TRUMBULL JOHN (1756-1843)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre, architecte et écrivain américain, né le 6 juin 1756 à Lebanon (Connecticut), mort le 10 novembre 1843 à New York.

John Trumbull est le fils du gouverneur du Connecticut, Jonathan Trumbull. Une blessure à l'œil gauche durant son enfance le rend pratiquement borgne. Diplômé du Harvard College en 1773, il entame une carrière d'enseignant. Lors de la guerre d'indépendance, il sert comme aide de camp du général George Washington et sera promu au grade de colonel.

En 1780, John Trumbull se rend à Londres après avoir séjourné en France. En représailles à la pendaison de l'agent britannique John André par les Américains, il est emprisonné. Une fois relâché, il regagne sa patrie puis retourne à Londres en 1784 où il étudie la peinture auprès de Benjamin West.

Sur les conseils de West et grâce aux encouragements de Thomas Jefferson, futur président des États-Unis, John Trumbull entreprend sa célèbre série de peintures et gravures historiques à laquelle il travaillera de temps à autre tout au long de sa vie. Il immortalise les événements majeurs de la guerre d'indépendance américaine, une évocation sans pareil du conflit et de ses protagonistes. John Trumbull vit aux États-Unis de 1789 à 1794, date à laquelle il retourne à Londres en tant que secrétaire du juriste John Jay. Il y reste pendant dix ans, en tant que membre de la commission chargée de la mise en œuvre du traité Jay visant à régler le contentieux entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. En 1800, il épouse Sarah Hope Harvey, anglaise et peintre amateur. Faisant le va-et-vient entre l'Angleterre et les États-Unis, il s'installe en 1808 comme portraitiste à Londres puis, de 1815 à 1837, établit un atelier à New York, entreprises qui s'avéreront peu fructueuses.

En 1817, John Trumbull est chargé par le Congrès américain de réaliser quatre grandes peintures murales pour décorer la rotonde du Capitole à Washington : Washington Resigning His Commission, The Surrender of Cornwallis, The Surrender of Burgoyne et, la plus célèbre de toutes, Declaration of Independence. Achevées en 1824, ces œuvres sont des reproductions des originaux exécutés dans les années 1780-1790. En 1831, Benjamin Silliman, professeur à l'université Yale, y fonde la Trumbull Gallery, première galerie d'art installée dans un établissement d'enseignement aux États-Unis. John Trumbull cédera à cette galerie ses œuvres les plus importantes en compensation d'une rente annuelle.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  TRUMBULL JOHN (1756-1843)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le paysage, nouvelle expression de l'identité »  : […] Si, dès le début du xix e  siècle, des peintres intellectuels aux penchants académiques comme Copley, John Trumbull, Washington Allston, John Vanderlyn ou Samuel Morse ont cherché dans la peinture d'histoire une échappatoire aux servitudes du portrait, ce « grand genre », comme on l'appela aux États-Unis, n'exista vraiment qu'à Londres avec Wes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_50459

Pour citer l’article

« TRUMBULL JOHN - (1756-1843) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-trumbull/