Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VOIX OFF, cinéma

Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un des personnages de la fiction et qui peut être ou non présent à l'écran au même moment. La voix off (hors champ) implique presque toujours un recul par rapport à l'action en cours : elle suppose donc une interprétation de cette action.

Utilisé de manière courante dans le film documentaire, ce procédé n'en a pas moins servi, souvent avec bonheur, les œuvres de fiction. Davantage que dans les rares essais de caméra subjective (dont l'exemple le plus abouti reste La Dame du lac[Lady in the Lake], 1947, de Robert Montgomery), il faut voir là l'équivalent de l'emploi du « je » en littérature. Aussi n'est-il pas étonnant que l'usage le plus systématique en ait été fait dans les adaptations de romans, l'un des premiers exemples, et peut-être le plus célèbre, étant Le Roman d'un tricheur, de Sacha Guitry (1936), où le décalage subtil entre l'action et le commentaire de l'auteur produit un fort effet d'ironie, typique de la manière de Guitry, dont Orson Welles saura se souvenir dans Citizen Kane (1941). Si la voix off donne le ton d'ensemble à certains films (c'est le cas pour Le Journal d'un curé de campagne de Bresson, 1950, comme pour Le Fleuve de Renoir, 1951), elle excelle à susciter le contrepoint. Ainsi dans Senso de Visconti (1954), alors qu'au début du film les décors, la couleur, l'environnement sonore plongent le spectateur dans l'ambiance somptueuse mais assez extérieure de l'opéra, l'intervention de la voix off, en le situant dans la conscience de l'héroïne, lui confère la dimension de l'intériorité.

Le Roman d'un tricheur, Guitry

Le Roman d'un tricheur, Guitry

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles

La voix off peut être davantage qu'une adaptation au cinéma du monologue intérieur, lorsqu'elle met en question l'essence du récit cinématographique classique, à savoir la compatibilité de l'image et du son, et la subordination de celui-ci. Citons quelques exemples : la polyphonie toujours plus complexe des films de Jean-Luc Godard (voix, musique et image sont traités comme un seul matériau) ; la dissociation à l'œuvre dans les films de Guy Debord, où le texte, sans être un commentaire, détourne la représentation de la société marchande qu'avalise le cinéma (La Société du spectacle, 1973) ; dans Méditerranée de Jean-Daniel Pollet (1963), au contraire, la voix soutient plan par plan le rythme des séquences, leurs retours et leurs brisures jusqu'à ce qu'une réalité compacte prenne forme, dont la distance infinie fait l'objet même du film : qu'est aujourd'hui pour nous la mémoire de l'Antiquité ?

— Jean-Louis COMOLLI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le Roman d'un tricheur, Guitry

Le Roman d'un tricheur, Guitry

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles

Autres références

  • CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

    • Écrit par Guy GAUTHIER, Daniel SAUVAGET
    • 5 408 mots
    • 2 médias
    ...près inaudibles). Ces recherches n'empêchent pas le documentaire, tenté par les facilités du commentaire, d'en faire un usage abusif et pléonastique. Le commentaire, voix qui vient hors champ, est en effet, tout comme l'illustration sonore, un corps étranger par rapport aux images et aux sons prélevés sur...
  • LE ROMAN D'UN TRICHEUR, film de Sacha Guitry

    • Écrit par Michel CHION
    • 933 mots
    • 1 média

    En 1936, l'écrivain, dramaturge, acteur et réalisateur Sacha Guitry (1885-1957), fils du grand acteur Lucien Guitry, après avoir porté à l'écran plusieurs de ses pièces, comme Pasteur (1935), et Le Nouveau Testament (1936), fait le pari de tirer un film de son unique récit, Mémoires...

  • LE RUBAN BLANC (M. Haneke)

    • Écrit par Pierre GRAS
    • 1 050 mots

    Splendeur du noir et blanc, puissance de l'évocation historique, dénonciation de la violence : trois qualités du Ruban blanc, le dixième long-métrage de Michael Haneke, palme d'or du festival de Cannes 2009. Le cinéaste autrichien, qui avait longtemps pris le parti de choquer par sa manière...

  • PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

    • Écrit par Michel CHION
    • 3 201 mots

    1899 États-Unis. The Astor Tramp, « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités.

    1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle....

Voir aussi