Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HONECKER ERICH (1912-1994)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La mort en exil à Santiago du Chili, le 29 mai 1994, d'Erich Honecker, ancien dirigeant de la République démocratique allemande, met fin à un destin peu banal, à l'image des bouleversements et des contradictions de l'histoire allemande au xxe siècle. Qu'un dictateur communiste, fils de mineur, soit un jour renié par ses sujets n'a rien de surprenant. Mais il est assez exceptionnel que l'État de 16,5 millions d'habitants, qu'il a contribué à construire et qu'il a lui-même dirigé, disparaisse complètement de son vivant.

Né à Neunkirchen, en Sarre, le 25 août 1912, dans une famille de six enfants dont le père, ancien social-démocrate, adhère au Parti communiste dès sa fondation, au début de 1919, Erich Honecker est resté fidèle à l'idéologie communiste toute sa vie, au point de refuser toute autocritique, même après sa perte du pouvoir. Ouvrier agricole puis couvreur, il appartient aux Jeunesses communistes, dont il sera le responsable sarrois avant d'en devenir le chef clandestin pour toute l'Allemagne de 1933 à 1935. Il adhère au Parti communiste dès 1929. Arrêté en 1935, condamné à dix ans de prison, près de Berlin, il est libéré par les Soviétiques à la fin d'avril 1945.

Construction du Mur de Berlin, 1961 - crédits : National Archives

Construction du Mur de Berlin, 1961

Les quarante-quatre années suivantes se confondent avec l'histoire de la partie communiste de l'Allemagne. À la demande des occupants, Erich Honecker reconstitue les Jeunesses communistes dans la zone soviétique en 1946 ; la Freie deutsche Jugend (F.D.J., Jeunesse allemande libre) embrigade la quasi-totalité de la jeunesse de la R.D.A., fondée en 1949. Le président de la F.D.J. fait un second séjour de formation à Moscou, en 1955, après celui de 1930-1931. De retour à Berlin-Est, il est chargé du secteur délicat de la Défense et de la Sécurité intérieure. C'est à ce titre qu'il coordonne la construction du Mur de Berlin, à partir du 13 août 1961. Entre-temps, il est passé du comité central au bureau politique du tout-puissant Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (S.E.D., Parti socialiste unifié d'Allemagne), en réalité un Parti communiste très orthodoxe.

Le 3 mai 1971, les Soviétiques écartent Walter Ulbricht, l'homme fort du régime, qui manque de souplesse dans les négociations avec la république fédérale d'Allemagne qu'il hait. Erich Honecker, dont Moscou apprécie la fiabilité, va cumuler les trois fonctions de son prédécesseur : secrétaire général du S.E.D., chef de l'État et président du Conseil national de défense qui supervise l'armée et la police. Il se préoccupe du développement économique et social, met en place une normalisation toute relative des relations avec la R.F.A., qui s'accompagne d'un durcissement idéologique. La R.D.A. est reconnue par les Occidentaux et, à partir de 1985, Erich Honecker multiplie les voyages à l'Ouest. Sa visite officielle à Bonn, en septembre 1987, semble consacrer la division définitive de l'Allemagne.

Chute du Mur de Berlin et fin de la guerre froide, 1989 - crédits : Pathé

Chute du Mur de Berlin et fin de la guerre froide, 1989

Ébranlée par la crise économique mondiale, la R.D.A. est déstabilisée par les mouvements de démocratisation de Pologne et de Hongrie et par les réformes prônées par Mikhaïl Gorbatchev en U.R.S.S., le pays de référence dont la R.D.A. dépend étroitement. Erich Honecker s'entête et refuse tout changement de cap en matière idéologique. Malade au cours de l'été de 1989, il assiste impuissant à la fuite, par dizaines de milliers, des ressortissants de la R.D.A., et aux manifestations d'hostilité contre le régime. Malgré une situation explosive, les troupes soviétiques n'interviennent pas. Sans légitimité démocratique et nationale, la R.D.A. s'effondre et est absorbée en moins d'un an par la R.F.A.

Le 7 octobre 1989, Erich Honecker fête officiellement le quarantième anniversaire de la R.D.A. à Berlin-Est, en présence de Mikhaïl Gorbatchev. Le[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Pour citer cet article

Henri MÉNUDIER. HONECKER ERICH (1912-1994) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Construction du Mur de Berlin, 1961 - crédits : National Archives

Construction du Mur de Berlin, 1961

Chute du Mur de Berlin et fin de la guerre froide, 1989 - crédits : Pathé

Chute du Mur de Berlin et fin de la guerre froide, 1989

Autres références

  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

    • Écrit par et
    • 19 516 mots
    • 6 médias
    ...secrétaire du S.E.D. Par un bref communiqué du 3 mai 1971, le plénum du comité central annonça que l'intéressé était libéré de sa charge à sa demande, et qu' Erich Honecker était désigné à l'unanimité pour lui succéder au secrétariat du Parti. En remerciement des services rendus, Walter Ulbricht demeurait président...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

    • Écrit par
    • 2 739 mots
    • 5 médias
    ... et en U.R.S.S., qui montraient à la population que le socialisme policier, peureux et sclérosé, ne constituait pas un ordre immuable. L'isolement d' Erich Honecker, l'homme fort depuis 1971, est devenu évident lorsque Mikhaïl Gorbatchev s'est ouvertement prononcé en faveur des réformes le 7 octobre...
  • DÉMOCRATIES POPULAIRES

    • Écrit par et
    • 8 472 mots
    • 10 médias
    ...de 1953 et par la fuite de sa population vers la république fédérale d'Allemagne, enfermait ses sujets derrière le rideau de fer et le Mur de Berlin. Après le remplacement de Walter Ulbricht par Erich Honecker, en mai 1971, la R.D.A. s'engagea dans une politique prudente de coopération avec Bonn et...
  • HAVEMANN ROBERT (1910-1982)

    • Écrit par
    • 1 087 mots

    Résistant antifasciste, Robert Havemann, savant de réputation internationale, connut tous les honneurs en République démocratique allemande avant de devenir son dissident le plus célèbre.

    Né le 11 mars 1910 à Munich, il fit des études de chimie aux universités de Munich et de Berlin et entra dès...