Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VILLE Le fait urbain dans le monde

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le monde dans lequel nous vivons est devenu un monde urbain. La population urbaine mondiale est passée de près de 47 millions vers 1700 (taux d'urbanisation 8 p. 100) à 75 millions vers 1800, et à 335 millions en 1910 (taux d'urbanisation 19 p. 100). En 1950, la population urbaine mondiale regroupait environ 724 millions d'individus (33 p. 100 de la population totale), en 1980, 1,806 milliard et 3,15 milliards en 2005 selon les Nations unies. Plus d'un humain sur deux se presse dans une ville et un septième de la population habite une agglomération urbaine millionnaire. C'est là l'une des mutations majeures de l'époque contemporaine.

En termes d'espace, le fait urbain reste cependant largement minoritaire : il concerne près de 15 p. 100 de la surface des continents, si l'on veut bien admettre que les villes ont encore des limites précises.

La ville déborde très largement du cadre qui était le sien il y a moins de deux cents ans. « Le concept de base présidant à la définition de l'espace urbain est celui de l'agglomération, reposant sur la continuité du bâti. » (François Moriconi-Ébrard, L'Urbanisation du monde depuis 1950). L'O.N.U. définissait en 1978 les agglomérations comme un ensemble d'habitations tel qu'aucune ne soit séparée de la plus proche de plus de 200 mètres en Europe, 500 mètres dans les pays neufs où le système de peuplement est plus lâche. Mais « la réalité territoriale du fait urbain se brouille [...]. Avec le développement de l'automobile et des transports en commun, la population active des villes réside aujourd'hui loin des centres, dans un cadre de vie que l'on peut qualifier de rural, mais tout en participant à la vie urbaine. » (Yves Grafmeyer, Sociologie urbaine). Au-delà des agglomérations, il convient de définir des régions urbaines, voire des régions de villes. Les populations suburbaines sont d'abord citadines.

La dimension sociale de l'urbanisation tend à imprégner, au-delà des seules populations urbaines, toute la société, dans ses conditions d'existence et ses mentalités. Le monde rural est considéré par la ville comme un espace interstitiel, cerné par les zones d'influence des aires métropolitaines. La société urbaine s'y est diffusée peu à peu. Par définition, la ville est un organisme ouvert, percé de toute part par des axes de communications qui la prolongent et projettent son rôle très loin de son centre.

La ville est à la fois territoire et population, nœud de relations et mode d'organisation collective. Derrière la diversité des manifestations du fait urbain, en particulier derrière les contrastes qui semblent opposer l'urbanisation galopante dans les pays mal développés et la stabilisation des taux d'urbanisation dans les pays d'économie avancée, se cache l'essence du fait urbain.

L'essence du fait urbain

« La ville est née avec la route », affirmait l'historien Georges Duby. C'est dire qu'elle est un produit de l'échange qui accompagne la division du travail. Cette partition géographique de l'espace révèle une division technique et sociale de l'emploi. Elle apparaît avec la formation des classes sociales qui permet la mobilisation nécessaire du surplus agricole. La ville n'est pas le lieu du travail, mais celui de l'organisation sociale et spatiale du travail. Elle est le lieu du pouvoir économique. L'essence du fait urbain est l'organisation tertiaire de l'économie.

La ville ancienne, représentation d'un idéal politique et culturel

La révolution urbaine a commencé au Moyen-Orient. Les régions où sont apparues les premières villes et les premières agricultures se superposent dans les espaces correspondant actuellement à l'Iran, l'Irak, le Kurdistan, la Syrie, la Palestine[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de géographie à l'université de Lyon-III-Jean-Moulin, doyen de la faculté des lettres et civilisations, directeur de l'unité mixte de recherche environnement-ville-société, C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Jacques BONNET. VILLE - Le fait urbain dans le monde [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Médias

Plan de la ville de Tenochtitlán - crédits : AKG Images

Plan de la ville de Tenochtitlán

Charleville-Mézières : la place Ducale - crédits : 	N.Bellegarde/ Moment/ Getty Images

Charleville-Mézières : la place Ducale

Mexico, centre-ville - crédits : Robert Frerck/ The Image Bank/ Getty Images

Mexico, centre-ville

Autres références

  • AGRICULTURE URBAINE

    • Écrit par et
    • 6 273 mots
    • 8 médias

    L’expression « agriculture urbaine », qui était devenue un oxymore dans les pays industrialisés avec la disparition progressive au cours du xxe siècle des ceintures maraîchères entourant les villes, a retrouvé du sens. En effet, dans un contexte d’étalement urbain (urbansprawl) et...

  • ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

    • Écrit par
    • 8 281 mots
    • 6 médias
    ...Vingt-cinq seulement avaient plus de dix mille habitants. Mais le fait urbain était généralisé, et il allait se révéler fertile pour la suite. En effet, la ville, centre d'échanges, organise l'espace. À l'ère industrielle, ces petites villes (telles les villes de la Ruhr) allaient devenir les « centres d'accueil...
  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    En 2015, 95 p. 100 des Allemands vivent dans des communes de plus de 5 000 habitants,un peu moins d’un tiers dans des villes petites et moyennes (5 000 à 100 000 habitants) et les deux tiers dans des grandes villes de plus de 100 000 habitants. Le taux d'urbanisation en Allemagne est comparable...
  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par et
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    Pas d'opposition tranchée entre villes et campagnes ; ou plutôt, celle-ci est de nature juridique, non humaine et économique. La densité dans la maison urbaine est la même que dans la maison rurale. Des citadins franchissent les remparts pour se rendre dans les faubourgs où ils cultivent champs, jardins...
  • Afficher les 54 références