom de clique ; d'autre part, il mesura leur importance pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_15758

RÉSEAUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • François DENORD
  •  • 1 548 mots

Dans le chapitre « Une approche relationnelle »  : […] À l'exception des recherches menées dans le domaine de la sociologie des sciences (« Théorie de l'acteur réseau » de Michel Callon et Bruno Latour, in La science telle qu'elle se fait , 1991), la sociologie des réseaux ( social networks ) s'est essentiellement affirmée dans le monde anglo-saxon. Trois ensembles de travaux sont à l'origine de son essor : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-reseaux/#i_15758

Pour citer l’article

Pierre FAURE, « WARNER WILLIAM LLOYD - (1898-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-lloyd-warner/