VIELLE À ROUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Instrument à cordes frottées et à clavier, dit aussi chifonie ou symphonie. La vielle fut en honneur du xie au xviiie siècle. Une roue de bois colophanée frotte les cordes, à la place de l'archet habituel. Son ancêtre du ixe siècle s'appelait organistrum. La roue est mue par une manivelle à main droite ; la caisse est plate (type guitare) ou bombée (type luth) ; le chevillier est accolé à la caisse ; les ouïes sont placées à l'extrémité inférieure de la table. De part et d'autre de la boîte, on trouve quatre cordes de bourdon : la mouche, le petit bourdon, la grosse mouche (ou gros bourdon), la trompette ; quatre cordes sympathiques sont placées sur la table ; enfin deux cordes mélodiques, accordées à l'octave l'une de l'autre, sont attaquées par le simple ou le double jeu de sautereaux relié aux touches du clavier. En France, en 1718, à l'époque où la vielle à roue connut une grande vogue, on connaissait l'accord en sol et celui en ut. M. Corrette, E. P. Chédeville, J. Bodin de Boismortier, notamment, ont écrit pour elle. Son timbre quelque peu criard convient toujours aux danses folkloriques et aux cortèges villageois. En raison de l'étymologie (roue : rote), la vielle à roue a parfois été désignée sous le nom de rota ou rote ; mais la rote fut surtout une vièle à archet ; il y eut aussi une rote à cordes pincées : la cythara teutonia (sorte de psaltérion joué sans plectre). Au xiie siècle, un sirvente de Giraud de Calençon mentionne même une rote à dix-sept cordes.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  VIELLE À ROUE  » est également traité dans :

INSTRUMENTS DE MUSIQUE - Restauration des instruments

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI
  •  • 2 560 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Restauration et modification »  : […] Au début du xix e  siècle, des instruments à vent, en particulier des hautbois, datant du siècle précédent, ont été percés de trous supplémentaires pour en modifier le jeu : il s'agissait d'éviter au musicien les « doigtés de fourche », dans la mesure où l'oreille n'exigeait plus un tempérament inégal et où la musique s'acheminait vers le tempér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-de-musique-restauration-des-instruments/#i_30853

SAUTEREAU

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 92 mots

Sur la vielle à roue , le sautereau est une petite pièce de bois (buis, érable) montée sur chaque touche à l'intérieur du clavier et permettant d'augmenter ou de raccourcir la longueur des cordes métalliques quand le doigt appuie sur la touche qui lui correspond. Ce mécanisme constitue le jeu mélodique de la vielle, qu'on accorde en orientant les sautereaux. Sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sautereau/#i_30853

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « VIELLE À ROUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vielle-a-roue/