BARANOFF-ROSSINÉ VLADIMIR (1888-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure importante de l’histoire de l’art du xxe siècle, Vladimir Baranoff-Rossiné est né à Kherson en 1888, dans une famille juive ukrainienne. Musicien, peintre et sculpteur, l’artiste est également connu pour ses inventions synesthésiques consacrées à l’union du son, de la forme et de la couleur. Après des études de peinture à Odessa, il suit les cours de l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg de 1904 à 1907, et participe aux premières expositions avant-gardistes russes et ukrainiennes (La Guirlande, Moscou, 1907-1908 ; Le Maillon, Kiev, 1908 ; La Guirlande, Saint-Pétersbourg, 1909). Il s’installe à Paris en 1910 et subit, comme nombre de ses compatriotes, l’influence de l’expressionnisme européen – hérité notamment de la peinture de Van Gogh et de Gauguin –, du cubisme parisien et du futurisme italien. Ses premières œuvres, qu’il signe sous le nom de Daniel Rossiné, révèlent sa maîtrise du langage cubo-cézannien et son sens atavique de la couleur (La Forge, 1911, Musée national d'art moderne-Centre Georges-Pompidou, Paris). Du cubo-futurisme, l’artiste évolue rapidement vers l’abstraction picturale, comme on le voit avec la série Compositions abstraites (1910) inspirée par la théorie du ruban de Möbius. Stimulé par la naissance de l’orphisme et, notamment, les expérimentations lumineuses menées par ses amis Robert et Sonia Delaunay, il réalise en 1913 de grandes toiles coloristes abstraites. Au salon des Indépendants de 1914, il présente une sculpture non objective, assemblage de matériaux bruts peints de couleurs vives (Symphonie no 2, 1913), que remarque Apollinaire (L’Intransigeant, 28 février et 5 mars 1914) et qui évoque, à la même époque, les Contre-Reliefs de Tatline. Alors qu’il fréquente La Ruche depuis 1912, et avant son départ pour la Scandinavie en 1914, l’artiste met au point un appareil de « projection visualo-colorée » qui lui permet de donner ses premiers « concerts lumineux » en Norvège, en 1916. Il retourne vivre en Russie en 1917 et poursuit, sous le double nom de Baranoff-Rossiné, ses recherche [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Cécile GODEFROY, « BARANOFF-ROSSINÉ VLADIMIR - (1888-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-baranoff-rossine/