ALLSTON WASHINGTON (1779-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre et écrivain américain, né le 5 novembre 1779, au domaine de Brook Green, la plantation des Allston située sur la rivière Waccamaw, en Caroline du Sud, mort le 9 juillet 1843 à Cambridgeport, dans le Massachusetts.

Washington Allston sort diplômé de l'université Harvard en 1800, puis part à Londres où il étudie à la Royal Academy. Durant la première décennie de ce siècle, il visite les grands musées parisiens (1803-1804) et italiens (1804-1808), se lie d'amitié avec les écrivains Samuel Taylor Coleridge et Washington Irving. De 1808 à 1811, Allston vit à Boston, puis retourne à Londres où il passe sept années fécondes avant de repartir pour Boston en 1818. Enfin, il s'installe à Cambridgeport, en 1830.

Avant son retour définitif aux État-Unis, Allston peint de grands tableaux à l'atmosphère dramatique, prisant particulièrement le surnaturel comme dans Belshazzar's Feast (1817-1843, « Le Festin de Balthasar »). Ses paysages tourmentés – The Deluge (1804, « Le Déluge ») et Elijah in the Desert (1818, « Élie dans le désert ») – font partie des œuvres les plus marquantes de la peinture de paysage américaine.

À son retour à Boston en 1818, Allston s'adonne à une peinture plus sereine, empreinte d'une note de rêverie et de fantaisie. Moonlit Landscape (1819, « Paysage au clair de lune ») et The Flight of Florimel (1819, « L'Enlèvement de Florimel ») sont des chefs-d'œuvre de cette période. Il reprend ensuite Belshazzar's Feast, son sujet de prédilection, toile qu'il a ramenée inachevée de Londres et à laquelle il travaille de 1820 à 1828, puis de 1839 jusqu'à sa mort.

Pionnier de la peinture romantique américaine, Allston est célèbre pour ses sujets dramatiques, son usage de la lumière et des tons doux. Bien que sa production soit restreinte, il marquera profondément le futur paysagisme américain par ses représentations contrastées à l'atmosphère pénétrante. L'œuvre de l'artiste anticipe celle de peintres américains visionnaires tels que les expressionnistes Albert Pinkham Ryder et Ralph Blakelock.

Également homme de plume, Allston écrit des poèmes, The Sylphs of the Seasons with Other Poems (1813, « Les Sylphides des saisons et autres poèmes ») et Monaldi (1841), un roman gothique, genre très en vogue à l'époque. Son œuvre de théoricien de l'art, Lectures on Art and Poems (1850, « Conférences sur l'art et la poésie »), sera publiée à titre posthume.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ALLSTON WASHINGTON (1779-1843)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le paysage, nouvelle expression de l'identité »  : […] Si, dès le début du xix e  siècle, des peintres intellectuels aux penchants académiques comme Copley, John Trumbull, Washington Allston, John Vanderlyn ou Samuel Morse ont cherché dans la peinture d'histoire une échappatoire aux servitudes du portrait, ce « grand genre », comme on l'appela aux États-Unis, n'exista vraiment qu'à Londres avec Wes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_49779

Pour citer l’article

« ALLSTON WASHINGTON - (1779-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/washington-allston/