RYDER ALBERT PINKHAM (1847-1917)

Peintre américain, né le 19 mars 1847 à New Bedford (Massachusetts), mort le 28 mars 1917 à Elmhurst (État de New York).

Vers 1870, Albert Pinkham Ryder s'installe à New York où il étudie brièvement la peinture. Cependant, sa formation classique influe peu sur ses premières œuvres, des paysages naïfs et idylliques. Il entreprend plusieurs courts voyages en Europe où il visite les musées, jugeant leur contenu peu intéressant.

Mystique et romantique, Albert Pinkham Ryder est un artiste solitaire à l'imagination fertile. Ses marines à la facture très personnelle, telle Toilers of the Sea (« Les Travailleurs de la mer »), reflètent son obsession de la mer et son sentiment que l'homme demeure impuissant face aux forces de la nature. Nombre de ses toiles allégoriques et mystiques s'inspirent de la Bible – Jonah – ou d'œuvres de William Shakespeare, d'Edgar Allan Poe et de Richard Wagner, comme c'est le cas de Macbeth and the Witches, The Temple of the et Siegfried and the Rhine Maidens.

Les tableaux d'Albert Pinkham Ryder sont inondés d'une lumière jaune, puissante, souvent celle de la lune, qui rend l'atmosphère plus intense, tel The Race Track (« Le champ de courses ») également intitulé Death on a Pale Horse (« La mort sur un cheval pâle »). Se désintéressant des détails, il se concentre sur les formes et les masses de couleurs, appliquant au couteau de larges et épaisses couches de peinture.

En 1900, ses facultés étant diminuées, il détériore certaines de ses œuvres de jeunesse en les retravaillant à mauvais escient. Du fait de son extravagante technique, nombre de ses peintures souffriront d'une détérioration rapide. Vers la fin de son existence, il vit reclus, sa misanthropie de toujours ne faisant que s'amplifier. Il mourra miséreux et quasi seul, entouré des rares amis lui restant. Il laisse une production de cent cinquante œuvres, exécutées si lentement qu'il s'avérera difficile de les dater précisément.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  RYDER ALBERT PINKHAM (1847-1917)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le paysage, nouvelle expression de l'identité »  : […] Si, dès le début du xix e  siècle, des peintres intellectuels aux penchants académiques comme Copley, John Trumbull, Washington Allston, John Vanderlyn ou Samuel Morse ont cherché dans la peinture d'histoire une échappatoire aux servitudes du portrait, ce « grand genre », comme on l'appela aux États-Unis, n'exista vraiment qu'à Londres avec West et Copley, plus fugitivement à Washington, au tra […] Lire la suite

Pour citer l’article

« RYDER ALBERT PINKHAM - (1847-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-pinkham-ryder/