SÉRAPION LES FRÈRES DE (1921-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le groupe littéraire des Frères de Sérapion s'est formé dans le Petrograd de 1920-1921, au lendemain de la révolution, à un moment où la ruine économique et les bouleversements sociaux menaçaient en Russie l'existence même de la littérature. Il s'inscrit dans le processus de renaissance de la prose, après les années de prépondérance de la poésie, et de recherche de voies nouvelles pour la littérature russe.

Le noyau primitif du groupe s'est formé dans les ateliers d'enseignement de la technique littéraire qui fonctionnaient autour des éditions Littérature mondiale dirigées par Gorki, puis à la Maison des arts. C'est dans cette dernière que résidaient, au milieu de nombreux autres écrivains, les futurs Sérapion, et qu'ils commencèrent à se réunir, encouragés par Gorki qui dirigeait vers eux les jeunes écrivains de talent. Février 1921 marque la naissance du groupe, dont la composition restera immuable au cours des années, sans exclusions ni arrivées nouvelles. Tous ses membres sont nés entre 1892 et 1902. La plupart sont dès cette époque des prosateurs : L. Lunz, M. Zochtchenko, K. Fedine, V. Kaverine, M. Slonimski, N. Nikitine et Vsevolod Ivanov ; trois sont des poètes, N. Tikhonov, V. Pozner, qui part en France avec sa famille en 1922 et deviendra un écrivain de langue française, et E. Polonskaïa, la seule femme du groupe ; le dernier enfin, I. Grouzdev, sera critique littéraire. Placés sous la direction morale de Gorki, les Sérapion sont également influencés par E. Zamiatine d'une part et par les formalistes d'autre part, en particulier par V. Chklovski. Groupe d'amis plus que coterie littéraire, « ordre » dont le nom fait référence aux Contes des Frères Sérapion de E. T. A. Hoffmann (contes racontés par six amis qui ont choisi comme saint patron l'ermite Sérapion, parce qu'ils avaient tenu leur première réunion le jour de sa fête), les Sérapion se réunissent pour s'amuser autant que pour lire leurs œuvres et discuter littérature. Leur seule activité collective sera la publication d'un recueil, l'almanach qui porte le nom du groupe.

À une époque où les écrivains prolétariens veulent imposer une mission idéologique et politique précise à la littérature, le groupe des Sérapion se dresse contre cette exigence et proclame son apolitisme ; il affirme la spécificité et l'indépendance de la littérature. Dans la création, ses membres, qui sont en général considérés à l'époque comme « compagnons de route », vont tenter d'apporter du nouveau dans la littérature soviétique, sans renier l'héritage du passé.

Réunis par leur foi en la littérature et par leur vocation d'écrivain, les Sérapion semblent pouvoir, malgré leur diversité, être rangés en deux tendances. Les « Occidentaux » veulent, comme Kaverine, emprunter aux littératures européennes, moins engagées que la russe, leur sens du sujet dramatique qui passionne le lecteur. C'est ce que tente L. Lunz, le théoricien du groupe, dans des pièces de théâtre qui rappellent Victor Hugo par leurs sujets tirés du Moyen Âge et leurs collisions extraordinaires, cependant que Kaverine compose des récits fantastiques à la manière d'Hoffmann. Les « Orientaux », avec à leur tête Ivanov, sont plus proches de la tradition russe par le réalisme de leurs œuvres, l'analyse psychologique et la description de la vie quotidienne, ainsi que par leur style, qui n'est qu'une variante enrichie de la prose russe classique.

Dissous en fait dès 1925 après la mort de Lunz et les départs de certains membres pour Moscou, très critiqué pour l'apolitisme qu'il avait affiché à ses débuts, le groupe restera considéré par la critique soviétique comme un phénomène négatif, oublié sous Staline. Ses membres, et c'est là le point le plus étonnant, se feront tous ensuite un nom dans la littérature soviétique. Tous s'intégreront à la littérature soviétique telle qu'elle s'organise de 1932 à 1934, les uns avec des fonctions officielles comme Fedine, Ivanov, Tikhonov, les autres avec plus d'indépendance, comme Kaverine et Zochtchenko, qui sera victime des attaques de Jdanov en 1946. Tous, et particulièrement les cinq derniers cités, comptent parmi les plus grands noms de la littérature soviétique, en tout cas parmi les plus représentatifs de la première génération des écrivains d'après la révolution.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître assistant à l'université des langues et lettres de Grenoble

Classification

Autres références

«  SÉRAPION LES FRÈRES DE (1921-1925)  » est également traité dans :

FÉDINE KONSTANTIN ALEXANDROVITCH (1892-1977)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 478 mots

Né dans une famille de petits-bourgeois de Saratov, Fédine se retrouve, après des études commerciales, en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. C'est son premier séjour en Occident. Un Occident qu'il connaît bien et qu'il a souvent représenté dans ses œuvres. Pendant la guerre civile, il est journaliste et prend parti pour le pouvoir soviétique. À Petrograd, il devient, à partir de 1921, […] Lire la suite

IVANOV VSEVOLOD VIATCHESLAVOVITCH (1892 env.-1963)

  • Écrit par 
  • Charles BOURG
  •  • 528 mots

Le nom de Vselovod Ivanov est resté attaché à ses récits héroïques de 1921, les Histoires de partisans , tableaux de la guerre civile en Sibérie. Pour avoir été typographe, vagabond et ... fakir, Ivanov s'est pénétré d'une culture populaire hétéroclite (mythes kirghizes, littérature romanesque et répertoire du cirque) complétée par la révélation poétique du futurisme et, ultérieurement, par l'expé […] Lire la suite

KAVERINE VENIAMIN ALEXANDROVITCH ZILBER dit (1902-1989)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 546 mots

Veniamin Alexandrovitch Zilber, dit Kaverine, fait ses débuts en littérature dans le groupe des Frères Sérapion à Petrograd en 1921, tout en étant très lié à Tynianov, dont il épouse la sœur. Comme Lunz, il pense que la littérature russe doit emprunter à l'Occident le sens de l'intrigue et de l'aventure ; ses premiers récits mettent en œuvre cette conception. C'est Hoffmann qui l'inspire dans son […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite

ZOCHTCHENKO MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1958)

  • Écrit par 
  • André RADIGUET
  •  • 488 mots

Né dans une famille noble cultivée d'Ukraine, Zochtchenko, engagé volontaire de la Première Guerre mondiale, blessé et gazé, connut la guerre civile, qu'il fit dans l'Armée rouge, puis une période de multiples activités et professions. Il fit ses débuts littéraires à Pétrograd en 1921, dans le cadre du groupe des Frères Sérapion. Prosateur comme la plupart des autres Sérapion, il se singularise ta […] Lire la suite

Pour citer l’article

André RADIGUET, « SÉRAPION LES FRÈRES DE - (1921-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-freres-de-serapion/