STOPH WILLI (1914-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Berlin le 9 juillet 1914, Willi Stoph meurt le 13 avril 1999, dans cette même ville où s'est déroulée sa carrière de dirigeant communiste. Après avoir exercé d'importantes fonctions étatiques dans la République démocratique allemande (1949-1990), il perd tout à la fin de l'année 1989 et connaît ensuite la prison, les procès et la maladie.

Issu d'un milieu ouvrier, maçon de formation, il entre à la Jeunesse communiste à quatorze ans et au Parti communiste (Kommunistische Partei Deutschlands, K.P.D.) trois ans plus tard. Formé en U.R.S.S., il aurait été sous le IIIe Reich un agent de liaison influent. Il fait son service militaire de 1935 à 1937 et sert pendant la guerre comme caporal à l'état-major de l'infanterie.

Après mai 1945, il reprend du service au K.P.D. transformé, en avril 1946, en Parti socialiste unifié (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, S.E.D.) par la fusion forcée entre communistes et socialistes, au détriment de ces derniers. Le S.E.D. sera le parti dominant de la zone d'occupation soviétique, puis de la R.D.A. Après avoir dirigé la reconstruction industrielle, il prend en charge en 1948-1950 la politique économique au comité central du S.E.D. dont il devient membre et secrétaire en 1950. Cette même année, il entre comme député à la Chambre du peuple, élue d'après une liste unique. En 1951-1952, il dirige le bureau des affaires économiques qui dépend du chef du gouvernement.

Ministre de l'Intérieur de 1952 à 1956, il réprime la révolte ouvrière du 17 juin 1953 ; son entrée au bureau politique du comité central du S.E.D. au cours de la même année récompense cette action. Il transforme la « police populaire encasernée » (Kasernierte Volkspolizei) en Armée nationale populaire (Nationale Volksarmee) et devient tout naturellement le premier ministre de la Défense en 1956, avec le grade de général, puis de général d'armée. En 1960, il quitte la Défense pour devenir vice-Premier ministre et coordonne les mesures prises par le comité central et par le gouvernement, et contrôle leur réalisation.

À la mort d'Otto Grotewohl, il prend, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STOPH WILLI (1914-1999)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 314 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La R.D.A. et l'Ostpolitik du chancelier Brandt »  : […] en janvier 1970, sur cette base. Même s'il fut entrecoupé de polémiques et de retours en arrière, le processus engagé aboutit aux rencontres historiques entre Willy Stoph et Willy Brandt, le 19 mars 1970 à Erfurt (Thuringe, R.D.A.) et le 21 mai à Kassel (R.F.A.). Malgré cette reconnaissance de facto, les thèses en présence restaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-democratique-allemande/#i_6466

SINDERMANN HORST (1915-1990)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 611 mots

homme fort du régime), le 1er août 1973, une redistribution du pouvoir est opérée. Rendu responsable des erreurs économiques passées, Willi Stoph perd la direction du gouvernement et se voit confier la fonction honorifique de président du Conseil d'État (présidence collective de la République). Horst Sindermann devient président du Conseil des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horst-sindermann/#i_6466

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « STOPH WILLI - (1914-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-stoph/