HORTA VICTOR (1861-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les revers

En 1898, il dessine à la demande de Van Eetvelde les plans d’un pavillon du Congo pour l’exposition de Paris en 1900, un projet auquel le roi renonce. L’hôtel Aubecq commencé en 1899 montre un paroxysme de mouvement dans la façade, proche de l’architecture baroque. Horta n’ira pas plus loin dans cette voie. Déjà les imitations sans talent de son style font reculer une clientèle privée éprise d’exclusivité. Un recul qui s’accentue avec le succès de Horta auprès de commerçants qui lui commandent des magasins : il construit à Bruxelles l’Innovation (1900, disparu dans un incendie en 1968), sur le modèle des grands magasins parisiens, et peu après le Grand Bazar Anspach (1903, démoli) et sa succursale à Francfort-sur-le-Main (1903, démolie). Les Magasins Waucquez (1906, aujourd’hui Centre belge de la bande dessinée) et Wolfers (1909) n’exposent plus en façade de structure métallique. L’aspect de modernité provocante de celle-ci n’intéresse plus Horta : la façade des magasins Wolfers ne révèle pas que, outre la boutique de luxe, l’immeuble abritait tous les ateliers de la firme d’orfèvrerie et de bijouterie. Le retour à des formes apaisées et pures se marque dans l’hôtel Max Hallet (1902) quoique l’on retrouve, greffée sur la façade arrière, une serre à trois absides pour assouvir le désir de culture florale de la propriétaire.

En 1903, Horta reçoit la commande d’un musée des Beaux-Arts à Tournai (inauguré en 1928) dans lequel l’agencement des galeries vitrées autour d’un hall central assure une lumière et une possibilité de surveillance optimales. Le travail plastique des arêtes cède la place à des formes découpées, subtiles, qui dialoguent avec des éléments revisités du langage classique (frise, colonnes...). Horta est à un tournant. Il recherche les grandes commandes publiques qui, selon lui, inscriront davantage son œuvre dans la durée. En 1906, il obtient celle de l’hôpital Brugmann à Jette, un hôpital pavillonnaire comme le voulaient les théories médicales de l’époque, dont il a étudié le programme avec un soin ext [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HORTA VICTOR (1861-1947)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Belgique »  : […] Les premières traces de l'Art nouveau apparaissent en Belgique en 1891, avec la couverture du catalogue du Salon des XX, dessinée par le peintre Georges Lemmen. Les lignes souples et le lettrage révèlent un goût japonisant teinté d'influence anglaise. Lemmen collabore avec Van de Velde pour l'installation d'un fumoir dans la galerie L'Art nouveau de Bing, en 1895, l'année durant laquelle Van de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_23108

GUIMARD HECTOR (1867-1942)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 2 234 mots

Dans le chapitre « La conquête de Paris »  : […] Né à Lyon dans une famille sur laquelle on est encore très mal renseigné – en 1891, son père tient un gymnase, boulevard Malesherbes, à Paris –, Hector Guimard entre à quinze ans, en 1882, à l'École nationale des arts décoratifs dirigée par le peintre Louvrier de Lajolais : il entretint avec ce dernier des rapports quasi filiaux, la correspondance des deux hommes en témoigne. Trois ans plus tard, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hector-guimard/#i_23108

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise AUBRY, « HORTA VICTOR - (1861-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-horta/