HORTA VICTOR (1861-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’affirmation de la modernité

La maison Autrique (Bruxelles, 1893) offre une façade aux accents insolites : encadrement de porte ogival, présence de supports en fonte au lieu de trumeaux en maçonnerie, détails sculptés égyptisants. À l’intérieur, le style Art nouveau que Horta va lancer prend naissance : motifs d’arabesques dans les mosaïques du sol et vitraux japonisants. Suivant les principes énoncés dans les Entretiens sur l’architecture (1863-1872) de Viollet-le-Duc, Horta fait usage de matériaux produits par l’industrie (fer, fonte et verre) en leur donnant une forme délivrée des styles du passé. Il cherche un type d’ornement qui appuie la structure sans la dissimuler et veille à adapter l’architecture aux nécessités du programme. À l’hôtel Tassel (Bruxelles, 1893), le bow-window prend la forme d’une courbe éventrée par les grandes baies qui éclairent les pièces de travail de l’ingénieur, une innovation rendue possible par les structures de métal. Cette courbe qui anime la façade devient le leitmotiv du décor : dite « ligne coup de fouet », elle se déroule en compositions abstraites traduites dans les différents matériaux (mosaïques, peintures murales, ferronneries, luminaires), en exprimant la force vitale qui fait croître le végétal, sans jamais verser dans une reproduction « naturaliste ». Mais son effusion reste toujours contrôlée, la qualité de l’espace et de la lumière étant primordiale. La cage d’escalier est souvent utilisée comme puits de lumière et se trouve harmonieusement intégrée aux espaces où se joue la vie sociale. Ainsi dans les hôtels Solvay (1894) et Van Eetvelde (1895) à Bruxelles, Horta réussit magistralement l’incorporation du jardin d’hiver : ce n’est plus une pièce annexe greffée à l’arrière de la maison, ainsi qu’il le réalise dans les hôtels Frison (1894) et Winssinger (1894) à Bruxelles, mais un lieu mystérieusement éclos, un « rêvoir », selon le terme de Charles Baudelaire (1853). La lumière diffusée par les vitraux, en partie composés de verres dichroïques fabriqués selon le procédé mis au point par le verrier américain Tiffany, co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HORTA VICTOR (1861-1947)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Belgique »  : […] Les premières traces de l'Art nouveau apparaissent en Belgique en 1891, avec la couverture du catalogue du Salon des XX, dessinée par le peintre Georges Lemmen. Les lignes souples et le lettrage révèlent un goût japonisant teinté d'influence anglaise. Lemmen collabore avec Van de Velde pour l'installation d'un fumoir dans la galerie L'Art nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_23108

GUIMARD HECTOR (1867-1942)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 2 234 mots

Dans le chapitre « La conquête de Paris »  : […] Né à Lyon dans une famille sur laquelle on est encore très mal renseigné – en 1891, son père tient un gymnase, boulevard Malesherbes, à Paris –, Hector Guimard entre à quinze ans, en 1882, à l'École nationale des arts décoratifs dirigée par le peintre Louvrier de Lajolais : il entretint avec ce dernier des rapports quasi filiaux, la correspondance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hector-guimard/#i_23108

Pour citer l’article

Françoise AUBRY, « HORTA VICTOR - (1861-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-horta/