WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux styles de paysage

La majeure partie des œuvres de Wen Zhengming qui ont subsisté date de la période comprise entre 1528 et 1558. Deux tendances s'y décèlent qui illustrent les deux faces de la personnalité de l'artiste : la face claire et la face sombre. La première s'exprime dans des paysages harmonieux tracés à l'encre sèche ; le style est réservé et l'écriture très élaborée ; ces peintures sont souvent centrées autour d'un ou de plusieurs personnages : un poète méditant, un pêcheur accostant au rivage ou des lettrés en conversation. La face sombre, qui sera dominante à la fin de la vie du maître, se libère dans des œuvres qui sont en quelque sorte l'expression d'un génie intraitable : peintures libres, mouvementées, aux arbres et aux rochers tourmentés et baroques.

Dans un des plus beaux paysages du registre calme, Pins luxuriants et claires cascades, daté de 1542 (musée du Palais, Formose), se manifestent l'intérêt que Wen porte au traitement des arbres et son goût pour l'automne, pour ce moment où la nature se dépouille, se décante et où passe déjà un frisson froid dans l'air.

En revanche, le rouleau des Sept Genévriers daté de 1532 (Honolulu Academy of Arts) porte à un point culminant l'attrait du bizarre et du drame qui constitue l'autre face de la personnalité de Wen. Ce rouleau horizontal, travaillé au pinceau sec, est une véritable étude hors nature dont l'étrangeté frôle l'angoisse, un jeu décoratif aussi où l'arbre stylisé devient une sorte de thème abstrait. À côté des lignes calligraphiques, des points, très individualisés et articulés, sont jetés avec vigueur en groupes serrés.

Sur le rouleau vertical Pins et genévriers près d'une claire cascade, daté de 1549 (musée du Palais, Formose), les conifères, tordus, entrelacés, montent par saccades jusqu'en haut de la peinture, en un mouvement qu'accentuent les verticales de la falaise et de la cascade. L'espace ouvert est ici réduit à un angle au sommet de la composition.

Rameaux et branches sont rendus par des traits acérés dont la violence calligraphique ressort sur l'encrage assez mouillé des feuillage [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WEN ZHENGMING [ WEN TCHENG-MING ] (1470-1559)  » est également traité dans :

JARDIN DE LA "POLITIQUE DES SIMPLES", Suzhou (Chine)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 221 mots

L'idéal érémitique a conduit de nombreux lettrés chinois à se retirer sur leurs terres après avoir passé quelques années en poste comme fonctionnaire loin de leur région d'origine. Cette retraite fut souvent pour eux l'occasion de créer un jardin. Conçu pendant la première moitié du xvi e  siècle par un ancien censeur impérial déchu de ses fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardin-de-la-politique-des-simples/#i_47666

Voir aussi

Pour citer l’article

Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, « WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wen-zhengming-wen-tcheng-ming/