IRVING WASHINGTON (1783-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie du « premier homme de lettres » américain couvre presque exactement une phase cruciale de l'histoire de la jeune nation. Né en 1783, dans la cité de New York, l'année où le traité de Paris met fin à la guerre d'Indépendance, il meurt, âgé de soixante-treize ans, en 1859, à la veille de la guerre civile. Il est le benjamin des onze enfants d'une famille de négociants aisés qui, lors de la révolution, a pris le parti des « rebelles » : d'où le prénom « patriote » de Washington qu'on lui a donné. Enfant précoce et impressionnable, il est très tôt influencé par le goût que montrent pour la littérature ses frères aînés.

En 1802-1803, le jeune Irving fait ses premières armes dans le genre héroï-comique, avec la série de « Lettres de Jonathan Oldstyle, gentilhomme » qu'il publie dans The Chronicle. Cette veine s'épanouit avec, en 1809, l'Histoire de New York, narrée par un chroniqueur fictif, le dénommé Dietrich Knickerbocker, érudit balourd et faraud, sans une once d'esprit critique, sautant sans cesse du coq à l'âne. Cosmogonie burlesque, l'Histoire remonte à la Genèse avant de retracer la fondation de la colonie de La Nouvelle-Amsterdam hollandaise et ses vicissitudes, jusqu'au jour tristement célèbre où le gouverneur Peter Stuyvesant dut se résoudre à capituler devant l'envahisseur anglais. L'ouvrage avec ses échos de Rabelais, de Cervantès, de Sterne est plein d'une verve drolatique et vulgaire qui préfigure ce qui deviendra plus tard le registre autochtone de la littérature américaine. Faux départ, cependant : la deuxième phase de la carrière d'Irving va prendre un cours radicalement autre.

Pendant plus de six ans, Irving abandonne la littérature. C'est pour s'occuper de l'entreprise familiale qu'en 1815 il part à Liverpool. Lors de ce séjour, il se lie d'amitié avec Byron et, surtout, avec Walter Scott. Dans la bibliothèque de ce dernier, il découvre les maîtres allemands du « fantastique » : La Motte-Fouqué, Grimm, Tieck, et surtout Bürger, l'auteur de Léonore, la célèbre balade gothique. En Angleterre, le « colonial » Washington Irving a au plus haut point [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  IRVING WASHINGTON (1783-1859)  » est également traité dans :

COLIN PAUL (1892-1985)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 835 mots

L'affichiste Paul Colin a vécu son enfance et son adolescence dans l'effervescence créatrice qui animait à cette époque sa ville natale, Nancy, l'un des centres de l'Art nouveau. Désireux de devenir peintre, mais soucieux de concilier sa vocation et les inquiétudes de ses parents qui veulent le voir exercer une activité stable, il entreprend des études d'architecture à l'école des beaux-arts de Na […] Lire la suite

PAULDING JAMES KIRKE (1778-1860)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 899 mots

Des trois écrivains qui illustrèrent la floraison littéraire de l'État de New York dans les années qui suivirent la « seconde guerre d'Indépendance » (celle de 1812-1815 avec l'Angleterre), James Kirke Paulding est le moins connu et son œuvre a été éclipsée par celle de son ami et beau-frère Washington Irving comme par celle de James Fenimore Cooper. À la différence du premier, il n'est pas parti […] Lire la suite

SLEEPY HOLLOW (T. Burton)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 098 mots
  •  • 1 média

Des gouttes de cire rouge sang scellent un testament secret... Une diligence fend la nuit, conduite par un cocher dont la tête vient d'être tranchée... Les premières scènes de Sleepy Hollow (1999) semblent sorties d'un musée de l'imagerie fantastique envahi par la poussière. Pourtant elles impressionnent, soutenues qu'elles sont par une croyance qui fonde tout le projet artistique du metteur en s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « IRVING WASHINGTON - (1783-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/washington-irving/