VICTOIRE DU KHAREZM SUR LES SELDJOUKIDES D'IRAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tekish, issu d'une dynastie turque, est devenu shah du Kharezm ou Khwarazm (au sud de la mer d'Aral) en 1172, avec l'appui des Qara-Kitai du Turkestan oriental. Au début de 1194, il annexe le Khorasan et s'attaque aussitôt au dernier sultan seldjoukide d'Iran, Toghroul III, vaincu et tué le 19 mars près de Rey. Il se trouve alors à la tête d'un empire allant du Tigre au Syr-Daria et comprenant la totalité de l'Iran. À sa mort en 1200, son fils Alā al-Dīn Mahmud continue ses conquêtes, s'emparant de l'Afghanistan, entre 1206 et 1215, et du Turkestan central, autour de Samarkand, au détriment des Qara-Kitai et des Turcs Qarakhanides, entre 1207 et 1212. Bien que sans véritable base ethnique, l'empire kharezmien échoue à se rallier la population iranienne comme le califat de Bagdad, d'où sa fragilité. N'incarnant ni la culture iranienne, ni l'Islam, il s'effondre dès la première attaque des Mongols de Gengis khan en 1221. Jalal al-Dīn Mingburnu (mort en 1231), fils d'Ala al-Dīn, tente de résister, avant de semer le désordre de l'Inde à la Palestine avec le reste de ses troupes.

—  Vincent GOURDON

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Vincent GOURDON, « VICTOIRE DU KHAREZM SUR LES SELDJOUKIDES D'IRAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victoire-du-kharezm-sur-les-seldjoukides-d-iran/