PAULDING JAMES KIRKE (1778-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des trois écrivains qui illustrèrent la floraison littéraire de l'État de New York dans les années qui suivirent la « seconde guerre d'Indépendance » (celle de 1812-1815 avec l'Angleterre), James Kirke Paulding est le moins connu et son œuvre a été éclipsée par celle de son ami et beau-frère Washington Irving comme par celle de James Fenimore Cooper. À la différence du premier, il n'est pas parti en Europe ; à la différence du second, il n'a que par à-coups travaillé sur une trame continentale, mais ce provincialisme lui a permis d'« inventer » un matériau véritablement autochtone. Né pendant la guerre d'Indépendance, il a grandi dans le petit village de Tarrytown. Depuis 1664, La Nouvelle-Amsterdam était anglaise, mais il restait encore de ces enclaves hollandaises qu'a pu décrire Washington Irving dans sa Legend of Sleepy Hollow. Le meilleur Paulding se trouvera dans l'évocation de ce petit monde hollandais, notamment dans The Dutchman's Fireside (1831) qui, comme le Satanstoe (1845) de Cooper, se passe à Albany pendant les guerres indiennes du xviiie siècle.

La secousse révolutionnaire et plus tard la ruine de son père sont venues troubler ce que le jeune James aurait aimé rêver comme un enclos rural à la Crèvecœur. Il gardera de cette double expérience une attitude ambivalente à l'égard de l'Amérique et de ses mutations. Quand il prend le bateau en 1796 pour descendre l'Hudson jusqu'à New York City, Paulding ne connaît que son village. Sa carrière littéraire commence en 1807 avec les esquisses et portraits à la manière anglaise d'Addison et de Steele qu'il fait pour le recueil publié avec Washington Irving : Salmagundi, or the Whim-Whams and Opinions of Launcelot Longstaff, Esq. and Others. La guerre contre les Anglais engendre une flambée de nationalisme qu'il exploite dans sa satire burlesque The Diverting History of John Bull and Brother Jonathan (1812), puis encore dans John Bull in America, or the New Munchhausen (1825). Du ressentiment du provincial sno [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-IV-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Pour citer l’article

Pierre-Yves PÉTILLON, « PAULDING JAMES KIRKE - (1778-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-kirke-paulding/