Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VINGTIÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L'URSS (1956)

Arpad Szakasits et Mátyas Rákosi , 1948 - crédits : Charles Falus/ Getty Images

Arpad Szakasits et Mátyas Rákosi , 1948

Ouvert le 14 février 1956, au Grand Palais du Kremlin, trois ans après la mort de Staline, le XXe congrès du Parti communiste de l'U.R.S.S. accueille à ses délibérations les délégations de cinquante-cinq partis communistes et ouvriers. À la tribune d'honneur des invités ont pris place les représentants des partis au pouvoir et ceux des grands partis communistes des pays capitalistes : Zhu De, Bierut, Novotny et Zápotocky, Ulbricht et Grotewohl, Rakosi, Georghiu Dej, Tchervenkov, Hodja, Tsoi En Chen, Truong Ching et Lê Duc Tho, Thorez, Togliatti, Ibarruri. Congrès à deux faces, l'une interne (le rapport « secret »), l'autre externe, et dont l'importance réside dans la corrélation entre ces deux types de discours. Cette corrélation déterminera une nouvelle ordonnance des relations à l'intérieur du monde communiste et consacrera, à l'extérieur, la nouvelle politique de l'Union soviétique, la coexistence pacifique avec le monde capitaliste.

Le rapport « secret » du premier secrétaire Nikita Khrouchtchev se centrait sur la condamnation du « culte de la personnalité de Staline... étranger au marxisme-léninisme » et cause du despotisme de Staline, de son comportement arbitraire qui, par voie de conséquence, laissait libre cours à la violation de la légalité révolutionnaire. L'activité de Staline, considérée comme positive dans les années 1920 et au début des années 1930, puisqu'elle avait contribué à l'élimination des trotskistes, zinoviévistes et boukhariniens et ouvert le chemin de l'industrialisation et de la collectivisation des terres, avait dégénéré, après le XVIe congrès (1934) et l'assassinat de Kirov, en un « culte de la personnalité ». Staline était tenu pour responsable de la violation du principe léniniste de la direction collégiale, de la falsification des procès politiques, de la liquidation physique des vieux bolcheviks et de la presque totalité des officiers supérieurs de l'Armée rouge, des premières défaites de cette armée au moment de l'attaque allemande, de la déportation de peuples entiers (Kalmouks, Tchétchènes, Ingouches, etc.), de la condamnation à mort de plusieurs dirigeants soviétiques après 1945, et de plusieurs autres crimes. À l'ombre de ce pouvoir illimité de Staline, la « bande de Beria » (ministre de l'Intérieur), « agent de l'impérialisme », violait impunément la légalité socialiste. Par conséquent, « ... la direction telle qu'elle était pratiquée durant les dernières années de Staline était devenue un obstacle sérieux au développement social de l'Union soviétique ».

Le rapport officiel de Khrouchtchev, quant à lui, présentait les grandes lignes du « cours nouveau » de la politique du Parti communiste et de l'État soviétique. En politique extérieure, par la coexistence pacifique, l'Union soviétique trouvait son intérêt à s'engager dans « une politique active d'amélioration des relations avec les États-Unis et les pays capitalistes occidentaux », dont les succès industriels et les progrès techniques sont reconnus. La coexistence pacifique passait aussi par l'établissement de bons rapports avec les « États pacifiques » d'Asie et du Proche-Orient, et par la coopération avec la social-démocratie. Le P.C.U.S. reconnaissait que « les différentes voies nationales vers le socialisme » étaient une réalité du monde actuel. En politique intérieure, le P.C.U.S., en rétablissant le principe de la « direction collégiale », renforçait son rôle dirigeant dans l'État soviétique, et se donnait pour tâche de perfectionner l'appareil d'État. Dans le domaine économique, la priorité était conservée au développement quantitatif de l'industrie et de l'agriculture, l'effort préconisé devant porter sur la modernisation des technologies.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Ilios YANNAKAKIS. VINGTIÈME CONGRÈS DU PARTI COMMUNISTE DE L'URSS (1956) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Arpad Szakasits et Mátyas Rákosi , 1948 - crédits : Charles Falus/ Getty Images

Arpad Szakasits et Mátyas Rákosi , 1948

Autres références

  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

    • Écrit par Georges CASTELLAN, Rita THALMANN
    • 19 516 mots
    • 6 médias
    Le XXe congrès du P.C. de l'U.R.S.S. (du 14 au 25 février 1956) et la condamnation par Khrouchtchev des crimes de Staline furent assurément une surprise pour les dirigeants de la R.D.A. : le message de vœux envoyé par le S.E.D. au congrès le 14 février 1956 se terminait en effet par : « Vivent les invincibles...
  • COMMUNISME - Histoire

    • Écrit par Annie KRIEGEL
    • 13 863 mots
    • 10 médias
    L'année 1956, marquée par le XXe congrès du P.C.U.S., au cours duquel Khrouchtchev prononce son fameux « rapport secret », clôt brutalement la période de trente années qui a vu le modèle soviétique, après s'être fixé et figé dans sa version stalinienne, tenter de reprendre l'exclusivité du label léniniste....
  • COMMUNISME DANS LE MONDE JUSQU'À LA CHUTE DE L'URSS - (repères chronologiques)

    • Écrit par Olivier COMPAGNON
    • 709 mots

    1848 Karl Marx et Friedrich Engels font paraître le Manifeste du parti communiste, dans lequel ils en appellent à une union internationale des travailleurs contre la bourgeoisie capitaliste.

    Septembre 1864 Création à Londres de la Ire Internationale, qui est dissoute dès 1876 au terme de nombreuses...

  • DÉMOCRATIES POPULAIRES

    • Écrit par Michel LESAGE, Henri MÉNUDIER
    • 8 472 mots
    • 10 médias
    LeXXe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, en février 1956, définit une nouvelle orientation de la politique de l'U.R.S.S. à l'égard de l'Occident et de ses alliés socialistes. Mais, paradoxalement, la critique de Staline ouvre la voie à la remise en œuvre des méthodes staliniennes de...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi