WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure dominante de la peinture chinoise dans la première moitié du xvie siècle, Wen Zhengming suivit, au moins à ses débuts, les traces de son maître Shen Zhou (1427-1509). Mais il appartenait à une catégorie d'esprit différente et resta plus fidèle aux traditions. Si les connaisseurs chinois classent Shen parmi les « ermites », ils rangent Wen parmi les « lettrés ».

Le respect de l'Antiquité

Wen Zhengming est né à Suzhou dans une très ancienne famille de fonctionnaires. Son père, Wen Lin (1445-1499), moraliste cultivé et sévère, était ami du peintre Shen Zhou.

Wen Zhengming se présenta aux examens d'État à plusieurs reprises mais ne connut jamais la chance d'être reçu, et de brèves fonctions honorifiques à l'Académie Hanlin à Pékin ne le consolèrent pas de sa déception. Sa formation se fit à Suzhou où il étudia la poésie, la calligraphie et la peinture sous l'égide de Wu Kuan (1435-1504), de Li Yinzheng (1431-1493) et de Shen Zhou.

Nature réservée, sévère, sobre, conservatrice, Wen fut toute sa vie un éclectique, un érudit et un archéologue. Sa culture encyclopédique l'incita à suivre, en peinture, différents maîtres Song ou Yuan, sans abandonner d'ailleurs son originalité propre. Souvent Shen Zhou servit d'intermédiaire pictural ou spirituel entre les maîtres anciens et Wen ; Wen s'inspirait d'eux à travers la vision que Shen Zhou en avait eue. Ainsi en est-il de l'influence exercée sur lui par Wu Zhen (1280-1354). Une autre influence déterminante fut celle de Zhao Mengfu (1254-1322), qui apporta à Wen le goût de la tradition, d'une composition équilibrée très « lettrée ».

Grâce à ces apports constamment renouvelés, la peinture devient avec Wen Zhengming une recherche intellectuelle, une conversation cultivée avec le passé. La personnalité de l'artiste s'exprime dans la manière individuelle qu'il a d'approcher et de juger les styles anciens. En cela, Wen peut être considéré comme l'un des fondateurs du « style littéraire » en peinture. À l'inverse de Shen Zhou, Wen est plus philosophe que poète et son pinceau exprime des idées plus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  WEN ZHENGMING [ WEN TCHENG-MING ] (1470-1559)  » est également traité dans :

JARDIN DE LA "POLITIQUE DES SIMPLES", Suzhou (Chine)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 221 mots

L'idéal érémitique a conduit de nombreux lettrés chinois à se retirer sur leurs terres après avoir passé quelques années en poste comme fonctionnaire loin de leur région d'origine. Cette retraite fut souvent pour eux l'occasion de créer un jardin. Conçu pendant la première moitié du xvi e  siècle par un ancien censeur impérial déchu de ses fonctio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardin-de-la-politique-des-simples/#i_47666

Voir aussi

Pour citer l’article

Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, « WEN ZHENGMING [WEN TCHENG-MING] (1470-1559) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wen-zhengming-wen-tcheng-ming/